Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Inspiré d'une histoire vraie, ce film dérange par les implications qu'il dévoile, autour du besoin de travail, de la souffrance du chômage et de l'irresponsabilité dangereuse.
François Cluzet nous entraine dans le sillage de ce petit escroc emporté par une histoire qui le dépasse, et dans laquelle il découvre l'amour (Emmanuelle Devos). Le jeune couple Stéphanie Sokolinski/Vincent Rottier nous fait toucher du doigt la misère du Pas de Calais, avec son taux de chômage record (proche de 25%), et enfin Depardieu ajoute son talent à ce drame dérangeant, mais très intéressant.


Voir les commentaires

Published by ANDRE - CINEMA

FESTIVAL DE MUSIQUE A LYON

SALLE NINKASI

LE 25 NOVEMBRE 2009

Trois artistes étaient au programme de ce festival organisé autour du thème pour la défense des femmes battues (1ère cause de mortalité en France): Buridane, Les Joyeux Urbains et Camille Bazbaz.

·       BURIDANE: née à Rouen, cette jeune chanteuse fait sa carrière sur Lyon, après avoir obtenu le prix découverte des dernières Francofolies. Elle est auteur compositeur et semble posséder un réel talent. Elle devrait faire parler d’elle à l’avenir, surtout si son imagination enrichit son répertoire de 6 chansons actuellement.

·       Les Joyeux Urbains ont tout de suite conquis la salle avec un humour débridé et un spectacle parfaitement mis en scène et bien rôdé. Les textes sont truffés de jeux de mots savoureux, portés par des chanteurs sympathiques et complémentaires. Ils nous ont fait passer un bon moment.

 

·  Camille BAZBAZ complétait la programmation, seul avec son clavier et un mal de gorge carabiné. Moi qui l’avais apprécié à Lillebonne, avec son orchestre, déchaîné et virevoltant sur la scène, le contraste n’était pas à l’avantage de ce chanteur talentueux aux chansons sensuelles pour ne pas dire érotiques : « Je suis un con d’homme dans un con de femme… », voilà qui donne le ton de son prochain album à sortir en mars 2010. Il nous a fait profiter de quelques nouveaux textes bien sentis sur ce qu’aurait pu être sa vie…son intervention était bien courte hélas, on mettra cela sur le compte de sa crève…

 

Voir les commentaires

Published by ANDRE - CHANSON-MUSIQUE

J'avais pris mes places un peu par hasard, sans préjuger de ce que j'allais voir, et je suis ressorti fasciné, ému, apaisé ...
De superbes musiciens apportaient leur talent à la belle voix de la chanteuse mélancolique mais énergique.
Il y avait Fred Maggi au piano, Dominique Pinto ( sud Américaine de 20 ans) au violoncelle, un contrebassiste dont je n'ai pas retenu le nom et Nicolas Dubosc (enfant du Havre) aux guitares.
Ce fut un beau moment de musique et de nostalgie, avec un grand merci à l'absent omni-présent, Serge Gainsbourg...
Pour le plaisir, quelques-unes de ses chansons...
Fuir le bonheur

Ford Mustang


Aung San Suu Kyi, un engagement fort de Jane Birkin contre la junte militaire Birmane

Voir les commentaires

Published by ANDRE - CHANSON-MUSIQUE


LYON

LA CITE INTERNATIONALE

LE PARC DE LA TETE D’OR

La ville de Lyon est une de nos grandes et belles villes, elle nous offre un parfait dépaysement hors du temps, avec l’architecture moderne de sa Cité Internationale, et les grands espaces du parc de la Tête d’Or.


  • LA CITE INTERNATIONALE

En plus de son look futuriste, Lyon y organise la  Xème biennale d’art contemporain, sur le thème:  "Le spectacle du quotidien".



On est mis dans l’ambiance dès l’arrivée dans la rue intérieure, avec ce camion « grimpeur »…

L’exposition, même si l’on est réfractaire à l’art contemporain, ne laisse pas indifférent, et a l’avantage de nous étonner, en étant résolument tournée vers l’audio visuel.






                Le camion grimpeur...

Pour ce qui me concerne, je retiendrai surtout les belles photos sur toile, inspirées de tableaux célèbres, adaptées à la culture de notre melting pot…

      Réalisé par Wong Hoy Cheong d'après la lecture de Fantin Latour.

J’ai bien aimé aussi les soldats sans corps, avec leur tambours automatiques…de Jompet Kuswidananto.

Pour le reste, je suis resté un peu en retrait, mais ma mémoire m’en parlera encore dans les semaines à venir.

En traversant cette cité, la quiétude s’accompagne des belles images des statues gigantesques qui jalonnent le décor.


 

  • LE PARC DE LA TETE D’OR

Il n’y a que quelques pas à faire pour rejoindre l’espace merveilleusement aménagé autour du lac.

Même si la saison ne s’y prête pas, on découvre la roseraie,


où l’on croise au hasard des allées, tous les sportifs de la ville qui viennent oublier le parfum des gaz de voitures.

En traversant l’île du vélodrome, on rejoint la plaine des animaux, ouverte à tous, et l’on découvre


les mangoustes,








les singes en tous genres,









et quelques grands fauves,

dont le roi lion,









la panthère « amour »,









les ours à lunettes, les crocodiles ou les éléphants d’Asie.

 

On trouve aussi sur la plaine Africaine, les girafes et les buffles qui cohabitent paisiblement


avec les flamants roses ou les pélicans, les lémuriens ou les paons.

C’est une façon bien agréable de passer son temps, surtout lorsque le soleil vous accompagne…


 

Voir les commentaires

Published by ANDRE - TOURISME


                                                     EVENTAIL

 

O rêveuse, pour que je plonge

Au pur délice sans chemin,

Sache, par un subtil mensonge,

Garder mon aile dans ta main.

 

Une fraîcheur de crépuscule

Te vient à chaque battement

Dont le coup prisonnier recule

L’horizon délicatement.

 

Vertige ! Voici que frissonne

L’espace comme un grand baiser

Qui, fou de naître, pour personne

Ne peut jaillir ni s’apaiser.

 

Sens-tu le paradis farouche

Ainsi qu’un rire enseveli

Se couler du coin de ta bouche

Au fond de l’unanime pli ?

 

Le sceptre des rivages roses

Stagnants sur l’or des soirs, ce l’est,

Ce blanc vol fermé que tu poses

Contre le feu d’un bracelet.

 

Stéphane Mallarmé.

 


Voir les commentaires

Published by ANDRE - LITTERATURE






LE RODEUR DE PARIS

 

Bon sang d’bon Dieu ! Quel turbin

J’viens d’mett mon pied dan’ eun’ flaque :

C’est l’hasard qui m’offre un bain.

Vlan ! V’là l’vent qui m’fiche eun’ claque.

Fait vraiment un froid d’attaque.

Quand j’ pens’ que j’suis pas couvert

Et qu’ j’ai pas d’poils comme un braque !

C’est pas rigolo, l’hiver.

 

R’mouchez-moi un peu c’larbin

Sous sa fourrure ed’cosaque.

Comme j’pu’ bon l’eau d’Lubin !

I’s’ gour’ dans son col qui craque

Comme un’ areng dans sa caque.

Oh ! la ! la ! c’t’ habillé d’vert !

Oui, mais moi, v’là que j’ me plaque.

C’est pas rigolo, l’hiver.

 

Et ç’uilà, l’est pas lambin,

Nom de nom ! Comme i’s’ détraque,

Avec son bec-ed’-corbin

Et son londrès neuf qu’i’ sacque !

Tiens ! I’ rent’ dans sa baraque.

La mienne est à ciel ouvert,

Avec un parquet d’ déflaque.

C’est pas rigolo, l’hiver.

 

ENVOI

 

Prince , il fait nuit ; l’ciel s’opaque.

Viens-tu ? J’vas poisser d’l’auber…

Au bagn’ j’aurai eun’ casaque !

C’est pas rigolo, l’hiver.

 

 

 

Jean Richepin.

 

Voir les commentaires

Published by ANDRE - LITTERATURE

TERRE FATALE


C'est  le dernier volet de la saga "Algérienne" de Jacques Ferrandez.
Si vous avez manqué le début vous pouvez également trouver le premier cycle des "Carnets d'Orient", édité par Casterman, qui reprend les 5 premiers tomes de cette oeuvre remarquable de richesse historique, de qualité graphique et de sensibilité dénuée de manichéisme...

C'est une pure merveille qui permet de repenser à l'Algérie, sans trop pleurer, même lorsqu'on en est originaire et rapatrié...

Image souvenir des départs d'Algérie...





















Jacques Ferrandez




Voir les commentaires

Published by ANDRE - LITTERATURE

1 2 > >>

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

"un retraité qui prend le temps d'écouter et d'analyser tout ce qui fait notre quotidien... qui prend aussi le temps d'écrire... qui adore chiner... et qui adore les gravures anciennes... Un retraité qui aime vous transmettre ce qu'il aime, au hasard de ses souvenirs et de ses découvertes. "

Pages

Articles récents

Hébergé par Overblog