Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #chanson-musique catégorie

John Milk, le clip de When I Get Down, extrait du nouvel album Paris Show Some Love / CHANSON MUSIQUE / ACTUALITE
John Milk
 
Nouvel album Paris Show Some Love
 
 
 
Sortie le 24 mars chez Underdog Records / Differ-ant
 
En concert le 30/03 au Nouveau Casino
 
 
Après un 1er album de soul Treat Me Right, largement salué par les médias et la scène européenne, John Milk revient avec Paris Show Some Love, un album de R&B moderne et engagé.
Avec son nouvel album à paraître le 24 mars, John Milk ose un grand virage musical qui associe beatmaking, électro et hip hop pour faire de Paris Show Some Love un album de funk moderne qui pourrait séduire les amateurs de Childish Gambino en effectuant une sorte de synthèse des musiques allant de Prince et J Dilla.
Résolument rétrofuturiste, John Milk a enregistré les onze titres de l'album en mélangeant enregistreurs à bande et technologie d'aujourd'hui.
Il y a deux ans, le claviériste accompagné de son power trio avait lancé sa carrière en beauté avec la sortie de son premier album Treat Me Right, une somme de funk philadelphien qui revendiquait les plus anciennes racines de la soul-music. Aujourd'hui, on retrouve John Milk plus inspiré et dansant que jamais. Tout au long de Paris Show Some Love, il trouve des accents vocaux proches de ceux du californien Mayer Hawthorne ou encore de Jamie Lidell, deux prophètes d’un R&B boosté aux sons d’aujourd’hui, comme en témoigne le premier extrait pop et groovy : When I Get Down.
Amateurs de HipHop et de Soul, vous n'avez plus à rougir du made in France ! Après un premier album, Treat Me Right, empreint de sonorités soul classique et salué par les médias de part le monde, John Milk revient avec Paris Show Some Love, nouvel opus R&B moderne aux textes engagés.
 
Osant la synthèse de J Dilla et de Prince, John Milk impose son authenticité et sa singularité avec un album ambitieux où les sonorités vintage des enregistrements à bande rencontrent la musique électronique moderne. Fort de son expérience en tant qu’ex patron de label (Ka Records) et de ses collaborations avec plusieurs labels soul parisiens (Heavenly Sweetness, Favortie Recording), John Milk a souhaité une synthèse des méthodes d’enregistrement les plus diverses, usant d’un enregistrement live sur un Tascam 8 pistes analogiques, invoquant la chaleur des bandes à l’ancienne, introduisant le beatmaking et la culture hip-hop grâce à de nombreuses machines, telles que les boîtes à rythmes, Mogg, synthétiseurs, samplers… un patchwork musical, une mosaïque de sons ouverte aux expérimentations.
 
Les paroles ont été écrites dans un second temps, une fois l’énergie musicale des morceaux délivrée. Un travail d’orfèvre, de sculptures sonores où les textes les plus engagés et les plus profonds viennent se greffer à des mélodies entêtantes. Paris Show Some love est un album à messages, un album conscient. Pour son auteur, la période de création a été fortement marquée par les tragiques attaques terroristes qu’a subi Paris, sa ville.
 
Le titre Paris Show Some Love est d'ailleurs un hommage vibrant, un message, dédié aux victimes de la terrible soirée du 13 novembre 2015. Sur ce nouvel album, John Milk offre une réflexion personnelle et intime sur la capacité de chacun à créer sa propre voie, et s’interroge sur la capacité de chaque être humain à faire bouger les lignes dans cette période où la création, la modernité sont la meilleure réponse à l’obscurantisme.
 
Inspiré par la scène rap et soul US actuelle de TDE à MELLOWMUSIC, en passant par STONETHROW, de The Internet à Anderson Paak, Childish Gambino, John Milk propose un album ambitieux où il dépasse le classicisme de la soul vintage pour nourrir une nouvelle voie, la sienne, celle de la synthèse et de l’expression libre qui fait de Paris Show Some Love un album marquant dans le paysage de la scène soul hexagonale et européenne.
 
John Milk un espoir confirmé qui porte bien haut les couleurs du groove sans frontières.
 
Tournée :
02.03 • MONTPELLIER (84) – Le Jam
30/03 • PARIS (75) – Nouveau Casino
31.03 • BAGNEUX (92) - Espace Marc Lanvin
27.04 • ALENCON (61) – La Luciole
08.04 • VENELLES (13) – Comparses et Sons
 
 

Voir les commentaires

Published by ANDRE - CHANSON-MUSIQUE, ECOUTE, ACTUALITES, LOISIRS

Lazzy Bird > Découvrez le clip de Better! / CHANSON MUSIQUE / ACTU / ECOUTE

LAZZY BIRD

 

**DÉCOUVREZ LE CLIP DE BETTER**

En prémices de leur premier album prévu pour mars 2017, le groupe d’électro-pop

LAZZY BIRD lève enfin le voile sur  le clip de Better !

 

Emmené par la talentueuse Hélène Bondaz, LAZZY BIRD nous avait mis l’eau à la bouche

en décembre dernier, avec la sortie de Better, leur premier morceau au refrain entêtant qui

faisait déjà remuer toutes les têtes !

 

Aujourd’hui, le groupe continue son ascension artistique en dévoilant le clip ; une vidéo

sobre mais efficace mettant en scène une Hélène Bondaz, plus lumineuse que jamais !

 

En somme, un clip accrocheur et délicieux qui annonce le meilleur pour la suite J

 

  

***

 

SINGLE *BETTER*  SORTI LE 02.12.16

https://www.youtube.com/watch?v=flV6uSGlQzc 

 

Voir les commentaires

Published by ANDRE - CHANSON-MUSIQUE, ECOUTE, ACTUALITES, LOISIRS

La Féline : le clip de Séparés, extrait de l'album Triomphe / CHANSON MUSIQUE / ACTUALITE
La Féline
Nouvel album Triomphe
Sortie le 27 janvier 2017 chez  Kwaidan /!K7
En concert le 16/03/2017 à la Maroquinerie
Après Senga et le Royaume, La Féline dévoile Séparés (Si nous étions jamais), un titre phare de son nouvel album Triomphe. Un plan séquence fixe pour une chanson qui va droit au cœur, il n'en faut pas plus pour Séparés (si nous étions jamais), le nouveau single de la Féline. Voici un tube poignant et immédiat comme seule peut-être la chanteuse et guitariste Agnès Gayraud sait en faire aujourd'hui.
Le clip a été réalisé par le collectif As Human Pattern (Oiseaux Tempête, Mondkopf). Direct et mystérieux, il est une porte d'entrée idéale au nouvel album luxuriant, à la fois pop et complètement atypique dans le paysage français que vient de sortir la musicienne : le bien nommé Triomphe (Kwaidan Records).
Exit la new wave intimiste d'Adieu l'enfance, place à un son plus chaud et plus ample, mais toujours aussi puissant et émouvant. Avec la batterie chamanique de Franck Garcia, le saxophone de Yoann Durant, la flûte et l’octobasse de Michael Schmid, et bien sûr la voix et les textes d'Agnès, ses riffs de guitare, on se sent étrangement initié, comme si chaque chanson enveloppait un secret. Et c'est bien le cas de Séparés, nouveau single sensible et foudroyant de La Féline.
Quand elle conçoit Triomphe, son deuxième album, sous le signe d’un dieu d’ivresse et de pulsions, Dionysos — alors qu’Adieu l’enfance, si pop et minimal avait quelque chose d’apollinien — La Féline commence par se rêver guerrière impitoyable ou sauvageonne à la Miyazaki. «Senga», premier single placé en ouverture, signe un passage de relais : dans le miroir des eaux, Agnès la féline devient Senga qui parle aux loups, Senga qui grimpe aux arbres et connaît les secrets de la forêt. Et l’on sourit en découvrant la clé cachée dans l’envers de ce titre, subtil jeu de double et de reflets : qui n’a jamais rêvé de cet autre soi capable d’accomplir tout ce qui nous échappe ?
Triomphe devient alors un ambitieux terrain de jeu où La Féline transforme la forêt en refuge, la mer en bain primordial où renaître, se projette dans un Tokyo où la nature aurait repris ses droits. On y croise des dieux grecs et des animaux totems («Senga»), on y parle de renaissances («Samsara», «Le Plongeur» — attirés dans les profondeurs du son d’une flûte octobasse), on y questionne la place de l’homme dans la communauté («Le Royaume», «Comité rouge»). Autrefois tournées vers l’intime, ses chansons s’ouvrent désormais sur les autres et le monde, suggèrent tout un monde inexploré derrière le voile des apparences, en arrière plan, qu’on oserait à peine soulever, de peur d’en devenir fou, comme dans la nouvelle d’Arthur Machen, le Grand Dieu Pan. N’est-ce pas ce qui se joue dans l’inquiétant final de «Gianni» aux allures de descente aux enfers, ou encore dans le crescendo libérateur du «Royaume» où flûtes et saxophones mêlent leurs voix stridentes dans leur célébration extatique ?
Derrière ce titre ambigu et cette pochette où le regard nous défie, les ambiances sont profondes et sensuelles, les couleurs chaudes et les grooves sinueux. Entre les lignes perce un imaginaire nourri de cinéma comme de mangas, de mythes anciens comme d’archétypes populaires. Dans les yeux de La Féline, le monde se peint de clair-obscur et de couleurs fantasmatiques, les contraires se cherchent et s’équilibrent. Ici, la candeur est intense. Ici, la sauvagerie est douce.
 
En concert :
16/03/2017 - PARIS @ La Maroquinerie - Release Party
 
 
 

Voir les commentaires

Published by ANDRE - CHANSON-MUSIQUE, ECOUTE, ACTUALITES, LOISIRS

Jupiter & Okwess, nouvel album Kin Sonic feat Damon Albarn, Warren Ellis, 3D de Massive Attack.../ CHANSON MUSIQUE / ECOUTE / ACTUALITE
Jupiter & Okwess
Nouvel album Kin Sonic
Sortie le 03/03/2017 chez Zamora Label
Avec Damon Albarn, Warren Ellis et 3D (Massive Attack)
 
Découvert en 2006 grâce à Jupiter’s Dance, documentaire consacré à la nouvelle scène musicale de Kinshasa dont il est l’une des figures emblématiques, Jupiter Bonkodji sera de retour le 3 mars prochain avec Kin sonic. Nouvel album ponctué de prestigieuses collaborations telles que Warren Ellis (fidèle de Nick Cave au sein des Bad Seeds), Damon Albarn ou encore 3D (Massive Attack) qui a réalisé l’artwork de l’album.

Passeur de transes et authentique alchimiste tradi-moderne, propulsé par son groupe Okwess International, Jupiter continue d’explorer l’immense richesse des rythmes traditionnels congolais à travers lesquels il fait passer la stridence électrocutante du rock, et dont chacun des textes abrite la sagesse d’un bienveillant.
 
Jupiter & Okwess feront découvrir leur musique avec une vaste tournée française . On les écoute avec le titre Musonsu sur lequel on retrouve Damon Albarn.
 
Pour beaucoup d’amateurs, la musique congolaise se limite encore à un seul genre, la rumba, indétrônable reine de la fête depuis plus d’un demi siècle sur le continent africain. Une hégémonie remise en question avec l’apparition voici quelques années de courants novateurs issus de certains quartiers populaires de Kinshasa comme Lemba.
 
Le principal acteur de cette remise en cause de la rumba vient de Lemba et s’appelle Jupiter Bokondji. Depuis ses débuts avec son groupe Okwess, Jupiter s’est fixé pour mission de révéler l’immense potentiel musical ignoré de son pays, ce Congo vaste comme la moitié de l’Europe, peuplé de plusieurs centaines d’ethnies, avec pour chacune d’entre elles une langue, des coutumes, des rythmes différents. Un travail qui ne relève en rien d’une quelconque quête ethno musicologique. Bien au contraire. Sur un fougueux et décoiffant second album, Kin Sonic, produit par Marc Antoine Moreau et François Gouverneur, auquel ont contribué le leader de Blur et des Gorillaz Damon Albarn et le violoniste Warren Ellis, membre des Bad Seeds de Nick Cave, Jupiter & Okwess transcendent ce patrimoine inexploré en le plongeant dans le grand bain des sonorités actuelles avec une production et un esprit nous rappelant que ni le rock ni le funk ne sont jamais très éloignés de l’Afrique. La batterie y soutient tout du long un rythme d’enfer. Les guitares katangaises deviennent complètement folles. Et les voix portent à tue tête des mots qui même sans les comprendre nous touchent en plein coeur.
Jean Pierre Bokondji (Jupiter est un surnom) est né à Kinshasa le 16 Décembre 1963, trois ans après l’indépendance du Congo. Il a passé une grande partie de son enfance et de son adolescence entre Dar es Salam en Tanzanie et Berlin Est où son père travaille comme attaché d’ambassade.
 
En Allemagne, Il écoutait le meilleur de la soul américaine, James Brown, les Jackson 5, les Temptations, Kool and The Gang etc. Au Congo, il découvre la rumba, genre ultra dominant. Mais aussi une multitude de rythmes et de styles musicaux qui végètent dans l’ombre de la rumba et qui lui rappellent le funk, la soul et le rock. Il décide alors de façonner son propre mode d’expression.
 
Depuis lors Okwess (« la bouffe » en langue kibunda) a souvent changé d’équipage mais toujours conservé à sa barre le même capitaine. Autour de Jupiter se rassemblent aujourd’hui en une formation serrée que les diverses expériences et les multiples épreuves ont solidifiée, les fidèles Montana (batterie) et Yendé (basse), les guitaristes Eric et Richard ainsi que le percussionniste et choriste Blaise. En 2006 Jupiter’s Dance, un documentaire réalisé par Florent de La Tullaye et Renaud Barret, révélait au monde entier ce personnage hors du commun, grand échassier en tenue de général, sorte de Don Quichotte du ghetto qui dans un environnement délabré s’entêtait contre vents et marées à maintenir son groupe en activité à force de ténacité et de débrouillardise. En 2013, l’album Hôtel Univers lui apportait une certaine légitimité internationale et lui donnait la chance de faire plusieurs fois le tour du monde. Depuis, Jupiter s’est lié d’amitié avec nombre de personnalités. Parmi ses fans on compte aussi bien l’actrice Sandrine Bonnaire que le musicien et plasticien 3D du groupe Massive Attack. C’est à la faveur de la tournée Africa Express initiée par Damon Albarn que Jupiter et 3D se sont rencontrés la première fois en 2007. Un remix du titre Congo de l’album Hotel Univers, réalisé par 3d et sorti sur le label Battle Box de Massive Attack, viendra sceller une entente dont témoigne aujourd’hui le titre du nouvel album choisi en référence à un tableau peint par 3D baptisé Kin Sonic.
 
 
En Tournée :
15/03 à Brest : La Carène
16/03 à La Rochelle : La Sirène
17/03 à Saint Malo : Nouvelle Vague
18/03 à Angoulème à La Nef
23/03 à Bruxelles à Ab Club
24/03 à Sannois à l'EMB
25/03 à Figeac : 43ème Rugissant
30/03 à Angers : Le Chabada
31/03 Le Havre : Le Tétris
01/04 à Fontaine : La Source
03/04 à Innsbruck : Treibhause
08/04 à Creil : La Grange à Musique
14/04 à Macon : La Cave à Musique
22/04 à Paris : FGO Barbara
25/04 à Riorges : Mardi du Grand Marais
27/04 à Massy : Paul B
28/04 à Nanterre : Daniel Féry
29/04 à St Brieuc : Festival Complet' Mandingue
 
 

Voir les commentaires

Published by ANDRE - CHANSON-MUSIQUE, ECOUTE, ACTUALITES, LOISIRS

Chinese Man > Découvrez leur nouveau clip "Escape" / CHANSON MUSIQUE / ECOUTE

CHINESE MAN

DÉCOUVREZ LEUR NOUVEAU CLIP * ESCAPE *

A une semaine de la sortie de leur deuxième album SHIKANTAZA, le trio marseillais

dévoile son nouveau clip : ESCAPE !

 

Récemment récompensés d’un double disque d’or pour leur premier opus

Racing With The Sun, les Chinese Man semblent bien décidés à réitérer l’exploit

avec leur second volet discographique des plus prometteurs.

 

Ainsi, après LIAR et leur clip aux allures de thriller haletant, le groupe sort aujourd’hui

la vidéo d’ESCAPE, une envolée cosmique à bord d’un vaisseau colossal.

Une prouesse technique étourdissante pour un voyage spatio-temporel sensationnel !

A découvrir ici 

 

 

***

 

LE CLIP DE * LIAR * FEAT K.MORRIS & D.COOPER

 

https://www.youtube.com/watch?v=0QorsPPm3Pg

 

 

 

 

Réalisé par Yann Marquis et Wood & Water, ce clip très esthétique nous entraine dans un thriller

haletant et énigmatique ! Parsemé d’indices, vous parviendrez sûrement à trouver ce fameux Liar !

Entre un serial-killer et un enfant innocent, qui allez-vous décider de croire ?

 

 

 

***

 

SHIKANTAZA DISPONIBLE LE 3 FÉVRIER 2017

(Chinese Man Records)

 

CHINESE MAN_VISUEL ALBUM_ SHIKANTAZA_1.jpg

 

  1. Shikantaza
  2. Liar feat Kendra Morris & Dillon Cooper
  3. Malad
  4. Step Back
  5. The New Crown feat A-F-R-O, ASM & Taiwan MC
  6. Escape
  7. Stone Cold feat Mariama
  8. Modern Slave feat R.A The Rugged Man
  9. Warriors
  10. What You Need feat Vinnie Dewayne, Myke Bogan & Tre Redeau
  11. Wolf
  12. Blah! feat YouthStar, Taiwan MC & Illaman
  13. Golden Age
  14. L’Aurore
  15. Anvoyé
  16. Good Night

 

***

 

 

 

http://www.chinesemanrecords.com/images/cmr/newsletter/2016/CM/CMR040-preorder.jpg

 

 

Site Officiel / Facebook

 

Voir les commentaires

Published by ANDRE - CHANSON-MUSIQUE, ECOUTE, ACTUALITES, LOISIRS

MAXIMO PARK - 1er extrait "Risk To Exist" - album à paraitre le 21 avril /  CHANSON MUSIQUE / ECOUTE

 

NOUVEL ALBUM * RISK TO EXIST *

À PARAÎTRE LE 21 AVRIL sur DAYLIGHTING / COOKING VINYL

Maximo Park, les experts de la pop alternative annoncent aujourd’hui leur nouvel album

‘Risk to Exist’ qui sera disponible le 21 avril sur Daylighting / Cooking Vinyl.

 

C’est un retour en grande pompe pour Maximo Park avec ce nouvel album

‘Risk To Exist’ qui met à nouveau en exergue leur imparable talent mélodique,

des grooves empreints de soul, une pop délicate et un sens de l’urgence

qui font leur marque de fabrique.

 

Le titre d’ouverture ‘Risk To Exist’ est une petite perfection d’indie punk dont

le thème central est un appel à l’humanité et à la sollicitude.

 

Inspirée par la réponse de l’occident à la crise des migrants,

l’attitude suffisante des conservateurs bien élevés d’un côté et les tous petits

gestes de compassion et de générosité qui réaffirment qu’il existe encore

un peu de bien dans ce monde. ‘Risk To Exist’ est un appel à la compassion

“Throw your arms around me, I’ve come too far and the ocean’s deep”.

 

www

 

* RISK TO EXIST * LE 21 AVRIL 2017

 

 

 

Risk To Exist Tracklisting:

 

1. What Did We Do To You To Deserve This?

2. Get High (No, I Don't)

3. What Equals Love?

4. Risk to Exist

5. I'll Be Around

6. Work And Then Wait

7. The Hero

8. The Reason I Am Here

9. Make What You Can

10. Respond To The Feeling

11. Alchemy

Voir les commentaires

Published by ANDRE - CHANSON-MUSIQUE, ECOUTE, ACTUALITES, LOISIRS

Albert Fallen, le clip de Make This Right, extrait du EP Impressions / CHANSON MUSIQUE / ECOUTE
Albert Fallen
Nouvel Ep Impressions
 
Sortie digitale le 10/02/2017
Projet formé en 2011, Albert Fallen évolue dans un univers mélodique lancinant et minimaliste, nourri de sons deep-house et techno.
Après avoir sorti un 1er EP Time / Why I'm There sur le label Te Iubesc Records en 2015, Albert Fallen dévoile aujourd'hui Make This Right, le premier single d'Impressions, un nouveau maxi composé de 4 titres inédits dont l'atmosphère pop est portée par des notes de synthétiseur qui ne cessent de surprendre.
Aboutissement de 3 années d'une longue quête de sons et d'expérimentations, ce nouveau projet se distingue par sa production sobre, et ses textures à la fois mélancoliques et dansantes. Nappes de synthés, riffs obsédants et beats électroniques s’entremêlent pour offrir des sensations planantes et des mélodies à réminiscences new wave. A découvrir avec le clip de Make This Right, tourné par le collectif parisien WNDB.
Nés dans les années 1980 à la fin de la new wave et élevés dans le rock alternatif des années 1990 et 2000, Arthur et Rachid forment Albert Fallen en 2011 sous l’impulsion des nouveaux courants électroniques. Marqués par les scènes de Londres et Berlin, ils souhaitent créer une musique pop indé innovante, inspirée par les sons deep-house et techno émergents.
Albert Fallen évolue dans un univers mélodique lancinant et minimaliste. Nappes de synthés, riffs obsédants et beats électroniques s’entremêlent pour donner lieu à une sensation nerveuse et planante. A travers des textes décousus et portée par une rythmique implacable, la voix cherche toujours l’évasion, tandis que les rythmes s'avèrent toujours entraînants.
Leu nouvel EP Impressions s’ouvre avec Distance, sa boucle hypnotique et ses nappes mélancoliques. Distance est un morceau aux mouvements constants, les changements de rythme donnent la dynamique et la mélodie emporte. Une cohérence se dessine quand la voix se pose sur le synthé et disparait à nouveau au fil des secondes. L'atmosphère pop est portée par de notes de synthétiseur insaisissables qui ne cessent de surprendre.
Sur Marionnette, la mélodie vocale lascive contraste avec la régularité des arrangements. Le track est mélancolique mais dansant, désarticulé et maîtrisé. Un riff de guitare lancinant et une nappe new wave viennent donner vie à un beat très tendu. 
Impression, le titre éponyme, est une rengaine. Un chant perdu sur une basse entêtante. Les mots prennent leur sens puis se perdent. Entre voyeurisme obsessif et égocentrisme les mots sont diffus, vagues et reflètent​ nos vies d'aujourd'hui.
L'Ep se clôt sur son single Make this Right. Un titre au démarrage progressif, presque hésitant. Le rapport à l'autre y est encore décrit comme étouffant et fuyant, une certaine nostalgie se dégage. Puis les éléments électroniques du morceau se mettent en place et préparent l'arrivée du refrain qui libère l'émotion contenue du début. Il s’y exprime une recherche de rédemption ainsi qu'une fuite en avant teintée d’ironie.
Le clip de Make this Right se déroule en banlieue parisienne et a été tourné par le collectif parisien WNDB. Deux filles semblent passer des moments complices dans un parc. La sensation de liberté est omniprésente alors que les deux protagonistes alternent jeux innocents et actes de provocation. Mais au fil des secondes une réalité plus sombre se dessine. L'image se fige et le temps se suspend. Le doute s'installe, on se rend compte que l'une de nos héroïnes est soudain seule : l'était-elle depuis le début ? Était-ce un rêve, une hallucination ? A chacun de mettre un point final sur cette histoire d'amitié ambiguë.
 
 
 

Voir les commentaires

Published by ANDRE - CHANSON-MUSIQUE, ECOUTE, ACTUALITES, LOISIRS

BIG JUNIOR > Finaliste du RICARD S.A LIVE 2017! / CHANSON MUSIQUE / ECOUTE

BIG JUNIOR

FINALISTE DU RICARD S.A LIVE 2017 !!!

BIG JUNIOR ou la culture du paradoxe : hip hop et rock, douceur et énergie,

nouveau mais pas amateur.

Leur « Hip Wave » surfe sur des couleurs avec des allures multiples

par ses rythmes et plonge l’auditeur dans un bain de fraicheur et d’incertitude.

 

Véritable raz-de-marée dansant en live, le groupe bouillonne dans une cohérence

d’eau douce : des pieds à la tête, des vêtements aux sonorités, le style est imprimé.

Ne s’évapore d’eux qu’une envie de créer, d’inventer, de se détacher.

 

Après un 1er EP sorti en février 2016, les quatre trublions venus de Lyon,

nous préparent encore de belles surprises pour le printemps !

 

En attendant, ils sont finalistes du très prisé Prix Ricard S.A Live.

Découvrez vite leur session de Born To Cry réalisée pour l’occasion !

Un mannequin challenge sautillant et coloré, idéal pour nous réchauffer ;-)

 

Voir les commentaires

Published by ANDRE - CHANSON-MUSIQUE, ECOUTE, ACTUALITES, LOISIRS

French Waves > Soirée de lancement le 23 février au Rex! / CHANSON MUSIQUE / ACTUALITE

 

 

Voir les commentaires

Published by ANDRE - CHANSON-MUSIQUE, ECOUTE, ACTUALITES, LOISIRS

ATTENTION TALENT!!!!

ATTENTION TALENT!!!!

Slow Joe & The Ginger Accident
Nouvel album « Let me be Gone »
Sortie le 17 février 2017
Musique Sauvage / [PIAS]
 
Concert hommage :
28 mars 2017 - Café de la Danse (Paris)
En décembre 2009, alors qu’il n’avait jamais chanté que pour lui seul, Slow Joe quitte l’Inde pour donner le premier concert de sa vie aux Transmusicales de Rennes. Il y rencontre sa nouvelle famille : The Ginger Accident, quatre rockeurs dévoués à sa cause, qui porteront haut et fort la poésie de ce clochard céleste. C’est le début d’une grande aventure marquée par plus de 300 concerts et deux albums magistraux.
 
Slow Joe nous a quittés en mai 2016, alors que se finalisait Let Me Be Gone, son troisième album, qui sort de façon posthume le 17 février 2017. Tout au long de ce dernier album résonnent les mots de cet artiste hors normes qui célèbre la liberté, la vie, l’amour, toutes ces valeurs auxquels Slow Joe s’était voué corps et âme, sans aucune concession. En dix chansons, Slow Joe se livre sans détour et fait de ce disque un testament, à l'image de My Sway, le premier extrait.
 
En décembre 2009, alors qu'il n'a jamais chanté que pour lui seul, Slow Joe quitte son Inde natale pour donner le premier concert de sa vie aux Transmusicales de Rennes. S’achève alors un demi-siècle d’errance entre Bombay, Goa et Dehli, à chanter l’amour perdu, les rêveries sombres, l'incapacité à s’inscrire dans la société humaine. Cinquante années de poésie pure, soufflée dans un chant discontinu chargé de blues et de spiritualité indienne, ou consignée dans des centaines de carnets noircis jour après jour. Cinquante années qui ont forgé, au feu des drogues, de la solitude et de la rue, un timbre de voix profond et vibrant.
En 2007, le destin ou le karma comme il le disait lui-même, met sur sa lente et hasardeuse route Cédric de la Chapelle, musicien français en voyage dans la région de Goa.
La suite tient du roman : Cédric de la Chapelle rentre en France avec des heures d’enregistrement de chant a cappella. Depuis son home studio lyonnais, il arrange les chansons de Slow Joe et enregistre les premières maquettes. L’histoire aurait pu, aurait dû s’arrêter là. Le karma s’en mêle à nouveau, et les maquettes arrivent en 2009 aux oreilles de Jean-Louis Brossard, directeur des Transmusicales de Rennes, et défricheur de talent hors pair. Il n’a pas une seconde d’hésitation : il veut Slow Joe à l’affiche de son festival.
Cédric de la Chapelle retourne à Goa, retrouve Slow Joe, qui accepte l'invitation. Après des mois de discussions avec l’administration indienne pour redonner une identité officielle à celui qui vivait depuis des décennies sans le moindre papier, ils mettent tous deux le cap vers Rennes.
A son arrivée, Slow Joe découvre The Ginger Accident : Cédric lui a taillé un quatuor sur mesure pour l’accompagner sur scène. Devant des milliers de personnes, la magie opère. Le clochard céleste se révèle être un rockeur insoumis.
C'est le début de la grande aventure Slow Joe & The Ginger Accident, marquée par plus de 300 concerts et deux albums : Sunny Side Up (2011) et Lost for Love (2014).
Le 1er mai 2016, alors que se finalise le mix de son troisième album, Slow Joe est emporté par une rupture d’anévrisme foudroyante, à 73 ans. Il s’éteint chez lui, à Lyon, où il résidait depuis 2011. Slow Joe avait fait de la place Sathonay, au pied des pentes de la Croix-Rousse, son havre de paix. Les commerçants et les habitants étaient pour lui une nouvelle famille. Ce quartier de Lyon l’avait adopté et accepté comme l’un des siens, lui qui n’avait jamais connu que l’exil social et la marge. Après son décès, la Mairie du 1er arrondissement l’inscrira dans la mémoire collective, et fera dessiner le visage de Slow Joe sur sa façade. 
Let me be gone, le troisième album de Slow Joe & The Ginger Accident sortira donc de façon posthume le 3 février 2017. Sentant son corps épuisé par une existence chaotique, le poète a chargé de toute son âme chacun de ses mots, pour les faire résonner au-delà des ténèbres qui s'approchaient. En dix chansons, Slow Joe se livre sans détour, un testament, l’ultime envol d’un artiste hors norme.
L’album s’ouvre sur Tambde Roza, un chant traditionnel en Konkani, la langue de Goa. Il parle d’une idylle impossible. Puis Swing Your Love laisse entrevoir sa philosophie qui fait de l’amour une aventure mystique, métaphysique. L’amour, encore, dans l’aérien Temple Mosque ChurchSlow Joe, sur un ton de prière, le reconnaît comme son unique religion.
Avec My Sway, le poète se fait roublard et décrit une relation miroir entre deux personnes complices et contraires… On pense tout de suite à son amitié avec Cédric de la Chapelle, à leurs destinées croisées au-delà de toute convention. I Was a Stooge est une incantation à la gloire des marginaux, des égarés, des démunis, dont il se revendique avec force et fierté :

"So this is my song for all the losers
Those who have lost all they have loved
Suddenly they find no piece of mind
Just like me. We're left behind
For I belong to all the above
All those who have lost in love"
 
Candy Sparkles invente une mélopée blues aux sonorités indiennes dans laquelle Slow Joe se dit avoir été gâté par tous ces petits moments de grâce qui égaient une existence, même précaire. Grandes influences indiennes encore dans Black Moon avec son groove conquérant et sa vision d’un monde proche de l’apocalypse. God Damn The Pusherman laisse s’échapper la colère de Slow Joe, qui supplie Dieu de maudire les dealers d’héroïne. Il est allé à leur rencontre pour apaiser ses souffrances, mais en échange ils lui ont volé ses plus belles années et ont anéanti tous ses amis.
She Makes Love Like Crazy nous fait vivre son rêve le plus intime, une liaison à la fois tendre et passionnée, amour charnel, amour apothéose, amour symbiose. Le rêve de toute une vie, une vie sans concession, sans compromis, une vie de fierté, une vie épique, une vie de liberté.
L’album se referme sur Silent Waves où Slow Joe demande à la mort de le réduire au silence, doucement, au milieu de la nuit, à l’heure où les gens s’aiment. Le chant du cygne.
 
 
Tournée hommage :
04.03 Poligny (39) - Le Moulin de Brainans 
18.03 Champ sur Drac (38) - Salle Navarre 
28.03 Paris - Le Café de la Danse 
14.04 Romans (26) - La Cordonnerie
18.08 Annemasse (74) - Festival Les Musical’été 
 
 
 

Voir les commentaires

Published by ANDRE - CHANSON-MUSIQUE, ECOUTE, ACTUALITES, LOISIRS

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 > >>

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

"un retraité qui prend le temps d'écouter et d'analyser tout ce qui fait notre quotidien... qui prend aussi le temps d'écrire... qui adore chiner... et qui adore les gravures anciennes... Un retraité qui aime vous transmettre ce qu'il aime, au hasard de ses souvenirs et de ses découvertes. "

Pages

Articles récents

Hébergé par Overblog