BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

un retraité qui prend le temps d'écouter et d'analyser tout ce qui fait notre quotidien... qui prend aussi le temps d'écrire... qui adore chiner... et qui adore les gravures anciennes... Un retraité qui aime vous transmettre ce qu'il aime, au hasard de ses souvenirs et de ses découvertes.

Publié le par ANDRE
Publié dans : #CINEMA

Les-Chemins-de-la-Liberte-Affiche-France-375x500.jpg

 

Le Synopsis officiel du film (Metropolitan FilmExport) :
En 1940, une petite troupe de prisonniers décide de s'évader d'un camp de travail sibérien. Pour ces hommes venus de tous les horizons, s'échapper de cet enfer ne sera que le début de l'aventure...
Ensemble, ils vont parcourir plus de 10 000 kilomètres, à travers la toundra sibérienne glacée, traversant les plaines de Mongolie, les fournaises du désert de Gobi puis les sommets de l'Himalaya pour franchir la Grande Muraille de Chine.
Certains s'arrêteront en chemin, d'autres ne survivront pas aux épreuves. L'Inde - alors sous contrôle anglais - est le but ultime. Mais la route est longue, les rencontres risquées, les conditions physiques épouvantables, et chacun a ses secrets...

 

Ce film fort est basé sur des évènements réels survenus durant la dernière guerre mondiale. C'est un hommage à 3 hommes ayant surmonté d'incroyables difficultés pour survivre et échapper à un emprisonnement injuste. Même si ce n'est pas un film indispensable, c'est une belle réalisation, sobre et efficace, qui nous fait traverser des décors surprenants, en accompagnant de grands interprètes, tous très attachants...

les-chemins-de-la-liberte-1-10322974sxmix.jpg

Voir les commentaires

Publié le par ANDRE
Publié dans : #LITTERATURE

AVT Guy-de-Maupassant 12.pjpegGuy de Maupassant(1850-1893) 

 

 

 

 

Désirs


 

 

Le rêve pour les uns serait d'avoir des ailes,
De monter dans l'espace en poussant de grands cris,
De prendre entre leurs doigts les souples hirondelles,
Et de se perdre, au soir, dans les cieux assombris.

D'autres voudraient pouvoir écraser des poitrines
En refermant dessus leurs deux bras écartés ;
Et, sans ployer des reins, les prenant aux narines,
Arrêter d'un seul coup les chevaux emportés.

Moi ; ce que j'aimerais, c'est la beauté charnelle :
Je voudrais être beau comme les anciens dieux,
Et qu'il restât aux coeurs une flamme éternelle
Au lointain souvenir de mon corps radieux.

Je voudrais que pour moi nulle ne restât sage,
Choisir l'une aujourd'hui, prendre l'autre demain ;
Car j'aimerais cueillir l'amour sur mon passage,
Comme on cueille des fruits en étendant la main.

Ils ont, en y mordant, des saveurs différentes ;
Ces arômes divers nous les rendent plus doux.
J'aimerais promener mes caresses errantes
Des fronts en cheveux noirs aux fronts en cheveux roux.

J'adorerais surtout les rencontres des rues,
Ces ardeurs de la chair que déchaîne un regard,
Les conquêtes d'une heure aussitôt disparues,
Les baisers échangés au seul gré du hasard.

Je voudrais au matin voir s'éveiller la brune
Qui vous tient étranglé dans l'étau de ses bras ;
Et, le soir, écouter le mot que dit tout bas
La blonde dont le front s'argente au clair de lune.

Puis, sans un trouble au coeur, sans un regret mordant,
Partir d'un pied léger vers une autre chimère.
- Il faut dans ces fruits-là ne mettre que la dent :
On trouverait au fond une saveur amère.

Voir les commentaires

Publié le par ANDRE
Publié dans : #LITTERATURE
  • Alfred de Vigny (1797-1863)

Le cor

COR-HARMONIE-DOUBLE-ROY-BENSON-HR-501.jpg



J'aime le son du Cor, le soir, au fond des bois,
Soit qu'il chante les pleurs de la biche aux abois,
Ou l'adieu du chasseur que l'écho faible accueille,
Et que le vent du nord porte de feuille en feuille.

Que de fois, seul, dans l'ombre à minuit demeuré,
J'ai souri de l'entendre, et plus souvent pleuré !
Car je croyais ouïr de ces bruits prophétiques
Qui précédaient la mort des Paladins antiques.

O montagnes d'azur ! ô pays adoré !
Rocs de la Frazona, cirque du Marboré,
Cascades qui tombez des neiges entraînées,
Sources, gaves, ruisseaux, torrents des Pyrénées ;

Monts gelés et fleuris, trône des deux saisons,
Dont le front est de glace et le pied de gazons !
C'est là qu'il faut s'asseoir, c'est là qu'il faut entendre
Les airs lointains d'un Cor mélancolique et tendre.

Souvent un voyageur, lorsque l'air est sans bruit,
De cette voix d'airain fait retentir la nuit ;
A ses chants cadencés autour de lui se mêle
L'harmonieux grelot du jeune agneau qui bêle.

Une biche attentive, au lieu de se cacher,
Se suspend immobile au sommet du rocher,
Et la cascade unit, dans une chute immense,
Son éternelle plainte au chant de la romance.

Ames des Chevaliers, revenez-vous encor?
Est-ce vous qui parlez avec la voix du Cor ?
Roncevaux ! Roncevaux ! Dans ta sombre vallée
L'ombre du grand Roland n'est donc pas consolée !

II

Tous les preux étaient morts, mais aucun n'avait fui.
Il reste seul debout, Olivier prés de lui,
L'Afrique sur les monts l'entoure et tremble encore.
"Roland, tu vas mourir, rends-toi, criait le More ;


HISTOIRE GRAVURES ROSSIGNOL 007
"Tous tes Pairs sont couchés dans les eaux des torrents."
Il rugit comme un tigre, et dit : "Si je me rends,
"Africain, ce sera lorsque les Pyrénées
"Sur l'onde avec leurs corps rouleront entraînées."

"Rends-toi donc, répond-il, ou meurs, car les voilà."
Et du plus haut des monts un grand rocher roula.
Il bondit, il roula jusqu'au fond de l'abîme,
Et de ses pins, dans l'onde, il vint briser la cime.

"Merci, cria Roland, tu m'as fait un chemin."
Et jusqu'au pied des monts le roulant d'une main,
Sur le roc affermi comme un géant s'élance,
Et, prête à fuir, l'armée à ce seul pas balance.

III

Tranquilles cependant, Charlemagne et ses preux
Descendaient la montagne et se parlaient entre eux.
A l'horizon déjà, par leurs eaux signalées,
De Luz et d'Argelès se montraient les vallées.

L'armée applaudissait. Le luth du troubadour
S'accordait pour chanter les saules de l'Adour ;
Le vin français coulait dans la coupe étrangère ;
Le soldat, en riant, parlait à la bergère.

Roland gardait les monts ; tous passaient sans effroi.
Assis nonchalamment sur un noir palefroi
Qui marchait revêtu de housses violettes,
Turpin disait, tenant les saintes amulettes :

"Sire, on voit dans le ciel des nuages de feu ;
"Suspendez votre marche; il ne faut tenter Dieu.
"Par monsieur saint Denis, certes ce sont des âmes
"Qui passent dans les airs sur ces vapeurs de flammes.

"Deux éclairs ont relui, puis deux autres encor."
Ici l'on entendit le son lointain du Cor.
L'Empereur étonné, se jetant en arrière,
Suspend du destrier la marche aventurière.

"Entendez-vous ! dit-il. - Oui, ce sont des pasteurs
"Rappelant les troupeaux épars sur les hauteurs,
"Répondit l'archevêque, ou la voix étouffée
"Du nain vert Obéron qui parle avec sa Fée."

Et l'Empereur poursuit ; mais son front soucieux
Est plus sombre et plus noir que l'orage des cieux.
Il craint la trahison, et, tandis qu'il y songe,
Le Cor éclate et meurt, renaît et se prolonge.
"Malheur ! c'est mon neveu ! malheur! car si Roland
"Appelle à son secours, ce doit être en mourant.
"Arrière, chevaliers, repassons la montagne !
"Tremble encor sous nos pieds, sol trompeur de l'Espagne !

IV

Sur le plus haut des monts s'arrêtent les chevaux ;
L'écume les blanchit ; sous leurs pieds, Roncevaux
Des feux mourants du jour à peine se colore.
A l'horizon lointain fuit l'étendard du More.

"Turpin, n'as-tu rien vu dans le fond du torrent ?
"J'y vois deux chevaliers : l'un mort, l'autre expirant
"Tous deux sont écrasés sous une roche noire ;
"Le plus fort, dans sa main, élève un Cor d'ivoire,
"Son âme en s'exhalant nous appela deux fois."

Dieu ! que le son du Cor est triste au fond des bois !

Voir les commentaires

Publié le par ANDRE
Publié dans : #TOURISME

kansas-missouri.JPG

 

Si vous aimez les bâtiments qui sortent de l'ordinaire, on en trouve quelques-uns de par le monde.

 

 

gaudi-barcelone.JPG

 

Gaudi ne s'est pas contenté de la Sagrada Familia à Barcelone, il a aussu réalisé des immeubles d'habitation.

 

Montreal habitat 67

Il y a beaucoup de "boîtes" à Montréal...

 

Vienne maison projectile

A Vienne, en Autriche, cette maison semble avoir perdu la tête...


 

Si cela vous interpelle, regardez le diaporama ci-dessous que vous ferez avancer en cliquant...

 
View more presentations or Upload your own.
L'imagination des architectes est infinie, mais plutôt agréable!



Voir les commentaires

Publié le par ANDRE
Publié dans : #CINEMA

Affiche-La-Rafle.jpg

 1942.
Joseph a onze ans.
Et ce matin de juin, il doit aller à l'école, une étoile Jaune cousue sur sa poitrine...
Il reçoit les encouragements d'un voisin brocanteur. Les railleries d'une boulangère.
Entre bienveillance et mépris, Jo, ses copains juifs comme lui, leurs familles, apprennent la vie dans un Paris occupé, sur la Butte Montmartre, où ils ont trouvé refuge.
Du moins le croient-ils, jusqu'à ce matin de 16 juillet 1942, ou leur fragile bonheur bascule...
Du Vélodrome d'Hiver, où 13 000 raflés sont entassés, au camp de Beaune-La-Rolande, de Vichy à la terrasse du Berghof, La Rafle suit les destins réels des victimes et des bourreaux.

LA-RAFLE-2.jpg
De ceux qui ont orchestré.

petain_montoire.jpg

Pétain et Hitler

Pétain fut condamné à mort et sa peine commuée en prison à perpétuité


De ceux qui ont eu confiance.

jean-reno-la-rafle.jpg Jean Réno
De ceux qui ont fui.
De ceux qui se sont opposés.

Melanie-laurent-la-rafle.jpgMélanie Laurent
Tous les personnages du film ont existé.
Tous les évènements, même les plus extrêmes, ont eu lieu cet été 1942.

rafle-3Gad Elmaleh

 

 

 

 

 

 

LA-RAFLE.JPG
laval_Hitler.gif
Pierre Laval aux côtés d'Hitler
Condamné à mort et fusillé en 1945
250px-Bundesarchiv_Bild_101I-027-1475-38-_Marseille-_deutsc.jpg
René Bousquet
Organisateur de la rafle du Veldiv
Il sera abattu le 8 juin 1993 sans avoir vraiment rendu compte de ses actes

Ce film très bouleversant retrace avec beaucoup de détails, une page bien triste de l'histoire de notre pays, qui ne semble pas encore guéri de ses relents d'antisémitisme, à l'heure où l'on accorde 12% d'intentions de vote pour le Front National, où que l'on voit des gens s'étonner du refus du ministre de la culture de hisser Céline, antisémite notoire, au "Panthéon républicain!
Ce qui ne retire rien au "Voyage au bout de la nuit" et n'interdit pas la mémoire littéraire.
Je ne sais pas si un jour, l'Homme réagira face à la différence autrement que par la haine.
C'est en tout cas un superbe film que je vous recommande.

 

Voir les commentaires

Publié le par ANDRE
Publié dans : #THEATRE

G-AFFICHE.JPG

 

Le géant de Kaillass, de Peter Turrini /// Axel De Booseré /// Arsenic-Texte Peter Turrini-Mise en scène Axel De Booseré-Conception Axel De Booseré et Maggy Jacot- Traduction Henri Christophe-Direction du projet Claude Fafchamps -Scénographie, costumes et dramaturgie Maggy Jacot -Création de l'univers sonore François Joinville- Création des éclairages Gérard Maraite-Composition musicale Benoît Lou

GEANT-2.JPG

Quel cirque que la vie du Géant de Kaillass ! Quelle épopée que les aventures de ce jeune homme de deux mètres cinquante et des poussières rejeté par ses proches et tous les autres ! Quel voyage que le sien, un périple qui démarre dans un petit village autrichien et l’entraîne – et nous emmène – dans les champs de foire, les grandes cours d’Europe, un cabaret parisien, dans les jupons d’une femme minuscule qui l’aimera d’un amour impossible avant de retourner au pays d’où il vient. Pour mourir. Si alors on verse une larme d’émotion, avant, on aura ri, applaudi, tapé des mains et des pieds, on aura gardé les yeux grands ouverts, plus écarquillés encore qu’à tous les autres spectacles atypiques et fabuleux d’Arsenic, qui à nouveau, nous accueille dans un espace magique, un espace unique et enthousiasmant.

GEANT-4.JPG
Cette fois, la merveille des merveilles est un tout nouveau chapiteau de cirque ovale . Un chapiteau qui, comme Le Géant de Kaillass, parle de voyage et porte en lui l’émotion de l’aventure. Un chapiteau qui se prêtera à toutes les folies et les bascules de ce « drame à stations » dans la tradition du théâtre allemand. Un spectacle de théâtre musical idéal pour les fêtes de fin d’année, un spectacle généreux qui sera le point d’orgue de la compagnie. 

GEANT.JPG

Le Volcan du Havre accueille jusqu'à dimanche soir la compagnie Belge "Arsenic", qui a dressé son chapiteau en face de l'Université, sur le champ de Foire.

J'ai aimé ce spectacle inventif qui m'a rappelé le Grand Magic Circus de Jerôme Savary.

Les acteurs se livrent avec beaucoup de générosité, et leur joie de vivre est communicative. Le public Havrais de tous âges, a répondu très activement à cet hymne à la joie, même si l'histoire est triste car on y retrouve la haine de certains pour la différence...

N'hésitez pas à aller  passer une belle soirée de dépaysement sous le regard plein de grandeur du pauvre géant de Kaillass.

Vous avez quelques extraits du spectacle ci-dessous:

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par ANDRE
Publié dans : #SPORT

Une finale inédite pour l'open d'Australie de tennis féminin:

 

open-australie-Cleister.jpg   L'élastique Kim Clijsters affrontera la surprenante

 

li na2

Na Li

Au moment où Justine Henin met fin à sa carrière, alors que la Belgique ne trouve toujours pas de gouvernement, elle trouve une nouvelle occasion de rêver à un titre de Grand Chelem avec Kim Clijsters!

Rendez-vous samedi soir pour connaître l'heureuse élue.
 

Voir les commentaires

Publié le par ANDRE
Publié dans : #TOURISME

erickson-kerne-san-francisco.jpg

 

"En 1579, le grand corsaire anglais Francis Drake jette l’ancre non loin de la baie de San Francisco et prend possession du territoire au nom de la reine d'Angleterre. La Californie avait été « découverte » peu de temps auparavant par Cortés, mais les Espagnols n'en avaient pas encore exploré le nord.
Curieusement, ce n'est qu’en 1769 que la baie en elle-même est découverte, par des missionnaires espagnols. Elle avait été jusqu’à présent dissimulée par le perpétuel brouillard et avait donc échappé aux investigations précédentes. Saint François d'Assise étant le patron de ces missionnaires, la ville prend naturellement le nom de San Francisco. On construit alors une première église qui lui est dédiée, ainsi que la forteresse du Presidio.
Des colons espagnols venus du Mexique commencent à s'y installer dès la fin du XVIIIe siècle. C’est de cette époque que date le tracé de Grant Street, la première rue de la ville."

Extrait du Guide du Routard

 

 

lombard%20street

Lombard Street

 

san-francisco.jpg

Maisons typiques de San Francisco

Les painted ladies d'Alamo Square

Demeures victoriennes

 

cable-car-picture-2

Cable car

plan-san-francisco.JPG

Fisher's man Wharf

où vous pouvez déguster de délicieux sandwichs au crabe

san_francisco_sausalito.jpg

Sausalito

 

Je vous propose une petite promenade photographique à travers cette ville extraordinaire:

 

San Francisco-
View more presentations or Upload your own.
                                                                                                                                                                        
                     

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 > >>

VOITURES DE COLLECTION

Articles récents

CINEMA-COMEDIE

<iframe src="http://www.loxiastudio.com/i-XXrV" width="500" height="350" scrolling="no" frameborder="0" allowtransparency="true"style="visibility:hidden" onload="this.style.visibility='visible'"></iframe>

Hébergé par Overblog

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog