Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

François Hollande : "l'école n'est pas un coût mais un investissement !"

Dans le cadre de la cam­pagne pré­si­den­tielle, VousNousIls.fr a sol­li­cité les prin­ci­paux can­di­dats sur leur pro­jet pour l'éducation. Cette semaine, c'est au tour de François Hollande, can­di­dat du Parti Socialiste, de répondre aux questions.

hollande1

 

François Hollande ©Parti Socialiste

Si vous accé­dez à l'Elysée le 6 mai 2012, quelles mesures prendrez-vous en prio­rité pour l'école ?

La droite laisse une dette éduca­tive par­ti­cu­liè­re­ment lourde et plu­sieurs chan­tiers devront être menés de front. Je ferai d'abord adop­ter un cer­tain nombre de mesures d'urgence, dès mon élec­tion, pour limi­ter autant que pos­sible les fer­me­tures de classe et d'écoles, et faire en sorte que la ren­trée pro­chaine se passe dans les meilleures condi­tions. J'engagerai ensuite, dès l'été, une vaste concer­ta­tion avec les ensei­gnants, les parents, mais aussi le milieu asso­cia­tif et les col­lec­ti­vi­tés locales pour refon­der entiè­re­ment notre école. L'heure n'est plus à une énième réforme sec­to­rielle. Je veux pro­po­ser un pro­jet éduca­tif glo­bal et cohé­rent, avec un seul objec­tif : la réus­site à l'école pour tous et par­tout. La lutte contre l'échec sco­laire sera donc ma grande prio­rité. Il faut trai­ter les dif­fi­cul­tés à la racine, dès qu'elles appa­raissent : les efforts seront concen­trés sur l'école mater­nelle et pri­maire et sur les zones en difficulté.

Vous avez dit récem­ment qu'il fau­dra « tout reprendre » en matière de poli­tique éduca­tive. Reconnaissez-vous néan­moins quelques réus­sites au gou­ver­ne­ment actuel ?

Le bilan du gou­ver­ne­ment actuel en matière d'éducation est sans appel. Même la réforme du lycée, qui dans sa concep­tion n'était pas inin­té­res­sante, a vu ses aspects posi­tifs réduits à néant par la pénu­rie de moyens et les sup­pres­sions de postes. Nicolas Sarkozy a affai­bli l'école mora­le­ment, humai­ne­ment et maté­riel­le­ment car il a voulu y appli­quer le modèle du mar­ché. Les valeurs de l'école répu­bli­caine ont été atta­quées en leur cœur. La laï­cité a été mise à mal et le rôle des pro­fes­seurs méprisé. Les dif­fé­rentes réformes — non rem­pla­ce­ment d'un fonc­tion­naire sur deux, sup­pres­sion de la for­ma­tion des ensei­gnants, assou­plis­se­ment de la carte sco­laire, déman­tè­le­ment des réseaux d'aide aux élèves en dif­fi­culté... — se sont tra­duites par un effon­dre­ment des résul­tats des élèves fran­çais. Nous le voyons dans toutes les études indé­pen­dantes. Et comme tou­jours, ce sont les plus fra­giles qui en ont été les pre­mières victimes.

Votre pro­po­si­tion de recréer 60 000 postes en cinq ans est très cri­ti­quée par vos adver­saires. Est-il rai­son­nable, vu le contexte actuel, d'avancer une telle pro­po­si­tion ? Ne peut-on pas faire mieux avec les moyens existants ?

Contrairement au gou­ver­ne­ment actuel, je ne consi­dère pas l'école comme un coût, mais comme un inves­tis­se­ment ! L'école d'aujourd'hui, c'est l'emploi et la crois­sance de demain, c'est aussi la condi­tion de notre vivre ensemble. Cela mérite qu'on y consacre les moyens néces­saires. Il est bien sûr pos­sible de mieux uti­li­ser les moyens exis­tants mais cela ne suf­fit pas. Pour amé­lio­rer les péda­go­gies, pour revoir les rythmes sco­laires, pour lut­ter contre l'échec sco­laire et per­mettre à chaque élève de réus­sir, des moyens sup­plé­men­taires sont néces­saires. D'autant que nous par­tons de très bas : la France a le taux d'encadrement des élèves le plus faible des 34 pays de l'OCDE.

Que préconisez-vous en termes de rythmes sco­laires à l'école ? Y a-t-il un problème ?

La réforme des rythmes sco­laires est essen­tielle. Les rythmes actuels ne res­pectent pas les rythmes bio­lo­giques et psy­cho­lo­giques de l'enfant. Ils sont source de fatigue, de stress, et donc d'échec. La géné­ra­li­sa­tion de la semaine de quatre jours a aggravé tout cela. En pri­maire, nos enfants ne vont plus à l'école que 144 jours par an, contre envi­ron 180 en Allemagne ou 190 au Royaume-Uni. A l'inverse, les jour­nées de classe sont beau­coup plus longues et char­gées que chez nos voi­sins. Je sou­haite allé­ger ces jour­nées et mieux répar­tir le temps sco­laire. Cela pas­sera inévi­ta­ble­ment par le retour à la semaine de quatre jours et demi et par un allon­ge­ment de l'année. Nous en par­le­rons bien entendu avec l'ensemble de la com­mu­nauté éducative.

La carte sco­laire a été assou­plie en 2007 à la demande de Nicolas Sarkozy. Reviendrez-vous en arrière ?

Oui, car les consé­quences de cet assou­plis­se­ment ont été néfastes pour notre sys­tème éduca­tif : mise en concur­rence des établis­se­ments pour atti­rer les meilleurs élèves, accrois­se­ment des inéga­li­tés et, en défi­ni­tive, recul de la mixité sociale et sco­laire. Or celle-ci est autant la garan­tie de la construc­tion du vivre ensemble qu'un moyen d'augmenter le niveau géné­ral de nos élèves. Je recon­nais tou­te­fois que la carte sco­laire telle qu'elle exis­tait avant n'atteignait pas tous ses objec­tifs. Elle était même par­fois contre-productive. Je pro­po­se­rai donc la mise en place d'une sec­to­ri­sa­tion plus juste, fon­dée sur le cri­tère de mixité sco­laire, dans le cadre de sec­teurs aux péri­mètres élar­gis et établis en concer­ta­tion avec les col­lec­ti­vi­tés, en asso­ciant parents et établis­se­ments. Cette nou­velle sec­to­ri­sa­tion sera accom­pa­gnée par une poli­tique volon­ta­riste d'éducation prio­ri­taire car offrir une école de qua­lité à tous nos enfants, où qu'ils habitent, est la meilleure et la plus juste des manières de lut­ter contre l'évitement.

Concrètement, com­ment comptez-vous lut­ter contre l'échec scolaire ?

Nous nous atta­que­rons aux dif­fi­cul­tés et aux inéga­li­tés là où elles naissent : à la mater­nelle et au début du pri­maire, et dans les quar­tiers popu­laires. Beaucoup des mesures que j'ai annon­cées s'inscrivent dans cette idée : déve­lop­pe­ment de la sco­la­ri­sa­tion des enfants de deux ans, mise en œuvre du prin­cipe « plus de maîtres que de classes » en cycle 2 (Grande Section, CP, CE1), réta­blis­se­ment des RASED sup­pri­més par le gou­ver­ne­ment, ren­for­ce­ment de l'éducation prio­ri­taire, mise en place de dis­po­si­tifs favo­ri­sant la sta­bi­lité des équipes péda­go­giques dans les établis­se­ments sen­sibles, diver­si­fi­ca­tion des méthodes et des outils péda­go­giques. La recons­truc­tion d'une for­ma­tion de qua­lité pour les ensei­gnants et la révi­sion des rythmes sco­laires par­ti­ci­pe­ront aussi de cet objectif.

A ces mesures pré­ven­tives vien­dront s'ajouter des méca­nismes de « rac­cro­chage » per­met­tant aux jeunes sor­tis pré­co­ce­ment du sys­tème éduca­tif de réin­té­grer un cur­sus struc­tu­rant et for­ma­teur. Un ser­vice public de l'orientation pro­fon­dé­ment rénové aura ainsi l'obligation de pro­po­ser à cha­cun de ces jeunes une réponse adap­tée à sa situa­tion indi­vi­duelle, qu'il s'agisse d'une for­ma­tion, d'un appren­tis­sage ou d'un ser­vice civique. Aucun d'eux ne devra être laissé sans solution.

Et que proposez-vous pour amé­lio­rer la for­ma­tion des enseignants ?

Aujourd'hui, il ne s'agit plus de l'améliorer, mais de la recons­truire. Avec la réforme de la mas­te­ri­sa­tion, 70% des nou­veaux ensei­gnants se retrouvent devant une classe sans aucun bagage péda­go­gique et sans jamais avoir ren­con­tré un seul élève ! Or ensei­gner est l'un des métiers les plus beaux mais aussi les plus durs qui soient. Il ne s'improvise pas, il doit s'apprendre.

Je recons­trui­rai donc une for­ma­tion des ensei­gnants digne de ce nom en réta­blis­sant l'année de stage et en créant, au sein des uni­ver­si­tés, des Ecoles supé­rieures du pro­fes­so­rat et de l'éducation. Ces Ecoles seront char­gées de la for­ma­tion pro­fes­sion­nelle des ensei­gnants, ainsi que de la relance et de la dif­fu­sion de la recherche péda­go­gique. Tous les pro­fes­seurs, qu'ils se des­tinent à ensei­gner en mater­nelle ou à l'université, y par­ta­ge­ront un moment de for­ma­tion com­mun. Je sou­haite égale­ment qu'il y ait un meilleur équi­libre entre connais­sances dis­ci­pli­naires, didac­tique et pra­tique pro­fes­sion­nelle. Les pro­fes­seurs doivent être en mesure d'assurer l'ensemble des tâches qui font par­tie du métier d'enseignant : trans­mettre le savoir, mais aussi gérer une classe par­fois dif­fi­cile, accom­pa­gner indi­vi­duel­le­ment les élèves, accueillir les enfants en situa­tion de han­di­cap, par­ler aux familles, tra­vailler en équipe, uti­li­ser le numé­rique. Je met­trai aussi l'accent sur la for­ma­tion conti­nue que l'on oublie trop souvent.

Nous ferons enfin en sorte de finan­cer des études longues, avec une filière de pré-recrutements de façon à orien­ter les voca­tions et à aider les jeunes à finan­cer leurs études.

Charles Centofanti

Published by ANDRE - ACTUALITES

commentaires

Sidonie 30/03/2012 23:05


L'école devrait être un investissement. Et surtout ne pas ignorer la maternelle comme le faisait superbement Jack Lang qui misait tout sur le supérieur. Je dis ça depuis quarante ans.

ANDRE 01/04/2012 17:02



Le jour où nous aurons une bonne école, peut-être aurons-nous un beau pays.


Bon dimanche



BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

"un retraité qui prend le temps d'écouter et d'analyser tout ce qui fait notre quotidien... qui prend aussi le temps d'écrire... qui adore chiner... et qui adore les gravures anciennes... Un retraité qui aime vous transmettre ce qu'il aime, au hasard de ses souvenirs et de ses découvertes. "

Pages

Articles récents

Hébergé par Overblog