BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

un retraité qui prend le temps d'écouter et d'analyser tout ce qui fait notre quotidien... qui prend aussi le temps d'écrire... qui adore chiner... et qui adore les gravures anciennes... Un retraité qui aime vous transmettre ce qu'il aime, au hasard de ses souvenirs et de ses découvertes.

Publié le par ANDRE
Publié dans : #CINEMA
SALAUD ON T'AIME / CINEMA / CLAUDE LELOUCH

Durée : 123 minutes
© 2014 Les Films 13 / Rhône-Alpes Cinéma
Distribution : Les Films 13 / Paname Distribution

Avec : Johnny Hallyday, Sandrine Bonnaire, Eddy Mitchell, Irène Jacob, Pauline Lefèvre, Sarah Kazemy, Jenna Thiam, Valérie Kaprisky, Isabelle de Hertogh, Rufus, Agnès Soral, Silvia Kahn, Antoine Duléry, Jean-François Dérec, Jacky Ido, Gilles Lemaire, Laurent Couson, Jérôme Cachon, Astrid Whettnall et Marie Micla.

Synopsis : Un photographe de guerre et père absent (Johnny Hallyday), qui s’est plus occupé de son appareil photo que de ses 4 filles, coule des jours heureux dans les Alpes avec sa nouvelle compagne (Sandrine Bonnaire). Il va voir sa vie basculer le jour où son meilleur ami (Eddy Mitchell) va tenter de le réconcilier avec sa famille en leur racontant un gros mensonge

C'est un réel plaisir de visionner un film dans les fauteuils en cuir du club 13 à Paris.

En fait, j'ai eu l'impression de voir deux films, tant la rupture est forte entre la partie comédie que j'ai adorée et la partie finale qui laisse une impression de thriller un peu bâclé.

Mais même pour un film moyen, j'aime l'approche romantique que Claude Lelouch a de la vie, et il parvient toujours à démontrer son optimisme inaltérable et sympathique.

SALAUD ON T'AIME / CINEMA / CLAUDE LELOUCH
SALAUD ON T'AIME / CINEMA / CLAUDE LELOUCH
SALAUD ON T'AIME / CINEMA / CLAUDE LELOUCH

Voir les commentaires

Publié le par ANDRE
Publié dans : #ARTS PLASTIQUES, #ACTUALITES
c’est surtout pour son travail d’illustration que Carl Larsson (1850-1919) a connu de son vivant une gloire internationale qui s’est maintenue jusqu’à nos jours.

c’est surtout pour son travail d’illustration que Carl Larsson (1850-1919) a connu de son vivant une gloire internationale qui s’est maintenue jusqu’à nos jours.

Cette exposition délicieuse et charmante est à ne pas manquer...

L’exposition «Carl Larsson, l’imagier de la Suède» au Petit Palais présente pour la première fois en France la grande figure de l’art suédois des années 1900. Cent vingt œuvres - aquarelles, peintures, estampes et meubles - plongent le visiteur dans une vie domestique paisible et une campagne tout aussi policée, symbole de l’art de vivre à la suédoise. Grâce aux prêts exceptionnels consentis par le Nationalmuseum de Stockholm et la maison de Larsson à Sundborn, le public découvrira les différentes facettes de son art. Travaillant aussi bien la peinture, l’aquarelle et la peinture murale, c’est surtout pour son travail d’illustration que Carl Larsson (1850-1919) a connu de son vivant une gloire internationale qui s’est maintenue jusqu’à nos jours.

L’artiste eut pourtant une toute autre ambition. A l’issue de sa formation académique à Stockholm, il séjourna à partir de 1877 et pour plusieurs années en France, d’abord à Paris en quête d’une reconnaissance qu’il tarda à obtenir, puis à Grez-sur-Loing à partir de 1882. Il prit tout de suite une place déterminante dans la colonie d’artistes anglo-saxons et scandinaves qui s’y était implanté non loin de la forêt de Fontainebleau. Il y découvre une autre vision de la nature et explore avec sensibilité la technique de l’aquarelle pour rendre les effets de lumières vaporeux et le travail paisible des paysans dans les potagers.  De retour en Suède en 1889, il obtient de réaliser des décors monumentaux important, dont celui du grand escalier du Nationalmuseum de Stockholm. Cette production très importante est évoquée dans l’exposition par des dessins et esquisses préparatoires d’une grande vivacité.

Larsson sut finalement s’imposer dans un registre inédit : la description de sa vie familiale dans l’univers coloré de sa maison du village de Sundborn, dans la région pittoresque de Dalécarlie. L’album « Notre maison » et les suivants qui connurent une grande diffusion, ont inspiré les jeunes couples sur le point de fonder un foyer. Ils firent de lui le porte-étendard d’une nation fière de son confort domestique et de ses valeurs humanistes. Ces aquarelles continuent d’ailleurs d’influencer la décoration intérieure en Suède. Mais le caractère fascinant de ces images repose également sur une science du cadrage moderne qui distingue sa production de celle de ses suiveurs. Le Petit Palais est heureux de présenter, pour la première fois en France, toute la force et la séduction de son invention graphiique exceptionnelle.

CARL LARSSON / L'IMAGIER DE LA SUEDE / AU PETIT PALAIS A PARIS DU 7 mars au 7 juin 2014CARL LARSSON / L'IMAGIER DE LA SUEDE / AU PETIT PALAIS A PARIS DU 7 mars au 7 juin 2014CARL LARSSON / L'IMAGIER DE LA SUEDE / AU PETIT PALAIS A PARIS DU 7 mars au 7 juin 2014CARL LARSSON / L'IMAGIER DE LA SUEDE / AU PETIT PALAIS A PARIS DU 7 mars au 7 juin 2014CARL LARSSON / L'IMAGIER DE LA SUEDE / AU PETIT PALAIS A PARIS DU 7 mars au 7 juin 2014CARL LARSSON / L'IMAGIER DE LA SUEDE / AU PETIT PALAIS A PARIS DU 7 mars au 7 juin 2014CARL LARSSON / L'IMAGIER DE LA SUEDE / AU PETIT PALAIS A PARIS DU 7 mars au 7 juin 2014CARL LARSSON / L'IMAGIER DE LA SUEDE / AU PETIT PALAIS A PARIS DU 7 mars au 7 juin 2014CARL LARSSON / L'IMAGIER DE LA SUEDE / AU PETIT PALAIS A PARIS DU 7 mars au 7 juin 2014CARL LARSSON / L'IMAGIER DE LA SUEDE / AU PETIT PALAIS A PARIS DU 7 mars au 7 juin 2014CARL LARSSON / L'IMAGIER DE LA SUEDE / AU PETIT PALAIS A PARIS DU 7 mars au 7 juin 2014CARL LARSSON / L'IMAGIER DE LA SUEDE / AU PETIT PALAIS A PARIS DU 7 mars au 7 juin 2014CARL LARSSON / L'IMAGIER DE LA SUEDE / AU PETIT PALAIS A PARIS DU 7 mars au 7 juin 2014CARL LARSSON / L'IMAGIER DE LA SUEDE / AU PETIT PALAIS A PARIS DU 7 mars au 7 juin 2014CARL LARSSON / L'IMAGIER DE LA SUEDE / AU PETIT PALAIS A PARIS DU 7 mars au 7 juin 2014CARL LARSSON / L'IMAGIER DE LA SUEDE / AU PETIT PALAIS A PARIS DU 7 mars au 7 juin 2014CARL LARSSON / L'IMAGIER DE LA SUEDE / AU PETIT PALAIS A PARIS DU 7 mars au 7 juin 2014CARL LARSSON / L'IMAGIER DE LA SUEDE / AU PETIT PALAIS A PARIS DU 7 mars au 7 juin 2014CARL LARSSON / L'IMAGIER DE LA SUEDE / AU PETIT PALAIS A PARIS DU 7 mars au 7 juin 2014CARL LARSSON / L'IMAGIER DE LA SUEDE / AU PETIT PALAIS A PARIS DU 7 mars au 7 juin 2014CARL LARSSON / L'IMAGIER DE LA SUEDE / AU PETIT PALAIS A PARIS DU 7 mars au 7 juin 2014CARL LARSSON / L'IMAGIER DE LA SUEDE / AU PETIT PALAIS A PARIS DU 7 mars au 7 juin 2014
Jeune fille lisant à une table

Jeune fille lisant à une table

Voir les commentaires

Publié le par ANDRE
Publié dans : #CINEMA

Sleepless

Un court-métrage de Regina Demina

Avec Barbara Opsomer, Regina Demina, Nicolas Ly

 

Le Paris underground  s’est donné rendez-vous dans les salons coquins et feutrés de l’hôtel Alba Opéra pour la présentation du court métrage SLEEPLESS de Régina Demina, tourné il y a quelques mois dans les lieux. Produit par Candid & Young, en partenariat avec la revue d’Art Prussian Blue, l’événement s’est déroulé  en présence de l’équipe du film dont Barbara Opsomer, Nicolas Ly, les comédiens du film et de tous leurs invités, venus célébrer la sortie de ce huit-clos hypnotique sulfureux et esthétique.

 

Dans une ambiance de fête, les trois protagonistes du film ont reçu notamment les félicitations de l’écrivain Guillaume de Sardes, du chanteur & photographe Nicolas Comment, et la photographe Chloé Claverie (du tandem Nick & Chloé). SLEEPLESS intégrera sous peu le parcours Festivalier du court-métrage, alors que son trio d’acteurs s’attèle individuellement à ses futurs projets artistiques. Nicolas Ly  a confié qu’il tiendrait le premier rôle dans le premier long métrage de Christophe Nanga-Oly en attendant de retrouver son groupe Applause pour un nouvel album. Régina Démina  est déjà en phrase d’écriture pour son prochain court-métrage dont les acteurs seront tous des enfants, et il se murmurait que la jolie Barbara Opsomer (www.BarbaraOpsomer.com)  quant à elle, collaborait avec l’écrivain David Foenkinos pour l’écriture de son premier album de chanteuse.

À la fin des années 90, dans le huis-clos d’une suite de palace, un triangle amoureux se crée entre trois petites frappes d’un jour. Ils préparent un unique casse et fantasment un avenir radieux. Rose a vingt-cinq ans, elle est femme de chambre dans le palace où elle use ses rêves et sa fraicheur. Elle est amoureuse de Tropmann, trente-huit ans, lequel brûle pour sa femme Mila, de treize ans sa cadette, elle-même éprise de Rose… Le « couple » bataillien que forment Mila, Tropmann et Rose vit une sorte de fuite en avant : l’atmosphère est toute en tensions amoureuses et sensuelles, les non-dits priment sur le dialogue, et les esprits sont embrumés par les stupéfiants. Tout laisse présager une issue fatale (que l’on ne verra pas) à cette tranche de vie et de rêve.

 

Sleepless, un film à regarder / CINEMA / COURT METRAGE
Sleepless, un film à regarder / CINEMA / COURT METRAGE
Sleepless, un film à regarder / CINEMA / COURT METRAGE

La réalisatrice Regina Demina a voulu, dans un lieu sans dehors, jouer sur toutes les formes d’évasion comme le sommeil, le songe, la drogue. Le jeu est amoureux, aussi. Entre les personnages se développe une tension, à mi-chemin entre le désir et la peur, qui est créatrice d’atmosphère. Pour Regina Demina, c’est là une façon de développer un jeu fin, délicat, et de mettre en valeur les qualités des acteurs. L’attention aux êtres passe avant le souci de l’intrigue. Ce qui est montré, ce sont des instants, à la manière d’un polaroïd cinématographique. Les blancs ainsi produits permettent de ne pas appuyer trop littéralement les rapports entre les personnages, de rester dans l’ambiguïté. Il en va de même pour la drogue, dont l’importance est suggérée. Regina fait confiance à la capacité du spectateur à s’immiscer dans le rêves des amants.

Voir les commentaires

Publié le par ANDRE
Publié dans : #THEATRE
OSCAR ET LA DAME ROSE / THEATRE / NORMANDIE / Vattetot-sur-Mer (entre Etretat et Yport).

 

Oscar et la dame rose est le dialogue entre un enfant malade, Oscar, et Mamie Rose, la '' dame rose" qui lui rend régulièrement visite à l'hôpital pour enfants.

Celle-ci a retrouvé les lettres écrites à Dieu par Oscar. Elles décrivent douze journées de sa vie, douze journées de dialogues cocasses et poétiques sur sa vision de l'hôpital, sur les adultes, sur ses amours...

Ces douze jours seront peut-être les derniers, mais grâce à Mamie Rose qui noue avec Oscar un très fort

lien d'amour, ils deviendront légende...

A la fois émues et amusées par ce texte d'Eric-Emmanuel Schmitt adapté au théâtre, puis au cinéma, trois comédiennes d'Art-Scène vous invitent à partager avec elles les émotions qu'elles ont ressenties.

A voir à Vattetot-sur-Mer (entre Etretat et Yport).le 16 mars prochain à 16 heures à la salle polyvalente.

Voir les commentaires

Publié le par ANDRE
Publié dans : #CHANSON-MUSIQUE
Georgette Lemaire et Sanseverino : A quoi ça sert l'amour / CHANSON FRANCAISE

Georgette Lemaire

Nouvel album : Paris Jazz

Disponible chez Balablan music/Gomusic/Believe

 

 

Le réalisme est de retour ! Voici un nouvel album pour la chanteuse légendaire Georgette Lemaire. En plus de 40 ans de carrière, celle qui comptera toujours dans le patrimoine de la chanson française, n’avait jamais chanté Paris, ni eu son album de reprises. C’est choses faite avec Paris Jazz qui, sous une forme totalement inédite, rejoue les grands classiques des années 30-40, en explorant tout le meilleur du jazz. Le tout réalisé en famille. Découvrez Paris Jazz avec en premier extrait la vidéo du duo avec Sanseverino pour A quoi ça sert l’amour ?

Née un 15 février 1943 à Paris, Georgette grandit à Ménilmontant ; tout près des rues où sont nés Edith Piaf et Maurice Chevalier. Ses promenades d’enfant se faisaient dans les allées du cimetière du Père Lachaise. À 17 ans, elle épouse Daniel Lemaire, naîtront de cette union deux garçons, Pascal et Yvan. Ils vivent à quatre dans un studio de 12 m² à Saint Ouen. Pour survivre à cette situation, digne d’un Zola, Georgette travaille dans une bijouterie, puis dans une maison de couture. Pour exprimer ses joies et ses peines, elle a recours à sa réelle passion : le chant. C’est dans un café du quartier, « Chez Louisette », que la voix et le charme de Georgette Lemaire envoûtent les clients.

 

En 1965, Georgette participe à l’émission « Le jeu de la chance », l’ancêtre de la Nouvelle Star, présentée par Roger Lanzac. Durant trois semaines, elle est plébiscitée par les téléspectateurs, et France Soir titre en Une : ”Une ménagère bouleverse la France”.

Après avoir laissé sa place, sans vraiment peser son geste, elle signe un contrat chez Philips et enregistre son premier 33 tours composé de chansons signées Charles Dumont (parolier d’Edith Piaf) dont les deux grands succès “Et si c’était vrai” et  “Je ne sais pas”. Elle entame une tournée et devient la protégée de Georges Brassens, qui lui propose de participer à son spectacle à Bobino : c’est la consécration. C’est en 1968 qu’elle enregistre un de ses plus grands succès : “Vous étiez belle Madame” signé Jean-Jacques Debout et Pascal Sevran. Au sommet du hit parade, elle est invitée à l’Olympia par Enrico Macias, et le suivra dans une grande tournée d’été. Divorcée de Daniel Lemaire, elle épouse Bob Sellers, son pianiste, qui l’accompagne à la ville comme à la scène. Leur fils Antoine naît en Juin 1969. En septembre 1969, la sortie de l’album “Des millions d’amoureux”, lui ouvre à nouveau les portes de Bobino. Elle chante les nouvelles chansons de son 5ème 33 tours dont “Le petit café français”, “Et l’amour”, “Expliquez-moi pourquoi Monsieur» et “Ce bonheur là ”.

 

En 1972, elle obtient le Grand Prix de «La chanson populaire française», décerné par un jury d’écrivains, composé d’Alphonse Boudard, René Fallet et d’Auguste Lebreton.  Au printemps, Georgette doit présenter la chanson “Tant qu’il y aura sur terre” d’Yves Descas à l’Eurovision mais préfère suivre Eddy Mitchell en tournée.  En 1973, elle chante avec Tom Jones “Help yourself ” qu’elle a repris en français, sous le titre “Ce bonheur là”, quatre ans plus tôt. La même année, elle se produit au Royal Albert Hall de Londres et conquiert le public anglais.  Suivront les belles années, elle parcourt le monde accompagnée des plus grands : de Tom Jones, Julio Iglesias en passant par Eddy Mitchell ou Georges Brassens  et fréquente les salles les plus mythiques : l’Olympia, Bobino, Zénith…

Georgette Lemaire et Sanseverino : A quoi ça sert l'amour / CHANSON FRANCAISE

Arrivent les années noires où Georgette se replie sur elle-même, fatiguée des barrages que ce métier dresse tout autour d’elle, sans même écouter ses idées, ses envies. Elle ne se plie pas aux différentes propositions de contrats et de chansons qui ne lui ressemblent pas et sent que son image risque de s’abîmer pour toujours. Elle décide de tout arrêter et préfère vivre sa vie loin du métier, d’attendre le moment de retrouver une qualité artistique qui saura la remettre, à sa juste valeur, au-devant de la scène. Elle ne veut pas être modelée comme une poupée bien sage.

 

En 1980, elle réalise un album de dix chansons de Charles Aznavour qu’elle a toujours admiré, dont “ De t'avoir aimé ”, “Hier encore” ou “Désormais”. A cette occasion Aznavour écrit d’elle : « Une voix, un cœur, une authenticité, et dans son chant les cris de l'animal blessé, telle qu'en elle-même Georgette Lemaire ».  En 1985, elle est faite chevalier des Arts et Lettres par Jack Lang et en 1989 François Mitterrand la nomme au Conseil Economique et Social pour 2 ans. Dans les années 80 et 90, Georgette Lemaire continue à faire de nombreuses apparitions télé, notamment dans les émissions de Pascal Sevran, Jean-Pierre Foucault, Michel Drucker ou Jacques Martin, tout en étant chaque mois au bord de l’expulsion, prête à être mise à la rue par un système dans lequel elle n’aura jamais su rentrer.

 

Il faut attendre 2009 pour que Georgette réalise « inoubliable » l’album le plus brut, le plus rock, le plus proche de sa réalité, souvent noire. C’est grâce à son fils Antoine Blanc et son label Balablan Music que tout recommence : ils concoctent ensemble une sélection de 10 titres. Georgette, qui a toujours été seule à mener sa carrière, est enfin entourée d’une équipe jeune d’auteurs compositeurs : son grand fils, Skalp, alias Pascal Lemaire (David Guetta, Kylie Minogue…), son petit dernier, Antoine Blanc (chanteur, dj & remixeur..) et Frédéric Lebovici (Faudel, Johnny Hallyday..). Antoine n’a qu’une idée en tête : la laisser choisir, ne rien lui imposer, la laisser guider à l’instinct la construction de son futur album, sûrement la meilleure façon pour une artiste de cette envergure de revenir avec justesse auprès du public d’hier et de demain.  Tous amènent leurs expériences, leur savoir faire, pour un travail en famille. Ils taillent un costume sur mesure pour cette grande Dame, qui aura finalement fait des petits dans la chanson française (Cali, Dionysos, Juliette…). Autant d’artistes qui, comme elle, ont tracé leurs routes et leurs carrières comme ils l’entendent.

 

En 2014 Georgette travail plus que jamais en famille en préparant l’album Pariz Jazz, 22 titres de légendes en versions inédites, disponible dans les bacs en mars chez Balablan Music/Abeille Musique.

Celle qui a su rester durant toutes ces années dans l’inconscient collectif et dans le cœur du public est enfin de retour.

 

 

http://www.georgettelemaire.com| http://www.facebook.com/georgettelemaire.officiel

 

Georgette Lemaire et Sanseverino : A quoi ça sert l'amour / CHANSON FRANCAISE

Voir les commentaires

Publié le par ANDRE
Publié dans : #LOISIRS

La marque "Starlux" a disparu, malgré les efforts du chanteur Francis Lalanne.
Depuis tout petit, mon argent de poche passait soit dans des petits soldats, soit dans des vinyls.
Je ne suis pourtant pas militariste, mais j'aime la miniature, surtout lorsqu'il s'agit de guerres. Cela fait moins de dégâts que les vraies.
Aujourd'hui, l'espace me manque pour exposer mes 650 figurines  du fabriquant disparu.
Voici un petit film pour parcourir ces souvenirs, depuis les hommes des cavernes jusqu'à nos jours.

Toutes les séries n'y sont pas, mais c'est un petit tour d'horizon...

Voir les commentaires

<< < 10 20 30 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 60 70 80 90 100 200 > >>

VOITURES DE COLLECTION

Articles récents

CINEMA-COMEDIE

<iframe src="http://www.loxiastudio.com/i-XXrV" width="500" height="350" scrolling="no" frameborder="0" allowtransparency="true"style="visibility:hidden" onload="this.style.visibility='visible'"></iframe>

Hébergé par Overblog

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog