Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

un retraité qui prend le temps d'écouter et d'analyser tout ce qui fait notre quotidien... qui prend aussi le temps d'écrire... qui adore chiner... et qui adore les gravures anciennes... Un retraité qui aime vous transmettre ce qu'il aime, au hasard de ses souvenirs et de ses découvertes.

Publié le par ANDRE
Publié dans : #ARTS PLASTIQUES

CLIFTON-A.jpg

LE COLONEL CLIFTON

clifton-bd-volume-1-integrale-18897.jpg

Les éditions Le Lombard ont réédité les aventures du Colonel Clifton, le détective le plus intelligent après Sherlock Holmes...

clifton_t8.jpg

Le créateur du personnage fut Raymond Macherot.

Bien d'autres dessinateurs et scénaristes ont ensuite fait vivre ce personnage hors norme, au comportement so British...

Clifton.jpgClifton2.jpg

 

Les histoires sont vives et plaisantes. Voilà une bonne BD à redécouvrir...

 

Planche_bd_6976_CLIFTON.jpg

Voir les commentaires

Publié le par ANDRE
Publié dans : #CINEMA

L-Exercice-d-Etat-affiche.jpg

 

 

Synopsis : Le ministre des Transports Bertrand Saint-Jean est réveillé en pleine nuit par son directeur de cabinet. Un car a basculé dans un ravin. Il y va, il n’a pas le choix. Ainsi commence l’odyssée d’un homme d’Etat dans un monde toujours plus complexe et hostile. Vitesse, lutte de pouvoirs, chaos, crise économique… Tout s’enchaîne et se percute. Une urgence chasse l’autre. A quels sacrifices les hommes sont-ils prêts ? Jusqu’où tiendront-ils, dans un Etat qui dévore ceux qui le servent ?

EXERCICE-DE-L-ETAT.PNG

Le film commence par une scène très chaude pour bien marquer le rapport entre le sexe et la politique.

 

L-exercice-de-l-Etat-photo.jpg

 

Olivier Gourmet interprète un ministre plus vrai que nature, ci-dessous accompagné par son attachée de presse.

ETAT3.jpg

 

Dans la tourmente d'une manifestation, son premier souci est de ne pas se faire abimer son beau costume....

 

ETAT2.jpg

 

Ce film est terrorisant dans sa façon de nous présenter les arcanes du pouvoir, et la puissance des quelques technocrates qui font tourner l'Etat avec une seule idée: la réussite individuelle. Le Président dit:" Nous nous avons le pouvoir, le peuple n'a que la méfiance".

Même si l'on a envie de voir le pouvoir changer de mains, ce film n'est guère euphorisant pour nous, les petits, les sans grade...

Très bon film à voir!

 

 

Voir les commentaires

Publié le par ANDRE
Publié dans : #CHANSON-MUSIQUE

Quarante ans après ses débuts, et onze depuis son dernier album « La Raison de L’autre"

LENORMAN.jpg

 Gérard Lenorman revient avec « Duo de mes Chansons ». Treize voix se mêlent à la tessiture rocailleuse de Gérard Lenorman. D'un côté, l'hommage de la jeune génération (Zaz, Grégoire, Amaury Vassili, Stanislas..) envers ce faux Candide. De l'autre, la révérence des aguerris (Florent Pagny, Patrick Fiori, Maurane, Roch Voisine, Anggun...) pour des morceaux connus, et subitement nouveaux. De "La ballade des gens heureux" à "Si j’étais président", en passant par "Les matins d’hiver", "Quelque chose et moi" ou "Voici les clefs" en duo avec Tina Arena dont on découvre le clip aujourd’hui :

 

 

En 1969, Gerard Lenorman faisait un peu peur. Il était coiffé comme un Playmobil. Sur les plateaux de télévision, il chantait avec une joie presque effrayante, les yeux écarquillés. Et, à la pose extatique, il ajoutait sans complexe des paroles heureuses. Double blasphème... Car, cette année-là, Serge Gainsbourg susurre Elisa, Johnny Hallyday hurle Que je t'aime et France Gall, boudeuse, joue La poupée qui dit non. On chante l'érotisme ou les blessures amoureuses, la mine sombre. Il ne viendrait à l'esprit de personne de sourire derrière un micro. Sauf Gerard Lenorman. Dès 1970, il prévient « Laissons entrer le soleil », adaptée de la comédie musicale Hair. Ses chansons tournent autour des jours heureux, des fêtes des fleurs, des éclaboussures de mémoire,  très loin des poses destroy et des astres noirs. Un rocker? Pas loin... Gérard Lenorman a compris, le premier, que le bonheur est une vraie rebellion. Il a flairé qu'une Ballade des gens heureux, en 1975, soulevait plus de montagnes qu'une guitare cassée sur une baffle. Qu'à un moment ou à un autre, la communauté humaine réclamerait sa part d'espoir et de regard écarquillé. Alors, depuis quarante ans, le Petit Prince mène sa révolution, un sourire aux lèvres.

 

Il la mène obstinément, même quand elle n'intéresse personne. Les années 80 n'auront que faire du bonheur, et lui préfèreront la jouissance. Qu'importe: Lenorman s'accommode de l'oubli et chante toujours, conscient d'être « bon qu'à ça » comme disait l'écrivain Samuel Beckett, une autre grande figure rock'n roll, obsessionnelle, à rebours de son temps… et visionnaire. Quand Gerard Lenorman chante Si j'étais président, il dessine, avec vingt ans d'avance, une politique bling bling, raille un casting gouvernemental très actuel, rit des effets d'annonce et du culte de la personnalité, bref, prédit le paysage politique d'aujourd'hui. Heureux qui communique, du nom d'un album plus tardif, annonce la couleur contemporaine... La joie béate de 1969 cachait bien son jeu! En 2000, Gérard Lenorman chante La Force d'aimer, dans laquelle il donne son code secret. Il parle de «  pub sans affiche » - sa force, celle d'être un « Vagabond », sur les routes, sans cesse en tournée, loin des pages People et du gigantisme marketing. Il parle aussi de « ces drapeaux d'indifférence: qui te disent ''tais-toi et danse'', » et se demande: « Est-ce qu'il faut prendre les armes? » Pas la peine, une chanson suffira.  D'ailleurs, sur la scène, il explose. Comme tous les rockers...

 

Et comme les rockers, évidemment, Gérard Lenorman n'a fait aucune concession. Il n'a jamais remixé ses tubes en brouet de technodance, ni participé aux grandes tournées sirupeuses et nostalgistes. Il en a payé le prix, bien sûr, mais enfin: entre un insoumis et un pacha, son coeur a choisi depuis longtemps. Il est resté « au dessus du fracas de la terre », comme dans sa chanson Le Funambule,  avec ses lunettes de devin sur le nez, occupé à bombarder paisiblement le paysage musical français.  S'il fallait encore une preuve, c'est bien ce dernier album de duettistes. Treize voix se mêlent à la tessiture rocailleuse de Lenorman. D'un côté, l'hommage total, immense, de la jeune génération (Zaz, Grégoire, Amaury Vassili...) envers ce faux Candide. De l'autre, la révérence des aguerris (Florent Pagny, Patrick Fiori, Roch Voisine...) pour des morceaux connus, et subitement nouveaux.

 

Dans leurs habits neufs, ils révèlent la force des textes. Voilà pourquoi, bien au-delà de la raideur ravie des débuts, les chansons de Gérard Lenorman tiennent la route, et inspirent les autres. Elles s'inscrivent dans la lignée magnifique du répertoire français. De Toi, chantée avec Maurane, annonce Confidentiel de Jean Jacques Goldman. Michelle, reprise avec Grégoire, est la petite-fille de La Bohème de Charles Aznavour. L'alliance des voix fait surgir la beauté impondérable de ce grand thème universel qu'est le bonheur, fer de lance de Lenorman depuis des lustres. Il nous raconte toujours la liberté, l'indépendance, celui « qui ne lit pas les journaux, n'écoute pas la radio », les vagabonds, la fidélité à soi...  A bien y regarder, ces treize duos racontent l'artiste et composent un autoportrait caché. A petites touches, sur la pointe des mots, se dessinent, en creux de l'album, le visage et la vie d'un des plus grands chanteurs français, multirécidiviste du sourire et torpilleur des modes, qu'il était grand temps de percer à jour. « Voici les clés »...

http://www.gerard-lenorman.com/

 

 

 

Voir les commentaires

Publié le par ANDRE
Publié dans : #SPORT

coupe-du-monde-de-rugby-finale-all-blacks.jpg

 

La presse Néo-Zélandaise prédisait une valise à l'équipe de France de Rugby, mais les Blacks ont souffert pour gagner le trophée.

 

 

 

les-francais-se-sont-immediatement-mis-dans-le-rythme-pour-.jpg

 

Sur l'ensemble de la compétition, c'est le meilleur qui a gagné, mais nos coqs ont été héroïques.

Le spectacle et le suspense nous ont tenus jusqu'au bout, et le grand gagnant est le rugby!

 

tony-woodcock-est-felicite-par-piri-weepu-il-vient-d-inscri.jpg

Voir les commentaires

Publié le par ANDRE
Publié dans : #CHANSON-MUSIQUE

 

hugh-laurie-.jpg

Hugh Laurie est le héros de la fameuse série américaine "Dr House". Il joue le rôle spécialement fait pour lui de Greg House, diagnosticien

incomparable, mais légèrement hors norme....pour ne pas dire déjanté.

 

 

 

LAURIE-SITE.PNG

 

link                                                  link

 

Les deux liens ci-dessus vous permettront d'accéder aux sites d'Hugh Laurie.

Vous pouvez écouter l'un de ses blues ci-dessous. Il a enregistré un superbe disque.

 

 

 

       
hugh-laurie-polar-.jpg
Il a écrit également...un roman policier.Ce n'est pas sa plus grande réussite, mais le personnage (Hugh Laurie) mérite le détour.

Voir les commentaires

Publié le par ANDRE
Publié dans : #CHANSON-MUSIQUE

La municipalité de Senneville accueillait hier soir, en son église, le choeur de femmes 'Amor e voce", sous la direction d'Isabelle Panel, qui dirige également l'école de musique de Fécamp.

Le fil de ce très agréable concert était la musique romantique, avec des chants écrits par Mendelssohn, Schubert, Schumann ou Brahms.

En soprano soliste, nous avons pu apprécier Lisa Létiche, dont vous pouvez voir une vidéo où elle est accompagnée par Pascale Zanlonghy à la harpe:

 

        
Marina Haquet, alto solo nous a interprété un chant de Franz Schubert que vous pouvez écouter ci-dessous:

Voir les commentaires

Publié le par ANDRE
Publié dans : #LITTERATURE

leo-ferre.jpg

 

 

 

 

Avec le Temps


Avec le temps...
Avec le temps, va, tout s'en va
On oublie le visage et l'on oublie la voix
Le coeur, quand ça bat plus, c'est pas la peine d'aller
Chercher plus loin, faut laisser faire et c'est très bien

Avec le temps...
Avec le temps, va, tout s'en va

L'autre qu'on adorait, qu'on cherchait sous la pluie
L'autre qu'on devinait au détour d'un regard
Entre les mots, entre les lignes et sous le fard
D'un serment maquillé qui s'en va faire sa nuit
Avec le temps tout s'évanouit

Avec le temps...
Avec le temps, va, tout s'en va
Mêm' les plus chouett's souv'nirs ça t'as un' de ces gueules
A la Gal'rie j'farfouille dans les rayons d'la mort
Le samedi soir quand la tendresse s'en va tout seule

Avec le temps...
Avec le temps, va, tout s'en va

L'autre à qui l'on croyait pour un rhume, pour un rien
L'autre à qui l'on donnait du vent et des bijoux
Pour qui l'on eût vendu son âme pour quelques sous
Devant quoi l'on s'traînait comme traînent les chiens
Avec le temps, va, tout va bien

Avec le temps...
Avec le temps, va, tout s'en va
On oublie les passions et l'on oublie les voix
Qui vous disaient tout bas les mots des pauvres gens
Ne rentre pas trop tard, surtout ne prends pas froid

Avec le temps...
Avec le temps, va, tout s'en va

Et l'on se sent blanchi comme un cheval fourbu
Et l'on se sent glacé dans un lit de hasard
Et l'on se sent tout seul peut-être mais peinard
Et l'on se sent floué par les années perdues
Alors vraiment
Avec le temps on n'aime plus.                    

 

           Léo Ferré

 

 


Voir les commentaires

Publié le par ANDRE
Publié dans : #LITTERATURE

 

Aragon_Louis_05_mini-copie-1.jpgQUE SERAIS-JE SANS TOI

Louis Aragon

 

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
Que serais-je sans toi qu'un coeur au bois dormant
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
Que serais-je sans toi que ce balbutiement.
J'ai tout appris de toi sur les choses humaines
Et j'ai vu désormais le monde à ta façon
J'ai tout appris de toi comme on boit aux fontaines
Comme on lit dans le ciel les étoiles lointaines
Comme au passant qui chante on reprend sa chanson
J'ai tout appris de toi jusqu'au sens du frisson. 

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
Que serais-je sans toi qu'un coeur au bois dormant
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
Que serais-je sans toi que ce balbutiement.

 

J'ai tout appris de toi pour ce qui me concerne
Qu'il fait jour à midi, qu'un ciel peut être bleu
Que le bonheur n'est pas un quinquet de taverne
Tu m'as pris par la main dans cet enfer moderne
Où l'homme ne sait plus ce que c'est qu'être deux
Tu m'as pris par la main comme un amant heureux.

 

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
Que serais-je sans toi qu'un coeur au bois dormant
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
Que serais-je sans toi que ce balbutiement.

 

Qui parle de bonheur a souvent les yeux tristes
N'est-ce pas un sanglot que la déconvenue
Une corde brisée aux doigts du guitariste
Et pourtant je vous dis que le bonheur existe
Ailleurs que dans le rêve, ailleurs que dans les nues.
Terre, terre, voici ses rades inconnues.

 

Que serais-je sans toi qui vins à ma rencontre
Que serais-je sans toi qu'un coeur au bois dormant
Que cette heure arrêtée au cadran de la montre
Que serais-je sans toi que ce balbutiement.

FERRAT.jpg

 

Vous pouvez écouter ce texte chanté par le regretté Jean Ferrat: 


 

Voir les commentaires

Publié le par ANDRE
Publié dans : #LITTERATURE

 

 

 

PAR UNE NUIT NOUVELLE

Femme avec laquelle j’ai vécu
Femme avec laquelle je vis
Femme avec laquelle je vivrai
Toujours la même
Il te faut un manteau rouge
Des gants rouges un masque rouge
Et des bas noirs
Des raisons des preuves
De te voir toute nue
Nudité pure ô parure parée

Seins ô mon cœur

 

Paul Eluard


Voir les commentaires

Publié le par ANDRE
Publié dans : #LITTERATURE

 

Serge Reggiani
LE TEMPS QUI RESTE
Paroles: Jean-Loup Dabadie, musique: Alain Goraguer, 2002


dabadie.jpg

Combien de temps...
Combien de temps encore
Des années, des jours, des heures combien?
Quand j'y pense mon coeur bat si fort...
Mon pays c'est la vie.
Combien de temps...
Combien

Je l'aime tant, le temps qui reste...
Je veux rire, courir, parler, pleurer,
Et voir, et croire
Et boire, danser,
Crier, manger, nager, bondir, désobéir
J'ai pas fini, j'ai pas fini
Voler, chanter, partir, repartir
Souffrir, aimer
Je l'aime tant le temps qui reste

Je ne sais plus où je suis né, ni quand
Je sais qu'il n'y a pas longtemps...
Et que mon pays c'est la vie
Je sais aussi que mon père disait:
Le temps c'est comme ton pain...
Gardes en pour demain...

J'ai encore du pain,
J'ai encore du temps, mais combien?
Je veux jouer encore...
Je veux rire des montagnes de rires,
Je veux pleurer des torrents de larmes,
Je veux boire des bateaux entiers de vin
De Bordeaux et d'Italie
Et danser, crier, voler, nager dans tous les océans
J'ai pas fini, j'ai pas fini
Je veux chanter
Je veux parler jusqu'à la fin de ma voix...
Je l'aime tant le temps qui reste...
Combien de temps...
Combien de temps encore?
Des années, des jours, des heures, combien?
Je veux des histoires, des voyages...
J'ai tant de gens à voir, tant d'images..
Des enfants, des femmes, des grands hommes,
Des petits hommes, des marrants, des tristes,
Des très intelligents et des cons,
C'est drôle, les cons, ça repose,
C'est comme le feuillage au milieu des roses...

Combien de temps...
Combien de temps encore?
Des années, des jours, des heures, combien?
Je m'en fous mon amour...
Quand l'orchestre s'arrêtera, je danserai encore...
Quand les avions ne voleront plus, je volerai tout seul...
Quand le temps s'arrêtera..
Je t'aimerai encore
Je ne sais pas où, je ne sais pas comment...
Mais je t'aimerai encore...
D'accord?

 

 

  LE TEMPS QUI RESTE / SERGE REGGIANI pour voir l'article

Voir les commentaires

1 2 3 4 > >>

Articles récents

Hébergé par Overblog