Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Sleepless / CINEMA / COURT METRAGE DE REGINA DEMINA

Sleepless

Un court-métrage de Regina Demina

Avec Barbara Opsomer, Regina Demina, Nicolas Ly

 

À la fin des années 90, dans le huis-clos d’une suite de palace, un triangle amoureux se crée entre trois petites frappes d’un jour. Ils préparent un unique casse et fantasment un avenir radieux. Rose a vingt-cinq ans, elle est femme de chambre dans le palace où elle use ses rêves et sa fraicheur. Elle est amoureuse de Tropmann, trente-huit ans, lequel brûle pour sa femme Mila, de treize ans sa cadette, elle-même éprise de Rose… Le « couple » bataillien que forment Mila, Tropmann et Rose vit une sorte de fuite en avant : l’atmosphère est toute en tensions amoureuses et sensuelles, les non-dits priment sur le dialogue, et les esprits sont embrumés par les stupéfiants. Tout laisse présager une issue fatale (que l’on ne verra pas) à cette tranche de vie et de rêve.

La réalisatrice Regina Demina a voulu, dans un lieu sans dehors, jouer sur toutes les formes d’évasion comme le sommeil, le songe, la drogue. Le jeu est amoureux, aussi. Entre les personnages se développe une tension, à mi-chemin entre le désir et la peur, qui est créatrice d’atmosphère. Pour Regina Demina, c’est là une façon de développer un jeu fin, délicat, et de mettre en valeur les qualités des acteurs. L’attention aux êtres passe avant le souci de l’intrigue. Ce qui est montré, ce sont des instants, à la manière d’un polaroïd cinématographique. Les blancs ainsi produits permettent de ne pas appuyer trop littéralement les rapports entre les personnages, de rester dans l’ambiguïté. Il en va de même pour la drogue, dont l’importance est suggérée. Regina fait confiance à la capacité du spectateur à s’immiscer dans le rêves des amants.

Sleepless / CINEMA / COURT METRAGE DE REGINA DEMINA

Regina Demina, réalisatrice et actrice

Née à Kaliningrad, arrivée en France à l’âge de quatre ans, Regina Demina grandit entre deux cultures : celle de ses parents – une mère pianiste, un père officier dans l’Armée rouge – et celle de son pays d’adoption. C’est peut-être l’explication de sa personnalité si singulière où sous le charme français perce l’excentricité de l’âme slave. Sa sensibilité artistique la pousse très tôt à collaborer avec des artistes pointus de la scène française : le photographe Nicolas Comment, autour d’un livre consacré à Bernard Lamarche-Vadel, la plasticienne Iris Brosch de réputation internationale pour la réalisation de performances et d’œuvres, l’écrivain et photographe Guillaume de Sardes, dont elle interprète un monologue au Silencio, les réalisateurs/clipeurs Christophe Acker et Mark Maggiori, pour ne citer que certains d’entre eux.

Parallèlement, elle réalise des courts-métrages, dont « Die Frau » avec une musique de Bertrand Bonello, sélectionné dans des festivals en France (Côté Court à Pantin, Chéries-Chéris aux Forums des images) et à l’étranger (ASVOFF à Milan). Le caractère expérimental de certains courts-métrages rapproche ceux-ci de l’art contemporain. « Koschka » est à ce titre projeté au Palais de Tokyo.

Mais tout autant que la réalisation, l’interprétation intéresse Regina Demina. Trois ans d’apprentissage dans différentes écoles, une pratique assidue de la danse et des expériences au cinéma et à la télévision lui ont permis de développer un jeu couvrant une large gamme d’émotions tout en restant naturel et spontané. Sa technique, acquise en traversant les méthodes de l’Actors studio (au sein d’Acting international, puis dans la classe concours du QG) et du théâtre corporel (au LFTP avec Maxime Franzetti), lui a déjà permis d’incarné à l’écran des personnage très différents : jeune marginale, activiste russe, strip-teaseuse, femme enfant et femme fatale.

Sleepless / CINEMA / COURT METRAGE DE REGINA DEMINA

Barbara Opsomer, actrice

Est-ce son enfance nomade entre Belgique natale, France et Etats-Unis qui lui a donné le goût des échanges et des aventures ? Difficile de s’astreindre au formatage quand on a comme référence une vie nomade. Sens et émotions en éveil, Barbara ne sait d’abord pas comment canaliser ses envies de liberté.

En 2007, l’ado découvre La Môme. La prestation de Marion Cotillard, autant que l’intensité du destin de Piaf, révèle en elle vibrations artistiques et premiers désirs de comédienne et de chanteuse. Adieu les projets d’études et les rêves ordinaires, à dix-huit ans, Barbara part tenter sa chance à Paris sur un coup de tête. Début d’un parcours initiatique où les ambitions résisteront aux désillusions. De petits boulots en castings et figurations sans suite, elle expérimente la dure réalité de la capitale pour les artistes aspirants et sans bagage, avant de réintégrer le cocon familial à Annecy.

Après deux ans de « retour à la réalité », Barbara rêve toujours de cinéma, de drames et de comédies, qui n'ont pas grand-chose à voir avec ceux de sa vie. Elle continue d’envoyer ses photos de mannequin aux agences parisiennes, telles des bouteilles à la mer. Mais quand l’une d’entre elles lui propose de la référencer, elle n’hésite à surfer de nouveau sur la vague.

Fin 2011, lors d'une séance photo à Paris, Barbara fait la connaissance d’une directrice de casting, qui l’oriente vers les cours des Ateliers de l’Ouest dirigés par Steve Kalfa. Dans cette école de théâtre et de comédie, elle apprend à dompter son énergie instinctive, à éveiller un talent multi-facettes et à travailler sa voix, puis son chant. L’année suivante Barbara intègre une agence de comédiens et fait la connaissance du mélodiste Frédéric Château.

De cette rencontre naît un désir de collaboration musicale. Frederic Chateau trouve en elle une muse mutine à la voix délicatement voilée et dont la capacité d’incarnation lui inspire une première salve de refrains pop. Se joignent à l’aventure des auteurs atypiques tels que Pierre-Yves Lebert, Xavier Requenna, Thierry Surgeon et l’écrivain David Foenkinos. 

Batifolant entre doutes, innocence, lucidité cynique, rébellion provocante, pudeur et désenchantement, le premier album à venir de Barbara Opsomer, montre que la chanson française sait se redéfinir avec brio et sans artifices, quand elle est incarnée par une artiste qui assume ses désirs et ses contradictions en toute liberté.

En 2013 Barbara tourne Sleepless avec Nicolas Ly, le film de la réalisatrice Régina Démina (production Candid & Young).

Sleepless / CINEMA / COURT METRAGE DE REGINA DEMINA

Nicolas Ly, acteur

Auteur, chanteur, comédien et réalisateur, Nicolas s’exprime librement au travers de toutes les disciplines artistiques qu’il affectionne. Né à Marmande (47), Nicolas a grandi à Bordeaux.  Etudiant à l'Ecole Nationale Supérieure d'Arts Plastiques dans l'atelier de Giuseppe Penone, il obtient son Diplôme National Supérieur d’Arts Plastiques en 2006. Modèle  depuis 2002, il est représenté par l'agence NewMadison, Paris. Il a posé pour différentes campagnes pour Agnès B, John Galliano, Jean Baptiste Mondino, H&M, la chaîne hôtelière Shangri-La et récemment pour le parfum Fuel For Life Spirit de Diesel

En parallèle de ses études, il développe un goût certain pour l‘écriture de chansons et l’acting. En 2006, il monte un groupe de Rock alternatif à Bruxelles avec les membres de la Fanfare du Belgistan, rencontrés lors d’un concert à Paris. Sous le nom d’Applause , le groupe édite deux albums, un EP en 2009 et un LP en 2011 sur le label 3ème Bureau (Wagram), après avoir assuré plusieurs premières partie pour -M- à Bruxelles.

Depuis 2006 il tourne également en tant qu’acteur dans différents court-métrages, notamment sous la direction de Christophe Nanga-Oly (Rêve Bébé Rêve en 2012), Stéphane Foenkinos (Elise en 2012 et Lizzie en 2013), Régina Démina (Sleepless - 2013), Ananda Safo (Red Dolman - 2013) et Stéphane Blondel (Légendes - 2014).

Nicolas est actuellement en préparation de tournage du premier long métrage de Christophe Nanga Oly qui se tournera en 2014. Il y tiendra le premier rôle.

Sleepless / CINEMA / COURT METRAGE DE REGINA DEMINA

Published by ANDRE - CINEMA

commentaires

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

"un retraité qui prend le temps d'écouter et d'analyser tout ce qui fait notre quotidien... qui prend aussi le temps d'écrire... qui adore chiner... et qui adore les gravures anciennes... Un retraité qui aime vous transmettre ce qu'il aime, au hasard de ses souvenirs et de ses découvertes. "

Pages

Articles récents

Hébergé par Overblog