Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #chanson-musique catégorie

"La première sensation à l'écoute de This Is The Hello Monster ! c'est la sensation de se dire que l'on a jamais entendu ça ! Plus étonnant à l'écoute de This Is The Hello Monster !, c'est que tout semble prendre vie autour de lui, y compris ses machines, dégageant alors un univers étrange auquel on se lie pour partager sa musique folk, indie. Gérald Kurdian, auteur, compositeur, interprète, multi-instrumentiste, réussit en effet a créer des émotions fortes, notamment sur ”TV Show”, à la mélodie et aux arrangements de toute beauté, ” ainsi que sur ”Heavy Like Stones” ou encore ” Sinking In You”, des titres, tout simplement envoûtants. Rocknfrance.com"

posterTITHMweb.jpg

 

 

 

 

 

visuelCD-TITHM.jpg
Artiste intéressant dont le premier CD est sorti fin mars 2010...à écouter et à voir...ci-dessus


Voir les commentaires

Published by ANDRE - CHANSON-MUSIQUE

Je vous ai déjà parlé de ce super film " Tout ce qui brille", je ne résiste pas au plaisir de vous proposer le clip de la chanson du film "Chanson sur une drôle de vie" qui avait été créée par Véronique Sanson.

 

 

 

 

 

tcqb01.JPG

 

Jobi...Joba...

 

tcqb18.JPG

 

Le film est toujours à l'affiche

N'hésitez pas à aller le voir ou le revoir

 

51w8WtwXzpL._SS500_.jpg

Voir les commentaires

Published by ANDRE - CHANSON-MUSIQUE

banniere_buridane.jpg

 

Buridane est une chanteuse prometteuse que j'ai découvert en concert à Lyon. J'ai tout de suite aimé sa musique, et j'ai acheté son premier disque, même s'il est un peu court avec 6 chansons, mais toutes réussies!

 

 

 

Elle vit sur Lyon, bien que native de Rouen. Elle reste une belle représentation de la Normandie...(J'ai le droit d'être un peu chauvin)
J'espère qu'elle aura droit rapidement à une reconnaissance plus large.
Pour le moment, elle fait les premières parties de quelques célébrités comme Alain Souchon aux prochaines nuits de Fourvières ou Gaëtan Roussel à Ruoms début mai.
buridane2.jpg
BURIDANE.JPG

Voir les commentaires

Published by ANDRE - CHANSON-MUSIQUE

 

Les Acrobates

Les Acrobates, c'est un duo français originaire de Montpellier. Plus de 5 ans d’existence et un parcours qui fait rêver. La chanson française à la sauce rock acoustique des Acrobates a déjà donné naissance à 3 galettes, un CD 6-titres et 2 albums, Bicéphale et La belle histoire.

Les deux compères ont sillonné la France pour faire parler d’eux, mais on ne les entend pas assez. Ils ont plus de 150 concerts au compteur, dont des premières parties de Jacques Higelin, M, Thomas Fersen et La Tortue


Discographie

La Rumeur - 1999 (Les Acrobates/PIAS France) 

  1. F...
  2. Le feu est rouge
  3. On meurt aussi
  4. Il trotte dans ma tête
  5. Ca me dérange
  6. Histoire d'amour

"Bicéphale - 2001 (Reactiv Music/Pias France) 

  1. Le Réconfort
  2. Quoi qu'il en soit
  3. L'amour aveugle rend sourd
  4. Ne me dis pas
  5. La valse
  6. Funambule
  7. Schizophrène
  8. Une chanson courte
  9. L'ombre
  10. Le fardeau
  11. Par la fenêtre
  12. Le joli mois de mai
  13. Je cours

La belle histoire" - 2003 (Sterne/Sony) 

  1. La Loire
  2. La bombe A
  3. La chanson des déjà vieux de demain
  4. Rat des villes sourire des champs
  5. Le journaliste
  6. Impossible
  7. Si vous saviez
  8. La belle histoire
  9. Encore
  10. Que le monde est joli
  11. Comme un ptit coquelicot

Voir les commentaires

Published by ANDRE - CHANSON-MUSIQUE

J'avais découvert "Mulet Mulet" en première partie de Jamait à l'Olympia, et j'en ai gardé un très bon souvenir. Je n'ai donc pas manqué d'acheter le CD lors de mon passage à Dijon...




Stéphane Mulet version 3
envoyé par louyub. - Regardez plus de clips, en HD !

Biographie:

"C’est pas un nom ça ! C’en est deux. Et bien oui, justement. Quand on a un père connu comme le loup blanc dans la région de Dijon, on ne peut pas se faire un nom. Alors on s’en fait deux ! Mulet Mulet.
Et puis, sur la pochette des albums, quand on fait le compositeur/chanteur ou encore le guitariste/chanteur, on dit Mulet/Mulet.

Et puis, quand, quinze jours avant l’Européen, on cherche un nom pour le groupe et qu’on reçoit, d’un ami qui revient d’Asie un petit âne gris, on se dit que Stéphane Mulet qui regarde un autre mulet, ça fait Mulet Mulet.Surtout, sans se prendre au sérieux ! Stéphane Mulet est né à Dijon en 1967.Dans le café que tiennent ses parents, il joue comme depuis toujours de la gratte au fond de la salle. Puis comme toutes les histoires qui doivent s’écrire, il rencontre ado les musiciens qui l’accompagnent encore, Manuel Caron le bassiste, Franck Fallone l’accordéoniste et Arno Morize l’autre guitariste. Stéphane est guitariste dans des groupes de Rythm’n’Blues, puis dans un groupe Rock and Roll, Les Os. Suit alors une période confuse où Stéphane est obligé de travailler à l’usine. Et paradoxalement, éloigné de son art, il trouve un nouvel élan créatif. Plus que jamais il compose et écrit. Il rencontre Jean Fauque, parolier de Baschung, et compose pour lui deux musiques. Puis c’est Yves Jamait qui l’invite à jouer en première partie de l’Auditorium de Dijon. Ca y est, la confiance est trouvée!Tout s’enchaîne alors et le groupe Mulet Mulet est créé pour faire ni plus ni moins les premières parties de Yves Jamait, à l’Européen, à La Cigale et à L’Olympia !!! Aujourd’hui c’est l’album Le premier. Le deuxième est déjà presque prêt… Ambiance des rues. Ambiance de l’album, comme un ancien bateau qui tangue, comme une maison à l’intérieur nourri de brocantes et de petites plantes. Musique de la pièce éclairée par le soleil de derrière les persiennes. Fin de journée. Ocre. Musique comme un nouveau folklore. Comme une foire d’antan. Qui sent les marrons chauds. Festival d’histoires tantôt mélancoliques, tantôt ironiques, le tout cinématographique. Histoires d’homme qui en crève pour elles. Histoire de l’homme en rut caché sous le Snob du bar tabac.Surtout, on n’est pas sérieux !Petit âne qui se regarde dans un miroir qui ne peut dire que la vérité. Petit âne comme son âme. Dans la pochette de l’album, l’âne est placé devant un site de cul ou sur le vélo d’une vieille dame ou à côté du jouet d’une gamine…photographié avec un téléphone portable, avec ce qui était là, à ce moment là. Là, dans sa poche. Et ça, c’est toute la musique de Stéphane. Faite avec les choses de la pièce. Authentique, sans artifice. Des petites choses prises de-ci de-là, dans la vie de tous les jours. Stéphane saisit. Mets dans sa besace et ensuite déplie sur sa musique.Dépliage rempli de pudeur qui fait sa poésie. Il floute un peu toutes ces images vues, il gomme pour qu’il n’y ait surtout pas trop, pour que la réalité ne se reconnaisse pas, pour que celle plus vraie, sans plus de masque, ose se montrer.Il a vu une rue à Auxerre, « la rue du Puits des Dames » et il en fait le sexe de Lison, celle qui est toutes les femmes, celle rêvée par tous les hommes.Il a vu un hôtel à Hyères, Les Pins Penchés, et lui en fait des Arbres Penchés. Il imprime son cœur sur une des îles Baléares, qui devient un rocher aride quand l’amoureuse l’a quitté. Et c’est Divines Comédies. Il lit un magazine déco, ce qu’il y a sous les photos, et avec son pote Régis Maldant batteur du groupe Les Os, intercale dans ces commentaires si frais, des phrases de funérailles. Ca donne Belles Funérailles.Tout ça avec un œil de mulet qui rêverait bien d’être cheval… Il n’y a aucune prétention dans aucun de ses sons. Sons de balloche. La batterie, c’est une caisse que le guitariste Arno ou l’accordéoniste Franck - avec son bonnet de marin - frappe à main nue. Les chœurs, c’est tout le monde, tous les musiciens. L’accordéon peut même être un nouveau violon qui pousse sa plainte, Violons Vibrez . Les percussions, ce sont des claves entrechoquées, qui nonchalamment se déhanchent, Je n’ai d’Yeux. Et puis on siffle aussi. Et on pousse des Oh’ de matelots.On fait de la musique avec ce qui est dans la pièce. Avec le bruit de la porte qui grince à la fin de l’album. Parce qu’elle s’est mise sur la bande. On laisse la musique se
faire. On laisse la voix prendre tous ses airs. Brute, puissante, elle a le droit de tout. Voix déchirée, lourde de ses pieds bien plantés.Voix de toutes les terres avec tous ses cailloux. Profonde, elle vient des entrailles. Là où il n’y a plus de grammaire, plus de logique… Voix qui pousse ses cris jusqu’à l’extrême, puis se retient, dans la musique qui fait son apnée. Langueur de ses rythmes syncopés et ambrés.Stéphane chante. Tout son corps chante. Sur sa chaise avec sa guitare dans ses bras, il se bascule, il est prêt de se lever en permanence. Il est au bord. En permanence. Corps agité dans le rythme comme un taureau. Charisme authentique. C’est unique d’entendre et de voir un artiste-bûcheron, comme il aime à se penser, nous parler de ses porcelaines, de nos clochers d’argiles ramenés par Les Vagues.Cette voix rayée, granuleuse, peut dire les fragilités de cet autre qui squatte ses souliers et dont il parle dans le morceau caché tout au fond de l’album. Cet autre qu’il ne connaît pas, plein d’humour et de naïveté à la manière un peu d’un clown qui dirait des fables, celles des Vaches qui regardent les hommes volés…heu pardon, tombés !Surtout, on n’est pas sérieux ! "
christelle reboul

Voir les commentaires

Published by ANDRE - CHANSON-MUSIQUE

da-silva01.jpgDa Silva est un chanteur français qui a la bougeotte. Après avoir parcouru la France de long en large et participé à de nombreux projets depuis l'âge de quinze ans, il se place aujourd'hui comme une valeur sûre  de la chanson française.

Décembre en été, premier album de Da Silva, a la force et l’évidence des nouveaux départs. "Je me demande pourquoi je n’ai pas toujours fait ça, avoue-t-il. J’ai le sentiment d’être arrivé là où je voulais aller." Une douzaine de chansons courtes et denses, comme des vignettes. "Je voulais faire dire le plus de choses possibles, en concentré. Je n’aime pas diluer." Aller à l’essentiel.

Telle est l’intention d’un album qui n’est pas celui d’un nouveau venu. Commençant précocement son parcours de musicien, Da Silva participe à de nombreux projets, dont    Punishment Park (avec les dissidents des Tambours du Bronx), le dark-folk Venus Coma, ou encore l’électronique Mitsu.

Apaisé mais bouillonnant, l’artiste envisage Décembre en été comme le prolongement naturel de ces multiples expériences : "J’ai l’impression de faire la même chose qu’à l’époque où je jouais dans des groupes indus. La seule différence, c’est que désormais je les exprime avec une guitare acoustique et une voix." Pas question donc de renoncer à un ton résolument rock : "Je ne me sens pas proche de la chanson française, à part Miossec ou Daniel Darc. (…) Je voulais faire un truc dépouillé, direct, incisif ".

Ton résolument rock, tension latente, mots ciselés, arrangements sobrement efficaces : dès son premier album, Da Silva impose son univers singulier, plus proche d’un rock acoustique de la chanson française. Auréolé d'un beau succès, l'artiste revient en 2007 avec De beaux jours à venir.

En Août 2009, Da Silva propose le single Le Carnaval, extrait de son troisième album La Tendresse Des Fous
(Tôt ou Tard).


Voir les commentaires

Published by ANDRE - CHANSON-MUSIQUE

Je vous ai déjà chanté les louanges de cette merveilleuse chanteuse, mais en allant voir son concert, je redoutais d'être déçu par rapport à ses disques et particulièrement son dernier "Des vagues et des ruisseaux"...
La salle Juliobona était pleine à craquer, avec des spectateurs de tous les âges, de 7 à 77 ans, et la Grande Sophie aura mis une chanson pour faire exploser le public, émerveillé par son rythme, son sourire, sa musique et sa voix...
Et finalement, il y avait plus que des vagues entre le disque et la réalité! Il y a un océan de bonheur face à cette fille énergique et généreuse qui communique sa joie de vivre et de chanter, qui nous emporte dans ses chansons pleines d'humour, qui nous fait rêver, quoi!
la-grande-sophie.jpg
C'était la dernière date de sa tournée en province, et j'espère qu'elle nous reviendra vite, avec de nouvelles chansons, mais même pour les anciennes, je retournerai la voir sans hésitation...
Et quand elle emprunte la musique de Barbara, cela donne ceci:


Voir les commentaires

Published by ANDRE - CHANSON-MUSIQUE


Mon âme pleure...un grand de la chanson vient de tirer sa révérence...
J'ai envie de lui dire "Tu verras, tu seras bien" comme il chantait à sa mère, ou bien encore, "Si nous mourons" 
Son message était d'amour lorsqu'il parlait des femmes et qu'il disait avec les mots d'Aragon "La femme est l'avenir de l'homme"...


Mais il savait aussi nous parler, comme André Gide de "La porte étroite", celle qui pour lui ne s'ouvrait pas à droite,

car quand sa conscience politique s'exprimait, c'était pour clamer...
"Je ne suis qu'un cri"


Il avait aussi su chanter pour Isabelle Aubret "Que c'est beau la vie"



Même s'il avait un douloureux souvenir de "Nuit et brouillard"


Il avait su dénoncer les intolérances avec ses "Vipères lubriques"


Il savait être sensuel lorsqu'il nous disait "L'amour est cerise"


Et pour moi, il aura souvent été "L'embellie"



Alors j'aimerais lui chanter "Tu aurais pu vivre encore un peu"

Voir les commentaires

Published by ANDRE - CHANSON-MUSIQUE

didier2.jpgBiographie de ROMAIN DIDIER

Romain Didier doit son prénom de scène à sa naissance dans la capitale italienne le 2 novembre 1949, non loin de la villa Médicis, où son père Prix de Rome et sa mère cantatrice à l'Opéra de Paris séjournent. Il passe son enfance à Paris, passe son bac et fait quelques apparitions à la Fac de Lettres.

Réfractaire aux leçons de piano, il apprend à jouer, seul, en reproduisant les chansons qu'il entend à la radio. Dans les années 70, pour gagner sa vie, il devient pianiste de bar, et accompagnateur dans les cabarets et soirées privées où il aborde tous styles de musiques. Les éditions de Gilbert Bécaud : "le Rideau Rouge" lui proposent de travailler sur des orchestrations et de collaborer à la réalisation d'un album de Francis Lemarque. La rencontre sera déterminante. Il compose aussi des musiques de films et de spectacles.

En 1980 : premier album (RCA /série "Paroles et musiques") sur des paroles de son ami et complice Patrice Mithois avec lequel il avait composé pour Nicole Croisille l'année précédente. La chanteuse l'engage comme musicien et lui offre de chanter en première partie de ses spectacles. La chanson "promesses promesses" (les tramways de Shanghaï) est un succès.

En 1981, première scène : Romain "s'offre" quinze jours au théâtre du "Petit
Montparnasse". Pressenti par France Inter pour représenter la France au festival de Spa en Belgique, il y remporte trois prix sur quatre avec la chanson "Amnésie".

1982 : album "Candeur et décadence" sur des paroles de Patrice Mithois, de Pierre Grosz et de Romain. La chanson "L'aéroport de Fiumicino"

 

est un succès radio. Romain chante quinze jours à l'Olympia en première partie de Popeck.

1983 : sortie du 45T "Julie la Loire"

1984 : l'album "le monde entre mes bras" et l'extrait "Senor ou Senorita"
(paroles Charles Ravasco) le mènent en 1985 à nouveau sur la scène de
l'Olympia, cette fois seul au piano, en compagnie d'amis chanteurs. Romain reçoit le Prix Georges Brassens au festival de Sète et le Prix Raoul Breton de la Sacem. La même année au festival du Printemps de Bourges, il fait une autre rencontre décisive : Allain Leprest.
Les deux hommes deviennent amis et commencent à travailler ensemble.

1986 : double album "Piano Public", seul au piano, enregistré au Théâtre 140
à Bruxelles. Le disque obtient le prix de l'Académie Charles Cros. Romain donne rendez-vous au Théâtre de la Ville (Paris) et en tournée.

1988 : « Romain Didier 88 »: premier album de chansons inédites depuis quatre ans. Allain Leprest et Gilbert Lafaille y ont notamment porté la plume. La tournée qui suivra pendant deux ans le mènera jusqu'au Kazakhstan.

1989 : "Place de l'Europe", cet album écrit en partie avec Allain Leprest brosse le portrait symbolique et original de chaque pays de la communauté grandissante. Romain porte les chansons sur la scène du Bataclan (Paris) et dans les grands festivals : Francofolies de la Rochelle, de Montréal, de Bulgarie, et au Paléo festival de Nyon... C'est le début de la collaboration avec la maison de disques Flarenasch.

1991 : A l'issue de deux mois au Théâtre de Dix heures, Romain réunit en studio cinquante-deux anciennes chansons plus huit nouvelles dans trois CD :
"D'hier à deux mains" avec l'accordéoniste Thierry Roques.

1994 : Nouvel album : Maux d'amour, enregistré avec l'orchestre philharmonique Enesco de Bucarest. Certains titres comme "Léon Camé" ou "Pétasse blues" rejoindront deux ans plus tard sa première compilation : "Le meilleur de Romain Didier". Il écrit un spectacle symphonique : "Francilie" (l'Ile-de-France en chansons originales), commande de l'ARIAM Ile-de-France (direction d'orchestre : Jean-Louis Vicart).

1996 : Spectacle au Café de la Danse. Romain s'est entouré de l'accordéoniste Dominique Sucetti et du percussionniste Stéphane Grémaud : salle comble pendant quinze jours, puis tournée dans toute la France.
La même année, à la demande de Gérard Lefebvre, directeur du conservatoire de Bourgoin-Jallieu (Isère) il écrit "Pantin Pantine", un "Opéra pour enfants" sur des textes d'Allain Leprest. Le CD enregistré chez Eden Rock/Walt Disney records avec un récitant de marque : Jean-Louis Trintignant fait l'objet d'un nomination aux Victoires de la Musique.
L'aventure se poursuit sur scène : cinquante enfants dont quatre solistes, un récitant adulte et un orchestre de 22 musiciens.

1997 : "Romain Didier en concert" L'album enregistré à Sarrebrück (Allemagne)
avec les cordes de l'orchestre symphonique de la Radio Sarroise, David Venitucci et Stéphane Grémaud ses complices, est primé Grand Prix de l'Académie Charles Cros, avec une mention spéciale pour le rayonnement de la chanson française à l'étranger.

1998 : Création chanson à l'issue d'une résidence au Manège / Scène nationale de Reims. Le spectacle poursuit sa route à Paris au Café de la Danse en compagnie de David Venitucci et Stéphane Grémaud, Marco Quesada à la guitare et Benoît Nicolas à la contrebasse.

1999 : "J'ai noté"(Wagram/Flarenasch). Romain Didier signe paroles et musiques l'intégralité des chansons de cet album aux sonorités plutôt jazzy et en confie la réalisation à Mick Lanaro qui l'entoure d'une remarquable équipe de musiciens (André Ceccarelli, Rémi Vignolo, Christian Escoudé, Sylvain Beuf, Florin Nicolescu et David Venitucci).

2000/2001 : résidence à Belfort (à l'initiative de l'Ecole Nationale de Musique dirigée par Jean-Jacques Griesser et en partenariat avec le "Granit , Scène nationale) au cours de laquelle Romain Didier écrit et monte un nouvel opéra pour enfants : "Pinocchio court toujours", sur des textes du chanteur Pascal Mathieu.

2002/2003/ 2004 : Le 18 février 2003, sortie d’un nouvel album « Délassé » chez Créon Music et une Résidence chanson (labellisées par le Ministère de la Culture) – création d’un nouveau spectacle au Théâtre Antoine Vitez à Ivry sur seine du 28 février au 23 mars 2003. Puis une tournée avec ce spectacle dans toute la France.
Le spectacle « Les copains d’abord », autour et avec Romain Didier Enzo Enzo, Néry, Kent et Allain Leprest, créé au festival des « Francomanias » de Bulle en Suisse il y a plusieurs années est redonné à St Etienne du Rouvray, pour le vingtième anniversaire des Francofolies de La Rochelle en juillet 2004.
Romain Didier a écrit des chansons pour les derniers albums respectifs de Enzo Enzo et Kent.

2004/2005 : Ses opéras, « Pinocchio court toujours » et « Pantin Pantine », ne cessent d’être joués dans toute la France et en juin 2005 par l’Orchestre du Capitole de Toulouse. L’enregistrement discographique de cette oeuvre sort le 30 octobre 2006 chez Abacaba, distribué par Emi.
En novembre 2005, Romain nous propose son neuvième album « Chapitre neuf », sorti le 7 novembre 2005 chez Tacet production, distribué par Mosaîc Music Distribution.
En décembre 2005, il crée au Divan du Monde à Paris, son nouveau spectacle en duo, d’abord intitulé « Deux de cordée » puis « Chapitre Neuf » comme son dernier album, avec Thierry Garcia aux guitares, son fidèle complice de scène depuis plusieurs années déjà.

En 2005-2006, Il écrit une cantate, commande d’état : « Cantate pour un Coeur Bleu » – créée en juin 2006 dans le cadre du Festival des Musiques Sacrées à Fes : textes de Allain Leprest avec Enzo Enzo et lui-même comme chanteurs, un orchestre à cordes, un choeur d’enfants et des musiciens solistes. Le spectacle est donné deux fois en France en 2007, à Yenne près de Chambéry le 19 juin 2007 et à Paris, le 21 juin 2007, pour la Fête de la Musique, dans les Jardins du Palais Royal. Une formule scène est disponible en tournée également à partir de la fin de l’année 2007 avec Enzo Enzo, co-interprète.
En juillet 2006, il honore une commande de Laurent Brack, Directeur du Conservatoire de Courbevoie (92) en créant, dans le cadre de l’année Mozart : « Mozart, la fin du mystère », spectacle pour choeur d’enfants, récitant et petit orchestre (10 musiciens).

Automne 2007 : C’est le rendez-vous décennal discographique de Romain Didier avec son public. Il demande à Catherine Petit, violoniste et à Jean-François Ott, violoncelliste avec lequel il a initié une collaboration lors de l’enregistrement de « Délassé » en 2003, de mettre leur talent au service de sa musique pour revisiter le spectacle « Chapitre Neuf » dans une formule en quartet et enregistrer son nouvel album « en public », troisième de sa carrière (1987, 1997, 2007). Cet album est enregistré le 03 novembre 2007 au Théâtre de l’Arche à Tréguier (22), avec le soutien de la ville et de France Bleu Armorique.

DIDIER.jpg

L’année 2008 va donner l’occasion au compositeur/arrangeur Romain Didier de connaître de nouvelles aventures musicales.
- Le mouvement « A cœur joie » lui commande une pièce pour trois voix égales et piano. Le « café du port » sur un texte d’Allain Leprest va être créé à La Bourboule lors des « Cantilies » de juillet 2008.
- Le quatuor « Panam’ trombones » qui a initié il y a plusieurs années la manifestation « Coulisses en fête », passe commande à Romain Didier d’un spectacle dont la particularité sera d’être accompagné par un orchestre constitué d’une centaine de trombonistes rassemblés pour l’occasion sur la même scène. Romain Didier demande à Xavier Lacouture d’écrire les textes et « Variations internotes » voit le jour début juillet 2008.
- Enzo Enzo rêve d’enregistrer un livre disque dédié aux « Histoires comme ça » de Rudyard Kipling, sur lequel elle prêterait sa voix au héros et chanterait les chansons. Elle demande à Yves Lecordier d’écrire les textes et d’adapter Kipling et à Romain d’écrire les musiques des chansons ainsi que les musiques additionnelles. Le Livre/disque sort chez Naïve.
- Le département des Hauts-de-Seine demande à Romain d‘écrire, pour son festival « la voix dans tous ses éclats » 2009, un conte musical qui implique un large chœur d’enfants et un orchestre professionnel. Romain demande à Pierre Philippon d’écrire les textes, à Néry de faire la mise en scène et à Laurent Brack d’assurer la direction d’orchestre.
« Qu'en sais-tu ? », adapté d'un conte traditionnel chinois voit le jour. Les forces musicales sont en répétition ...
- 2008, c’est l’année du CD « Chez Leprest » (Tacet production/L’autre distribution), sur lequel une quinzaine d’artistes de renom chantent Allain Leprest autour du piano de Romain. C’est aussi celle du CD « Quand auront fondu les banquises », le nouvel Album studio d’Allain sur lequel Romain signe une bonne partie des musiques et les orchestrations.

L’année 2009 doit voir la sortie du CD de la « Cantate pour un cœur bleu » (Tacet production/L’autre distribution) et le nouveau CD de Romain Didier.


A écouter ci-dessous: Dans ma rue


et son célèbre Pétasse blues

Romain Didier
PÉTASSE BLUES


Quand elle se baigne dans sa piscine
Comme Ursula dans Docteur NO
Elle a le monoï qui dégouline
Moi je pense au drame de l'Amoco
Elle vit dans du béton de riche
Une résidence au nom Angliche

Si elle dit "green" au lieu de pelouse

C'est sûr qu'elle est de Pétasse-blues

Elle fait ses courses en jogging blanc

Reebok Ray-ban et Range Rover
Y'a tout dehors et je crois que dedans
Y'a un silence à vous faire peur
Quand elle a des moments d'absence
Et qu'on lui de mande à quoi elle pense

Si elle répond: "Je suis son épouse"

C'est sûr qu'elle est de Pétasse-blues

Elle est branchée Astrologie

C'est son combat, son coin secret
Elle peut pas voir quelqu'un sans lui
Demander de quel signe il est
Si elle te parle des signes d'eau
Comme Gilles de Gènes de ses travaux

Laisse-la te réciter les douze

C'est sûr qu'elle est de Pétasse-blues

La faim dans le monde ça la déprime

Elle lui préfère la vie des stars
Chez elle y'a tout qui fait régime
Faut voir ce qu'on lit sous les séchoirs
En habitant au dessus de Valence
Même en prenant six mois de vacances

Si elle est noire douze mois sur douze

C'est sûr qu'elle est de Pétasse-blues

Elle se regarde dans son miroir

Y'a guère que là qu'elle réfléchisse
A tout hasard elle broie du noir
Des fois que le noir ça la mincisse
Il faut pour qu'une pétasse me plaise
Qu'elle fume, qu'elle boive et qu'elle...

J'en vois deux trois qui sont jalouses

C'est peut-être qu'elles sont de Pétasse-blues

Romain Didier est à mes yeux, un auteur-compositeur trop peu connu, mais vous avez compris que je l'adore...
J'espère vous donner envie de découvrir ses disques!

Voir les commentaires

Published by ANDRE - CHANSON-MUSIQUE

<< < 100 101 102 > >>

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

"un retraité qui prend le temps d'écouter et d'analyser tout ce qui fait notre quotidien... qui prend aussi le temps d'écrire... qui adore chiner... et qui adore les gravures anciennes... Un retraité qui aime vous transmettre ce qu'il aime, au hasard de ses souvenirs et de ses découvertes. "

Pages

Articles récents

Hébergé par Overblog