BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

un retraité qui prend le temps d'écouter et d'analyser tout ce qui fait notre quotidien... qui prend aussi le temps d'écrire... qui adore chiner... et qui adore les gravures anciennes... Un retraité qui aime vous transmettre ce qu'il aime, au hasard de ses souvenirs et de ses découvertes.

Publié le par ANDRE
Publié dans : #CINEMA

Claude-Lelouch_closer_star_large.jpgCLAUDE LELOUCH

Canal+ nous donne la chance de voir son dernier film "Ces amours là". C'est un film bilan sur ce réalisateur mal aimé, et pourtant plein de sensibilité, amoureux de la vie et des gens.

ClaudeLelouchDavidKoskas.jpg 

Son histoire, racontée par "Allo Ciné":

 

"Abandonnant ses études, Claude Lelouch part effectuer des reportages dans le monde entier (Quand le rideau se lève, filmé illégalement en URSS en 1957). Après avoir tourné plusieurs courts-métrages dans le cadre du Service Cinématographique des Armées, il fonde en 1960 sa propre maison de production, Les Films 13, et réalise son premier long métrage de fiction, Le Propre de l'homme, cuisant échec financier et critique. Si ses essais suivants ne sont guère remarqués (La Femme spectacle est même censuré en 1964), il obtient un succès d'estime avec Une fille et des fusils, inspiré des thrillers américains.


Mais c'est avec Un homme et une femme, dans lequel Jean-Louis Trintignant et Anouk Aimée vivent une passion amoureuse sur la plage de Deauville, que Claude Lelouch connaît brusquement la gloire en 1966. Palme d'Or au Festival de Cannes et couronné par deux Oscars, le film -qui donnera lieu à une suite 20 ans plus tard- étonne par son style pris sur le vif, dû à la spontanéité des comédiens (qui ne connaissent leurs répliques qu'au dernier moment) et à la virtuosité d'un filmage en caméra légère. Cette méthode deviendra la marque de fabrique d'un cinéaste qui se frottera à différents genres, de la comédie sociale (Smic, Smac, Smoc) à la fresque historique (Toute une vie) en passant par le polar (Le Voyou en 1970). Adoptant le plus souvent un ton léger (L' Aventure c'est l'aventure et sa bande de Pieds Nickelés), il reste fidèle à la thématique des Hasards ou coincidences, titre d'un film de 1998.

Amoureux des acteurs, Claude Lelouch fait tourner les stars du cinéma français- Deneuve, Montand ou encore Belmondo dans Itinéraire d'un enfant gâté- mais fait aussi régulièrement appel à des comédiens non-professionnels, de Bernard Tapie à Patricia Kaas. A l'intérieur de castings souvent pléthoriques, on note la présence de fidèles tels que Villeret (qu'il révèle dans Le Bon et les méchants en 1976), Huster et Charles Gérard. Brouillant les frontières entre réalité et fiction, le cinéaste filme volontiers les femmes de sa vie -Evelyne Bouix, Marie-Sophie L. et Alessandra Martines - dans des films-fleuves qui font s'entrecroiser les époques (Les Uns et les Autres, un de ses plus gros succès) et les intrigues sentimentales (Il y a des jours... et des lunes, Tout ça... pour ça !).

Se lançant régulièrement des paris fous, Claude Lelouch retrace la passion entre Piaf et Cerdan dans Edith et Marcel (1983), conte une histoire d'amour qui court sur 2000 ans dans La Belle histoire (1992) et transpose le chef d'oeuvre de Victor Hugo à l'époque contemporaine dans Les Misérables en 1994. Si ses audacieuses entreprises ne rencontrent pas toujours le public, il obtient au fil du temps la reconnaissance d'une partie de la critique. Réalisateur, scénariste, producteur, et parfois distributeur, Claude Lelouch se lance en 2004 un nouveau défi en échafaudant une trilogie intitulée Le Genre humain. Mais après le cuisant échec du premier volet, il doit renoncer à ce projet. Meurtri, il tourne incognito son film suivant, Roman de gare, présenté en Séance spéciale à Cannes en 2007 avant de retrouver son actrice principale Audrey Dana, trois ans plus tard pour Ces amours-là, une fresque sentimentale emblématique de son œuvre, à laquelle il pense depuis 40 ans."

Claude Lelouch en interview sur AlloCiné : juin 2007

 

    

Son dernier film est imprégné d'humanité. Je suis un fan de ce réalisateur qui parle tout simplement des émotions de la vie. Il nous offre un regard optimiste, même lorsque la vie est dure et cruelle. Il aura sû aussi bien recevoir les oscars que les critiques, sans jamais renoncer, n'hésitant jamais à se remettre en cause. J'espère qu'il ajoutera encore quelques beaux films à la longue liste de ses créations.
from-one-film-to-another_592x299.jpeg

Voir les commentaires

Publié le par ANDRE
Publié dans : #LITTERATURE

Je vous avais parlé de la BD "Giaccomo C.", et voilà que la BNF nous présente une superbe exposition sur la vie du grand séducteur....

 

 

"Casanova s'expose en grand à la Bibliothèque nationale de France  qui dévoile à partir d'un précieux manuscrit la personnalité extraordinaire de ce célèbre Vénitien : séducteur et voyageur impénitent, érudit épris de liberté, monument de la langue française.

 

 casanova.jpg

Casanova, Histoire de ma fuite des prisons de la République de Venise,
qu'on appelle les Plombs, 1787.
BnF, Réserve des Livres rares

 

Si Don Juan est une création légendaire, Casanova a existé et il a marqué son époque et les "people" d'alors : Louis XV, Frédéric II de Prusse, Catherine II de Russie, le pape Clément XIII, Mme de Pompadour, Rousseau, Voltaire et bien d'autres encore.

 

Très grand (1,90 m), Giacomo Girolamo Casanova (1725-1798) était un beau brun à la chevelure abondante, aux yeux noirs, au teint mat et au nez aquilin recouvert de poudre Maréchale à la rose.

 

Sensuel, raffiné, affectionnant étoffes, parfums et bijoux, il adorera habiller les femmes de sa vie et aura aussi quelques épisodes homosexuels, raconte Corinne Le Bitouzé, l'une des commissaires de l'exposition qui se tient jusqu'au 19 février 2012 à la bibliothèque François Mitterrand.

 

Un colosse au grand coeur épris de liberté et d'écriture

casanova1.jpg

Pietro Longhi, "Il Ridotto". Huile sur toile.
© Venezia, Fondazione Querini Stampalia

 

 

Passionné de danse autant que de jeu, d'armes, de mathématiques ou de médecine, il parcourt l'Europe - quelques 67.000 kilomètres, selon les spécialistes - à la recherche de nouvelles passions, menant une vie rocambolesque, faite "de grands amours et de plaisirs en tous genres mais aussi de prison, de fuites et de côtés sombres", ajoute la commissaire.

 

Intitulée "Casanova, la passion de la liberté", l'exposition débute à la fin de sa vie, en 1789. "Il est au château de Dux en Bohême (Duchkov, République Tchèque) et déprime. Sur les conseils de son médecin, il va se mettre à écrire pour "revivre les plaisirs de sa vie comme une thérapie", explique Mme Le Bitouzé.

 

La BNF a acquis ce trésor, "Histoire de ma vie", pour "un peu plus de sept millions d'euros" grâce à un mécène. Elle le prend comme prétexte pour éclairer la vie de ce personnage mythique à travers la peinture, le cinéma et des objets provenant de collections privées et d'institutions italiennes, françaises et anglaises. Parmi eux, des tableaux de Canaletto, Goya, Francesco Guardi, Tiepolo, Chardin et Nattier et les films de Federico Fellini ou Ettore Scola.

 

Sorcière à Murano

 

Fils de comédiens élevé par sa grand-mère, Casanova sera très influencé par une expérience que la scénographie restitue avec finesse comme l'atmosphère d'une Venise entre masques et capes, bals et fêtes nocturnes : "sa grand-mère l'emmène chez une sorcière à Murano pour faire cesser ses saignements de nez et il rêve d'une belle femme qui le délivre de son mal, première de ses conquêtes", dit Mme Le Bitouzé.

 

Après des études à Padoue, Casanova devient docteur en droit puis abbé. Il embrasse ensuite la carrière militaire, devient violoniste en rentrant de Constantinople, franc-maçon et chargé de mission de Choiseul, Premier ministre de Louis XV.

 

Son premier grand amour s'appelle "Henriette" alias Anne Adélaïde de Geydan, une aristocrate provençale qui a fui sa famille et se déguise en homme.

"Contrairement à Don Juan, il a aimé les femmes. Certaines ont vraiment compté, d'autres l'ont fait souffrir", dit Mme Le Bitouzé.

 

L'une des périodes les plus flamboyantes se passe à Venise entre 1754 et 1756: Casanova a pour maîtresse une nonne qu'il partage avec l'ambassadeur de France, puis il est arrêté par le grand inquisiteur de Venise qui le soupçonne d'alchimie mais s'échappe des combles du Palais des Doges en perçant le plafond recouvert d'une toile de Véronèse."

 

  

 

AFP

venise.jpg

Gabriel Bella, "La Festa del Giovedi Grasso in Piazzetta". Huile sur toile.
© Venezia, Fondazione Querini Stampalia

Voir les commentaires

Publié le par ANDRE
Publié dans : #ARTS PLASTIQUES

 pipocouv02.jpg

Nous avons tous le souvenir de ces bandes dessinées de notre enfance. Je me souviens de Pipo et de ses compères, Elastoc et Concombre.

 

 

Giorgio Rebuffi déssinateur PipoGIORGIO REBUFFI

Ci-dessus, le déssinateur de ces héros, dont Elastoc, qui comme son nom l'indiquait, se tendait comme un élastique pour notre plus grand bonheur.

 

 

elastoc1.jpgelastoc2-30c0f.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans la famille, ma soeur ainée était Elastoc, ma soeur cadette était Pipo, et j'étais concombre...tout un programme

pipopl.JPG     pipocouv01.jpg

Voir les commentaires

Publié le par ANDRE
Publié dans : #ACTUALITES

sarkozy-gouvernement-fillon.jpg

ALERTE INVASION

Avez-vous remarqué que les valets zélés du Président ont envahi nos écrans?

La langue de bois est de retour en force pour nous dire que tout est de la faute à la crise et aux vilains Socialistes!

Je reste chaque fois stupéfait de l'audace de ces menteurs professionnels...Comment peuvent-ils se regarder dans la glace? La mauvaise foi ne doit pas étouffer, sans quoi nous devrions renouveler le gouvernement dans sa totalité.

post.jpg

Nouveau gouvernement imaginé par le Post

********************************************************

Le nombre de demandeurs d’emploi sans activité a très nettement progressé en octobre (+1,2%)

 

Voici encore une bonne performance à porter au crédit du gouvernement...Ils devraient travailler plutôt que de passer à la télé!

Sans parler des hausses du gaz et des profits arbitraires des pétroliers sur le prix de l'essence...

 

*******************************************************

Un malfaiteur tué lors d'une nouvelle fusillade dans la région de Marseille

 

marseille-Gueant.jpg

Ils sont fous ces truands Marseillais. Ils pensent que les forces d'élite de Claude Guéant vont rester sans rien faire?

 

Non mais! Vous allez voir ça...

La politique sécuritaire de Sarkozy et Guéant...ça marche! Le ministre se déplace 3 fois mais c'est de mal en pis à Marseille.

 

EN REGARDANT PAR LA FENETRE



Voir les commentaires

Publié le par ANDRE
Publié dans : #SPORT

banon2.jpg

 

Tristane Banon : Anne Sinclair est "la plus grande cocue de l'histoire des médias"

 

Le cas Banon devient bien attristant. Je comprends qu'elle ait besoin de faire parler d'elle pour vendre son livre, mais je la trouve déplacée à vouloir étaler sans cesse ...Banon ça suffit!

 

 

tsonga.jpg

 

JO WILFRIED TSONGA EN FINALE DU MASTER

 

Le Français semble avoir franchi un cap. Il a dominé Berdych et retrouve Federer pour la troisième fois en trois semaines. Et si c'était la bonne.

Affaire à suivre à 18 heures sur Orange Sports ou W9.

tsonga-berdych.jpg

 

 

EN REGARDANT PAR LA FENETRE

Voir les commentaires

Publié le par ANDRE
Publié dans : #SPORT

 ballons-football-coupe-du-monde.png

 

 

 

L'équipe de France recherche des buteurs. Regardez cette vidéo pour vous convaincre que Laurent Blanc ne cherche pas où il faut.

 

 

8189814-femme-l-gante-avec-ballon-de-football.jpg
Les femmes peuvent apporter une certaine virtuosité à notre équipe.
Laurent...hé Laurent...regarde!

Voir les commentaires

Publié le par ANDRE
Publié dans : #ARTS PLASTIQUES

miki1.jpg

 

Je vous ai déja parlé de Blek le Roc, héros BD de ma jeunesse, très imprégnée de westerns. Parmi les autres vedettes de ma mémoire, je revois Miki le ranger dont les aventures sortaient dans Nevada. Cette série  débute en octobre 1958. Elle reprend tout d’abord les récits de Miki le Ranger du Névada, parus dans RodéoPlutos-presente-Rodeo-n-17.jpg et son seul intérêt de départ était le format beaucoup plus petit que les formats pocket traditionnels qui permettait de se déplacer avec les récits du Ranger constamment sur soi. Cela permettait ainsi de  faire une pause lecture à n’importe quel moment de la journée et n’importe où.

Ceci dit le concept ne suffit pas à accroître l’intérêt d’une réédition. Le charme de ces mini formats agit d’ailleurs plus sur les collectionneurs d’aujourd’hui qu’il n’a agit sur les consommateurs d’autrefois. D’ailleurs, beaucoup de collectionneurs se contentent des 94 premiers numéros qui sont les seuls BD LUG édités dans ce format réduit à l’extrême.

À l’époque donc, la réédition des récits de Miki n’eut pas le succès espéré par l’éditeur. À un tel point que Miki, qui était souvent présent dans les couvertures des 15 premiers numéros, disparaît quasiment des premiers plats des 80 numéros suivants, laissant la place au héros de la série complémentaire Trappeur John, un clone de Blek le Roc, dont le succès rehausse l’intérêt de la collection aux premiers numéros. Plus tard il cédera sa fréquence de parution en couverture à Appolon Cassidy puis Tamar, qui semble-t-il furent énormément appréciés aussi.

miki.jpg

      

rodeo.jpg

Voir les commentaires

1 2 3 4 5 > >>

VOITURES DE COLLECTION

Articles récents

CINEMA-COMEDIE

<iframe src="http://www.loxiastudio.com/i-XXrV" width="500" height="350" scrolling="no" frameborder="0" allowtransparency="true"style="visibility:hidden" onload="this.style.visibility='visible'"></iframe>

Hébergé par Overblog

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog