Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sleepless

Un court-métrage de Regina Demina

Avec Barbara Opsomer, Regina Demina, Nicolas Ly

 

Le Paris underground  s’est donné rendez-vous dans les salons coquins et feutrés de l’hôtel Alba Opéra pour la présentation du court métrage SLEEPLESS de Régina Demina, tourné il y a quelques mois dans les lieux. Produit par Candid & Young, en partenariat avec la revue d’Art Prussian Blue, l’événement s’est déroulé  en présence de l’équipe du film dont Barbara Opsomer, Nicolas Ly, les comédiens du film et de tous leurs invités, venus célébrer la sortie de ce huit-clos hypnotique sulfureux et esthétique.

 

Dans une ambiance de fête, les trois protagonistes du film ont reçu notamment les félicitations de l’écrivain Guillaume de Sardes, du chanteur & photographe Nicolas Comment, et la photographe Chloé Claverie (du tandem Nick & Chloé). SLEEPLESS intégrera sous peu le parcours Festivalier du court-métrage, alors que son trio d’acteurs s’attèle individuellement à ses futurs projets artistiques. Nicolas Ly  a confié qu’il tiendrait le premier rôle dans le premier long métrage de Christophe Nanga-Oly en attendant de retrouver son groupe Applause pour un nouvel album. Régina Démina  est déjà en phrase d’écriture pour son prochain court-métrage dont les acteurs seront tous des enfants, et il se murmurait que la jolie Barbara Opsomer (www.BarbaraOpsomer.com)  quant à elle, collaborait avec l’écrivain David Foenkinos pour l’écriture de son premier album de chanteuse.

À la fin des années 90, dans le huis-clos d’une suite de palace, un triangle amoureux se crée entre trois petites frappes d’un jour. Ils préparent un unique casse et fantasment un avenir radieux. Rose a vingt-cinq ans, elle est femme de chambre dans le palace où elle use ses rêves et sa fraicheur. Elle est amoureuse de Tropmann, trente-huit ans, lequel brûle pour sa femme Mila, de treize ans sa cadette, elle-même éprise de Rose… Le « couple » bataillien que forment Mila, Tropmann et Rose vit une sorte de fuite en avant : l’atmosphère est toute en tensions amoureuses et sensuelles, les non-dits priment sur le dialogue, et les esprits sont embrumés par les stupéfiants. Tout laisse présager une issue fatale (que l’on ne verra pas) à cette tranche de vie et de rêve.

 

Sleepless, un film à regarder / CINEMA / COURT METRAGE
Sleepless, un film à regarder / CINEMA / COURT METRAGE
Sleepless, un film à regarder / CINEMA / COURT METRAGE

La réalisatrice Regina Demina a voulu, dans un lieu sans dehors, jouer sur toutes les formes d’évasion comme le sommeil, le songe, la drogue. Le jeu est amoureux, aussi. Entre les personnages se développe une tension, à mi-chemin entre le désir et la peur, qui est créatrice d’atmosphère. Pour Regina Demina, c’est là une façon de développer un jeu fin, délicat, et de mettre en valeur les qualités des acteurs. L’attention aux êtres passe avant le souci de l’intrigue. Ce qui est montré, ce sont des instants, à la manière d’un polaroïd cinématographique. Les blancs ainsi produits permettent de ne pas appuyer trop littéralement les rapports entre les personnages, de rester dans l’ambiguïté. Il en va de même pour la drogue, dont l’importance est suggérée. Regina fait confiance à la capacité du spectateur à s’immiscer dans le rêves des amants.

Published by ANDRE - CINEMA

commentaires

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

"un retraité qui prend le temps d'écouter et d'analyser tout ce qui fait notre quotidien... qui prend aussi le temps d'écrire... qui adore chiner... et qui adore les gravures anciennes... Un retraité qui aime vous transmettre ce qu'il aime, au hasard de ses souvenirs et de ses découvertes. "

Pages

Articles récents

Hébergé par Overblog