Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
 
 stuck
 
 

STUCK IN THE SOUND  

album Pursuit   

Discograph  

En concert le 20 octobre à l’Olympia

Si l’heure des bilans de fin d’année est encore loin, une chose est sûre : Stuck In The Sound aura marqué de son empreinte 2012. Fort d’un troisième album acclamé par la critique et après avoir électrisé les festivaliers des quatre coins de l’hexagone (Vieilles Charrues, Main Square, Calvi on the rocks, Rock en Seine, Les Francos, Les Transmusicales...) le groupe de rock français le plus prometteur de sa génération poursuit son ascension et multiplie les scènes dont un Olympia le 20 octobre 2012 qui s’annonce explosif. A cette occasion, le groupe propose un nouveau clip réalisé par Jalil Lespert pour la ballade lacrymale Tender.

La sortie d’un troisième album, c’est une étape particulière dans la carrière d’un groupe. Quand Stuck enregistrait son premier EP, JRF, le chanteur, prophétisait déjà que ce serait le vrai moment décisif – ce qui était sans doute aussi une manière de tenir le stress du présent à distance. Et voilà que dix ans plus tard, ce troisième album est fini, composé, enregistré, mixé. Il y a dix ans, on se demandait déjà à quoi il ressemblerait. Quelle tonalité il aurait. Comment le groupe aurait évolué. Qui en ferait encore partie.

 

C’est sans doute la première chose à retenir : la formation de départ n’a pas changé. JRF, Emmanuel, François et Arno sont toujours là. Ca peut avoir l’air anodin et pourtant, quand on suit les parcours souvent mouvementés des groupes de rock, on constate que c’est une rareté. Cette fidélité, cet esprit de clan soudé, se retrouve aussi dans le son puisque c’est le même ingé qui mixe les albums de Stuck, comme il le faisait déjà il y a dix ans pour les premières maquettes.

 

Le premier album, Nevermind the Living Dead, ressemblait à une explosion incontrôlée de sales gosses, avec 25 riffs différents par morceau. Une déflagration dont le noyau nucléaire était le tube « ToyBoy », qui leur a permis d’être repérés par les Inrocks. Avec Shoegazing Kids, son deuxième album, le groupe a appris à se canaliser, à faire des chansons et à laisser l’émotion affleurer dans sa musique. Les gamins turbulents devenaient des ados plus poétiques. Rétrospectivement, ces dix années ont donc été des années d’apprentissage, dix ans qui leur ont servi à digérer leurs influences variées, du rock au rap, pour finalement s’en affranchir.

 

Et le troisième alors ?

 

Pour s’en faire une idée, il vaut mieux ne pas demander aux Stucks. Quand on leur pose la question classique : comment ils ont conçu leur album, ils répondent « on sait pas ». Le titre Bandruptcy ? « Sait pas non plus ». Le concept ? « Y’en a pas ». Ok. Si ça peut paraître déroutant au début, c’est en définitive très sain et beaucoup plus adulte parce que ça donne un album sans aucun calcul marketing. Après l’agitation des tournées du deuxième album, plutôt que de réfléchir à une stratégie de conquête du monde, ils se sont fabriqués leur propre studio à Montreuil - construit de leurs petites mains de A à Z, devenant ouvriers en bâtiment pour quelques mois. Ils ont bâti leur nid à l’écart de l’agitation pour mieux revenir à l’essentiel : le son.

 STUCK2

Avec Pursuit, les quatre garçons ont réussi quelque chose de très rare : composer exactement ce dont ils avaient envie, en se concentrant uniquement sur la musique, en travaillant et retravaillant chaque titre séparément. Il n’est pas question d’album-concept ici. Les Stucks sont revenus à la seule chose qui compte : des chansons qui chacune se suffisent à elles-mêmes, possèdent leurs propres cohérence et logique internes. Le troisième album, c’est celui dont les groupes crèvent ou auquel ils survivent. Les Stucks ont réussi à l’aborder en oubliant ce dilemme. Sans calcul, sans marketing, sans chercher à deviner ce qui serait à la mode dans quelques mois. Avec la sagesse de simplement composer ce qui leur plaisait, ce qu’ils avaient au fond des tripes. S’il y avait un concept dans Pursuit ce serait sans doute celui-là : le principe de plaisir. Et on sait que c’est le meilleur moyen pour réussir à le faire partager aux auditeurs.

 

Dans cet album, on retrouve les déflagrations des débuts du groupe parce qu’ils n’ont rien perdu de leur inspiration mais accompagnées par une vraie maîtrise musicale et vocale. En dix ans, le groupe a progressé et a su trouver son équilibre. En se concentrant sur chaque morceau séparément pour le travailler jusqu’à sa forme parfaite, ils ont réussi ce qu’ils auraient échoué à faire s’ils l’avaient sciemment décidé : un album à tubes. Pursuit présente des facettes très diverses les unes des autres, des mélodies douces s’enchaînent avec des morceaux plus électros puis du rock héroïque. Mais toutes sont marquées par le son Stuck. Il y a forcément un titre fait pour vous dans cet album.

 

 

stuckinthesound.com / facebook.com/​stuckinthesound

 

Published by ANDRE - CHANSON-MUSIQUE

commentaires

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

"un retraité qui prend le temps d'écouter et d'analyser tout ce qui fait notre quotidien... qui prend aussi le temps d'écrire... qui adore chiner... et qui adore les gravures anciennes... Un retraité qui aime vous transmettre ce qu'il aime, au hasard de ses souvenirs et de ses découvertes. "

Pages

Articles récents

Hébergé par Overblog