Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Affiche-Deauville2012.jpg

 

 

 

Comme chaque année, Deauville se met à l'heure Américaine. Le jury est présidé par Sandrine Bonnaire.

 

jury1.PNG

jury2.PNG

Pour le jury Révélation Cartier, la présidence a été confiée à Frédéric Beigbeder.

cartier1.PNG

cartier2.PNG

 

 

Ci-dessous, vous trouverez la liste des films en compétition:

 

selection-2012-1.PNG

selection-2012-2.PNG

Voir les commentaires

Published by ANDRE - CINEMA

Monsieur le Président,

Je vous fais une lettre que vous lirez peut-être

si vous avez le temps...

Votre peuple de France, fatigué de la crise, s'impatiente, et c'est bien normal...comme vous Monsieur le Président!

Nous vous avons porté au pouvoir pour vous voir reconstruire notre vie et assurer du travail à nos enfants.

Notre système d'éducation attend une vraie réforme que Monsieur Peillon nous fait languir après avoir fait beaucoup d'annonces...

Vous nous avez aussi promis le non cumul des mandats, et je m'inquiète quand l'un de vos amis nous explique que lui ne se sent pas concerné alors qu'il est Maire et Sénateur. Il faudra bien pourtant renouveler la classe politique qui s'accroche à ses privilèges.

Vite Monsieur le Président, faites vite car le peuple s'impatiente. L'espoir déçu peut conduire à la révolte aussi bien que l'oppression.

Pensez aussi à notre système de santé et mettez fin aux abus de la sécurité sociale qui veut obliger les malades à consommer des génériques bien souvent différents des originaux! Consultez les malades avant de laisser des technocrates prendre des décisions avec leur règle à calcul!

Monsieur le Président, j'espère que cette lettre ne sera pas lettre morte, car tout le peuple de gauche vous attend, avec des résultats avant cinq ans, car le changement c'est maintenant.

hollande1

Voir les commentaires

Published by ANDRE - ACTUALITES

Donna-Leone.jpg

 

Donna Leon est née le 28 septembre 1942 à Montclair, au New Jersey. A vingt-trois ans, elle quitte son pays natal pour continuer ses études à Pérouse et à Sienne. Elle reste à l'étranger comme guide de voyage à Rome, rédactrice publicitaire à Londres et enseignante de littérature, notamment en Suisse, en Iran et en Arabie saoudite et de 1981 à 1999 à l'université Maryland dans une base de l'armée américaine située près de la Cité des Doges, à Venise. C'est ici qu'elle a commencé à écrire des romans policiers. Son premier roman, Mort à la Fenice a été couronné par le prestigieux prix japonais Suntory, qui récompense les meilleurs suspenses. Après Mort en terre étrangère (Calmann-Lévy, 1997), Un Vénitien anonyme, Le Prix de la chair (Calmann-Lévy, 1998), Entre deux eaux (Calmann-Lévy, 1999), Péchés mortels (Calmann-Lévy, 2000), Noblesse oblige (Calmann-Lévy, 2001), L'affaire Paola (Calmann-Lévy, 2002), Des amis haut placés (Calmann-Lévy, 2003), Mortes-eaux (Calmann-Lévy, 2004), Une question d'honneur (Calmann-Lévy, 2005), Le Meilleur de nos fils (Calmann-Lévy, 2006), Dissimulation de preuves (Calmann-Lévy, 2007), De sang et d'ébène (Calmann-Lévy, 2008), Réquiem pour une cité de verre (Calmann-Lévy, 2009), Le Cantique des innocents (Calmann-Lévy, 2010) et La petite fille de ses rêves (Calmann-Lévy, 2011), La Femme au masque de chair est le dix-huitième roman policier qui met en scène le commissaire Brunetti.

Donna Leone n'a jamais voulu être traduite en Italien, par souci  de ne pas blesser les Véniciens qu'elle aime et qu'elle décrit à travers les rues de cette ville extraordinaire qu'est Venise.

plano-venecia-A3.jpg

 

 

 

 

 

link    SITE SUR DONNA LEONE       

 

 

 

Voir les commentaires

Published by ANDRE - LITTERATURE

france-gall.jpg

J'étais bien jeune alors, et ma naïveté devait être aussi grande que celle de France Gall quand Gainsbourg lui fit chanter "Les sucettes" 

 

  Je ne savais pas si elle était poupée de cire ou bien poupée de son, mais c'était ma "Yé-Yé" préférée.

Elle ne chantait pas toujours juste, elle ne bougeait pas très bien non plus, mais elle savait trouver de grands compositeurs pour la faire chanter.

Ci-dessous, le Grand Charles, pas De Gaulle, l'autre...

 

 

france-gall2.jpg

 

Ce petit bout de femme a su résister au départ de son mari, Michel berger     MICHEL BERGER / CHANSON / SOUVENIR  

 

  Elle s'est battue contre la maladie, la sienne et celle d'un de ses enfants, et l'on a envie de chanter avec elle:

 

 

  Aujourd'hui, ce couple me manque, l'un parce qu'il est mort et nous prive de son talent, l'autre parce qu'elle est trop discrète, et peut-être n'a-t-elle plus envie...

 

Gall-Berger.jpg

 

 

Voir les commentaires

Published by ANDRE - CHANSON-MUSIQUE

affext-equipe-jamm-951x1024.jpg

 

Créé en 1993, Heavy Fingers fait, depuis, figure de référence dans le monde du saxophone français. Ces 16 dernières années, ils ont joué dans toute la France, festival jazz à vienne, jazz à Vannes, les nuits de Fourvière…, mais aussi, Casino de Paris, Comedia, Olympia, Pavillon Baltard, Centres Culturels… et rencontré un vif succès en Suisse, au Maroc, en Belgique et très prochainement en Angleterre, au Japon et au Mexique.

En plus de leurs propres concerts, Heavy Fingers a multiplié les rencontres et les expériences musicales et s’est imposé comme section au sein du Lyon Jazz Orchestra, de l’Orchestre symphonique Lyonnais, de l’ensemble Op Cit et sur les musiques de Laurent Cugny et de Martial Solal.

Leur maîtrise de l’instrument et leur expérience de musiciens les a conduit à se produire dans divers contextes et d’accompagner des musiciens tel que Benny Golson, Alain Debiossat, Pierre Drevet… mais aussi les L5, Maxime Leforestier, Maurane ou Mickaël Jones.

Depuis quelques années, Heavy Fingers Quartet est devenu Sextet en invitant à se joindre à eux Christophe Gauvert à la Contrebasse et Hervé Humbert à la Batterie, créant ainsi une formation des plus originales.
Le son compact et puissant de la section de saxophone, la fluidité et le timbre des différents instruments donnent à cette formation des possibilités d’arrangements et d’orchestration extraordinaires. Basé sur des compositions personnelles et sur des arrangements de thèmes de Coltrane, Parker et Shorter, le concert qu’ils proposent est varié alliant arrangements complexes, envolées de mélodies et improvisations survoltées….. le mieux est d’écouter.


LE CV DES MUSICIENS :

 

SAX BARYTON : Manuel Fillat
Saxophoniste de l’Opéra de St Etienne. Professeur au Conservatoire de Lyon. Titulaire du Diplôme d’Etat de Jazz. Médaillé d’or du Conservatoire de Lyon.


SAX SOPRANO : Arnaud Jourdy
Saxophoniste invité de l’Orchestre National de Jazz Paolo Damiani. Finaliste au concours européen de l’Orchestre National de Jazz. Diplômé de l’International Music School de Paris. Médaillé d’or et 1er prix du Conservatoire de Lyon. Titulaire du Diplôme d’Etat de Jazz. Finaliste du concours de la Défense avec le groupe “4′têtes”.


SAX ALTO : Maxime Curtelin
Saxophoniste invité de l’Ensemble Intercontemporain de Daniel Kawka. Médaillé d’or du Conservatoire de Lyon. Professeur de l’Académie Internationale de cuivres et de saxophones.


SAX TENOR : Jacques Ponthus
Saxophoniste de la scène free et groove, ex-membre du groupe “Meï Teï Shô”, il a travaillé avec Laurent Blumenthal, Sylvain Beuf, Laurent Cugny, Martial Solal et a partagé des scènes avec Julien Lourau, Magic Malik, Laurent de Wilde. Médaille d’or du Conservatoire de Lyon, Jacques enseigne le jazz et le saxophone dans la région lyonnaise.


CONTREBASSE : Christophe Gauvert
Médaillé d’or au CNR de Lyon en contrebasse, il a travaillé avec E. Gomez, M. Johnson, L. Del Fra, M. Perez, H. Van de Ghein, M. Solal. Il a joué avec Alain Debiossat, John Tchicai, Marc Tchicai, Laurent Cugny, J.Luc Cappozzo et a participé à de nombreux festivals : Vienne, Suivez le Jazz, Francheville, Crest, Calvi, Montreux, Rive de Gier. Finaliste du Concours de Paris la Défense avec le groupe d’Arnaud Jourdy « 4têtes »


BATTERIE : Hervé Humbert
C’est après des études de percussions classiques que Hervé Humbert s’oriente vers la batterie pour suivre le cursus jazz de l’ENM de villeurbanne. Il se perfectionne auprès d’André Ceccareli et de Jean Geoffroy, marimbiste internationalement reconnu puis fonde le trio Dextriazz avec lequel il remporte plusieurs prix et distinctions. Hervé Humbert multiplie les rencontre et jouent dans différentes formations parmi les plus fameuses citons : La vie est un poulpe, Morilla 5tet, l’OEUF Big Band, Drixiland…


CE QU’ILS EN PENSENT :
De l’humour, de la finesse, de la qualité, de l’ivresse !!!
Enivrante, audacieuse, impressionniste, intimiste la musique d’ Heavy Fingers a tout pour nous faire rêver. Ces virtuoses sont depuis plus 15 ans liés par les liens sacrés du saxophone. Des années de générosité, où ce quartet sillonne les routes nationales et internationales pour répandre leur musique authentique et unique. Heavy Fingers apporte de la poésie à l’ordinaire, et parfume de jazz tout ce qu’il touche.  Rhino Jazz 2011

 

 

 

 

Ci-dessus, extrait d'un spectacle pour enfants.

 

 

Voir les commentaires

Published by ANDRE - CHANSON-MUSIQUE

les-petits-mouchoirs-2010-18829-625841091.jpg

 

Biographie de Maxim Nucci alias Yodelice.

Maxim Nucci est né le 23 février 1979 à Créteil. Après avoir intégré le Musicians Institut of London, Maxim signe un contrat avec Universal. Il a 17 ans !! Multi-instrumentiste (guitare, piano, basse), mais aussi acteur, compositeur et même réalisateur, il a depuis collaboré à de nombreux albums. Il a notamment réalisé le premier album des L5 (souvenez-vous, le premier groupe créé par l'émission Popstars de M6). En 2002, Maxim Nucci sort son premier single intitulé La cour des anges. En 2004, il joue aux côtés de Richard Anconina dans Alive, un film sur l'univers des comédies musicales et réalise également la bande originale. Puis en novembre 2006, son premier album éponyme paraît, entre folk, pop-rock, variété et funk festif.
Maxim Nucci croise Jenifer, la première gagnante de la Star Academy, pour la première fois dans les couloirs de la radio NRJ à Paris en octobre 2002. C'est le coup de foudre immédiat et ils ont une passion en commun : la musique. En juin de l'année suivante, la presse annonce que les deux amoureux attendent un enfant qu'ils prénommeront Aaron. Leur histoire prend fin début 2008.

 

 

 

 

Maxime Nucci sait à peu près tout faire, musique, chanson ou cinéma.

Il nous offre de bien jolies chansons...

 

Voir les commentaires

Published by ANDRE - CHANSON-MUSIQUE

parenthese.jpg

 

 

menu standard
34 €

Chef de cuisine : François DUCHESNE

LE RESTAURANT EST FERME EN HIVER LE DIMANCHE SOIR ET LE LUNDI.

Notre restaurant : une parenthèse gastronomique

Au restaurant "La Parenthèse" nous élaborons une cuisine de produits frais du Languedoc Roussillon et de plus loin. Une cuisine, inventive, traditionnelle et régionale.
Notre salle vous accueille midi ou soir, pour un déjeuner entre amis ou un dîner gastronomique.
Lorsque le temps le permet, nous servons sur notre terrasse qui domine les toits d’Uzès.
Uzes-17-aout-2012-005.JPG
Le restaurant “La Parenthèse” est cité dans le principaux guides gastronomiques de France.

Menu du marché et carte des vins du Gard et du Languedoc

Notre carte est composée d’un Menu du Marché à 17€ pour le déjeuner (hors dimanches et jours fériés) et d’un Menu Carte à 34€ (possibilité entrée-plat ou dessert à la carte), tous les jours sur réservation.
Belle sélection de vins du Languedoc-Roussillon ou d’autres régions de France.

Uzes-17-aout-2012-021.JPG

Après la mise en bouche, vous pouvez commencer avec un foie gras frais accompagné d'une tomate confite.

 

Uzes-17-aout-2012-023.JPG

 

Ou, si vous préférez, les escargots de l'Uzège à la provençale.

Uzes-17-aout-2012-025.JPG

 

Les gambas au pastis (sur lit de fenouils) sont servies décortiquées, ce qui amplifie le plaisir de la dégustation.

 

Uzes-17-aout-2012-026.JPG

 

Si vous êtes plutôt viande, prenez la côte de veau avec son écrasée de pommes de terre. (légèrement aillée, vous regretterez de ne pas en avoir davantage)

Uzes-17-aout-2012-031.JPG

Côté désserts, c'est l'embarras du choix, avec l'assiette au chocolat noir,

 

Uzes-17-aout-2012-032.JPG

celle de l'heureux gourmand,

 

Uzes-17-aout-2012-033.JPG

ou le gratin de fraises au basilic.

 

Vous avez là tout ce qu'il faut pour passer une soirée de rêve, et le plaisir du palais et complété par un service attentionné.

Si vous passez à Uzes, rendez visite au 3 rue de la Grande Bourgade, vous devriez y passer un bien agréable moment.

Voir les commentaires

Published by ANDRE - CUISINE

RUE-DES-HARKIS.jpg

En 1975, quatre hommes cagoulés et armés pénètrent dans la mairie de Saint Laurent des Arbres, dans le département du Gard.
Sous la menace de tout faire sauter à la dynamite, ils obtiennent après 24 heures de négociations la dissolution du camp de harkis proche du village.
 

 

harkis.jpg

Voir les commentaires

Published by ANDRE - HISTOIRE

blier3.jpg

C'est sans doute dans son rôle de l'inspecteur Javert qu'il est entré dans ma mémoire...Je lui ai gardé une tendresse toute particulière, car il est de ceux qui ont pu me faire pleurer aussi bien que rire...

 

 

 

Bernard Blier, comédien français, né à Buenos Aires le 11 janvier 1916, sa famille résidant alors en Argentine où son père, biologiste à l'Institut Pasteur, était en mission. Etudes à Paris au lycée Condorcet puis cours d'art dramatique chez Julien Bertheau et Raymond Rouleau. Ce dernier le fait débuter à l'écran en 1937 dans TROIS, SIX, NEUF. Refusé trois fois au conservatoire Bernard Blier rencontre Louis Jouvet qui lui conseille de persévérer. Reçu au conservatoire il entre dans la classe de Jouvet. Toujours sur les conseils de Jouvet il fait du théâtre : "Mailloche ", " l'Amant de Paille"... Marcel Carné lui confie un rôle important dans HOTEL DU NORD. Il commence à s'imposer lorsque la guerre éclate. Mobilisé, prisonnier, il s'évade et revient à Paris où il retrouve plusieurs amis cinéastes dont Christian-Jaque. Il reprend le chemin des studios et refait du théâtre de façon régulière.

En 1947, grâce à Clouzot QUAI DES ORFÈVRES et à Yves Allégret DÉDÉE D'ANVERS il devient un acteur de tout premier plan. MANÈGES (b) et enfin L'ÉCOLE BUISSONNIÈRE achèvent d'affirmer son talent. Bernard Blier après ses. remarquables compositions dans QUAI DES ORFÈVRES, MANÈGES, L'ÉCOLE BUISSONNIERE, est devenu un acteur fort sollicité aussi bien par le cinéma que par le théâtre. Son type d'homme le cantonne alors dans des emplois de maris trompés et d'amoureux bafoués. André Cayatte avec AVANT LE DÉLUGE et LE DOSSIER NOIR lui offre alors des rôles dramatiques marquants, rôles qui le font découvrir par les cinéastes italiens.
blier4.jpg
Dès lors Bernard Blier va se partager entre la France et l'Italie. En 1959 il est l'une des vedettes de l'admirable film de Monicelli LA GRANDE GUERRE. Plus tard il déclarera : "C'est grâce à LA GRANDE GUERRE que les Italiens m'ont adopté comme l'un des leurs". C'est en effet l'Italie qui lui offre alors des emplois remarquables sous la direction - entre autres - de Lizzani, Visconti et Corbucci. Toujours dans les années 1959-1960 il tourne avec un jeune réalisateur français, Georges Lautner, dont il ne tarde pas à devenir la vedette fétiche. Depuis déjà quelques années Bernard Blier apparaît comme un comédien de tout premier plan au sein du cinéma français. En Italie il est également un acteur recherché. Dans ces deux pays il tourne régulièrement tout en ne délaissant pas le théâtre ( en France).

C'est alors que Bernard Blier, se souvenant des déclarations que lui fit - jadis - le grand Jouvet, déclare: " Parlant des répliques Jouvet avait raison quand il disait : C'est dans le superficiel qu'elles sont profondes () Toi tu commenceras ta carrière à cinquante ans, me répétait-il toujours. Il ajoutait : Prends ton temps. J'ai toujours suivi ses conseils. J'ai passé ma vie à observer les autres, en m'amusant des travers de chacun. " (Déclarations faites au Journal du Dimanche le 18 mai 1975). De Lizzani à Visconti, de Lautner à Audiard, de Pierre Richard à Robin Davis en passant par son fils Bertrand, Bernard Blier se souvient des leçons de Jouvet.

CE CHER VICTOR en est une preuve flagrante. Très amaigri, à bout de forces mais chaleureux, souriant et bonhomme tel que l'écran l'avait si souvent révélé, Bernard Blier apparut pour la dernière fois en public le 4 mars 1989. sur la scène de l'Empire, lors de la cérémonie des Césars. Debout l'assistance ovationna longuement le comédien à qui Michel Serrault, larmes aux yeux, venait de remettre le César d'Honneur qui couronne sa prestigieuse carrière. Puis, avec sa modestie coutumière et après un ultime salut Bernard Blier disparut en coulisse. Quelques jours plus tard, le 29 mars, à Saint-Cloud, s'éteignait celui qui fut, durant un demi-siècle, le plus populaire des grands seconds rôles du cinéma français.

Depuis ses débuts, en 1936, il n'avait pratiquement jamais cessé de travailler et venait après au moins 180 films, d'ajouter à sa filmographie un dernier titre, italien, dont la traduction pourrait être, avec quelle ironie. " Un éclat de vie " ! En novembre 1987, il avait d'ailleurs prévenu un journaliste qui l'interrogeait sur son éventuelle retraite : "Ah, non ! Si j'arrête, c'est que je suis mort ! " (" La revue du cinéma ", n°440). Bernard Blier avait tourné vingt-et-un longs métrages dans la dernière décennie de sa carrière, le plus souvent au-delà des frontières de l'Hexagone.

Onze de ces films furent en effet dirigés par des cinéastes italiens - " les Italiens sont superstitieux et se sont mis dans l'idée que je portais bonheur, mais il y a des films que vous n'avez jamais vus ()grâce au ciel ! " (ibid) - et deux autres par le Polonais Wajda et le Yougoslave Petrovic. Quant aux cinéastes français, ils préférèrent exploiter de l'acteur sa rondeur bon enfant et sa verdeur rabelaisienne, lui confiant surtout ces rôles comiques où, d'ailleurs, il excellait: ainsi l'inénarrable émir Abdullah de PÉTROLE! PÉTROLE J.B. Cobb. le magnat de la production cinématographique (JE HAIS LES ACTEURS) et Alexi, le ministre soviétique que titillent les sirènes du capitalisme (TWIST AGAIN A MOSCOU); ou encore le vieux major homosexuel d'ADA DANS LA JUNGLE et le truculent Saltiel, le graveur sur marrons et os de poulet de MANGECLOUS.
blier.jpg
Le comédien est réservé sur le bien-fondé de cette image de bon vivant : "Le côté rabelaisien ne me ressemble pas du tout". (Ibid). Sans doute se sentait-il plus proche du gouverneur tsariste, défenseur de l'ordre établi, qu'il a interprété dans LES POSSÉDÉS et plus encore, du Staplin cauteleux et féroce acharné à la perte de Frank Poupart/ Patrick Dewaere (SÉRIE NOIRE) ou de cet inspecteur de police assassin créé pour lui dans BUFFETFROID par le cinéaste qui le connaît le mieux, Bertrand Blier, son fils.

Quoi qu'il en soit de ses légitimes regrets -" _f aimerais créer un type d'emploi tenu avant par des gens comme Raimu ou Harry Baur. Je peux les jouer maintenant mais on ne les écrit pas. " (" Studio Magazine ", n' 26) - le fait que même la Télévision soviétique ait annoncé sa mort dit bien l'extraordinaire popularité, en France comme à l'étranger, d'un comédien qui ne manquait pas une occasion de rappeler: "Je n'ai jamais été une star ! " Sans doute est-ce la raison pour laquelle tant de spectateurs, de par le monde, l'ont reconnu et aimé comme un des leurs. En 1989, quelques mois après sa disparition, sa femme Annette Blier et Claude Dufresne, publièrent un livre de souvenirs intitulé, tout simplement " Bernard Blier " (Editions Solar).

blier5.jpg

En 2009

blier2.jpg

Bernard Blier restera à mes yeux un des grands visages du cinéma Français.

 

 

Voir les commentaires

Published by ANDRE - CINEMA

1 2 > >>

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

"un retraité qui prend le temps d'écouter et d'analyser tout ce qui fait notre quotidien... qui prend aussi le temps d'écrire... qui adore chiner... et qui adore les gravures anciennes... Un retraité qui aime vous transmettre ce qu'il aime, au hasard de ses souvenirs et de ses découvertes. "

Pages

Articles récents

Hébergé par Overblog