Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Salvador Dalí i Domènech
Figueres, 11 mai 1904 - 23 janvier 1989

1904
Il naît le 11 mai à Figueres (Gérone). Fils du couple formé par le notaire Salvador Dalí Cusí et Felipa Domènech Ferrés.

dali
1908
Naissance de sa sœur unique, Anna Maria. Son père l’inscrit à l’École publique maternelle de Figueres, avec le maître Esteban Trayter.

1910
Deux ans plus tard et, au vu de l’échec de cette option, son père décide de l’inscrire au collège hispano-français Inmaculada Concepción de Figueres, où il apprend le français, sa future langue de culture.

1916
Il passe une période aux alentours de Figueres, dans la propriété El Molí de la Torre, de la famille Pichot – famille d’intellectuels et d’artistes – où, grâce à la collection que possède le peintre Ramon Pichot, il découvre l’impressionnisme. Après une scolarité primaire médiocre, il commence, en automne, ses études secondaires au collège des Frères Maristes et au Lycée de Figueres. Il assiste également aux classes du professeur Juan Núñez à l’École municipale de dessin de Figueres. Au cours de cette année et de la suivante, Salvador Dalí dessine des contes pour sa sœur lorsque celle-ci est malade.

1919
Il participe à une exposition collective dans les salons de la Societat de Concerts, au Théâtre municipal de Figueres (futur Théâtre-musée Dalí). Avec un groupe d’amis du lycée, il fonde la revue Studium, où il publie ses premiers écrits. Il commence un journal personnel sous le titre Mes impressions et souvenirs intimes, qu’il continue l’année suivante.

1920
Son père lui impose, comme condition pour être peintre, d’aller étudier à Madrid, à l’École des beaux-arts, afin d’obtenir un diplôme de professeur. Dalí l’accepte.

1921
En février, sa mère meurt. L’année suivante, son père épouse Catalina Domènech Ferrés, sœur de la défunte.

1922
Il participe au Concours-exposition d’œuvres d’art originales d’étudiants, de l’Association catalane d’étudiants, qui se tient aux Galeries Dalmau de Barcelone, où son œuvre Marché reçoit le prix du Recteur de l’Université. À Madrid, il assiste à l’École spéciale de peinture, sculpture et gravure (Real Academia de Bellas Artes de San Fernando) et il habite à la Residencia de Estudiantes. Il s’y lie d’amitié avec un groupe de jeunes qui, avec le temps, deviendront d’importantes personnalités intellectuelles et artistiques : Luis Buñuel, Federico García Lorca, Pedro Garfias, Eugenio Montes et Pepín Bello, entre autres.

1923
Il est expulsé de l’Académie de San Fernando, accusé d’avoir mené une révolte étudiante contre la non-concession au peintre Daniel Vázquez Díaz de la chaire de Peinture de l’École. Il revient à Figueres, où il reprendra ses classes avec Juan Núñez, qui l’instruit dans la modalité de la gravure.

1924
En automne, il revient à l’Académie où il se voit obligé à redoubler son année.

1925
Il participe à la Ie Exposition de la Société des artistes ibériques à Madrid et sa première exposition individuelle est présentée aux Galeries Dalmau de Barcelone. C’est son époque de rejet de l’avant-garde et de recherche d’une tradition picturale, essentiellement italienne. Durant cette année scolaire, 1925-1926, il ne revient pas à l’Académie de San Fernando. Federico García Lorca passe ses vacances avec Dalí à Cadaqués.

1926
Il participe à plusieurs expositions qui se tiennent à Madrid et Barcelone. En compagnie de sa tante et de sa sœur, il réalise son premier voyage à Paris, ville dans laquelle il fait la connaissance de Picasso et il visite le Musée du Louvre. Il est expulsé définitivement de l’École des beaux-arts de Madrid pour avoir déclaré incompétent le jury qui doit l’examiner. Il revient de nouveau à Figueres et se consacre intensément à peindre.

1927
Il réalise sa deuxième exposition individuelle aux Galeries Dalmau de Barcelone et participe au IIe Salon d’automne de la Salle Parés de cette même ville. Dans les œuvres présentées, les premières influences claires du surréalisme. Il commence, avec la publication de l’article « San Sebastián » consacré à Lorca, une collaboration régulière et large avec la revue d’avant-garde L’Amic de les Arts qui se poursuivra jusqu’en 1929.

1928
Avec Lluís Montanyà et Sebastià Gasch, il publie le Manifeste jaune (manifeste antiartistique catalan) qui suppose une dure attaque à l’art conventionnel. Il participe au IIIe Salon d’automne de la Salle Parés et à la XXVIIe Exposition internationale de peintures de Pittsburgh (États-Unis).

1929
Il se rend de nouveau à Paris et, au travers de Joan Miró, il entre en contact avec le groupe des surréalistes, dirigé par André Breton. Le film Un chien andalou, fruit de sa collaboration avec Luis Buñuel, est projeté au cinéma Studio des Ursulines de Paris. Il passe l’été à Cadaqués, où il reçoit la visite du galériste Camille Goemans et sa compagne, de René Magritte et son épouse, de Luis Buñuel, de Paul Eluard et Gala, avec la fille de ces derniers, Cécile. À partir de ce moment-là, Gala restera pour toujours à ses côtés. Sa première exposition individuelle a lieu à la Galerie Goemans de Paris. C’est l’année de la rupture familiale.
dalifenetre

dalifemmenue

1930
L’Âge d’or, le deuxième film réalisé en collaboration avec Buñuel, passe en exclusivité au Studio 28 de Paris. Éditions Surréalistes publie son livre La femme visible, un recueil de textes qui avaient été publiés dans différentes revues, comme L’âne pourri, dans lequel sont établies les bases de sa méthode paranoïaque-critique.
Au début de la décennie des années trente, Dalí trouve son propre style, son langage particulier et la forme d’expression qui l’accompagneront toujours et, bien qu’il change et qu’il évolue, ce seront, dans le fond, ceux que nous connaissons tous et qui le définissent si bien. Un mélange d’avant-garde et de tradition. Ses premières toiles impressionnistes restent en arrière, ainsi que ses œuvres influencées, entre autres mouvements, par le cubisme, le purisme et le futurisme. Dalí est complètement intégré dans le surréalisme et c’est le début de sa consécration comme peintre.
Salvador-Dali-memoirep1931

1931
Il réalise sa première exposition individuelle à la Galerie Pierre Colle de Paris où il expose son œuvre La persistance de la mémoire. Il participe à la première exposition surréaliste aux États-Unis qui a lieu au Wadsworth Atheneum de Hartford. Son livre L’amour et la mémoire est publié.

1932
Il participe à l’exposition Surréalisme : peintures, dessins et photographies, de la Julien Levy Gallery de New York. Sa deuxième exposition individuelle a lieu à la Galerie Pierre Colle de Paris. Son livre Babaouo, dans lequel il expose sa conception du cinéma, est publié. À la fin de cette année, Dalí annonce au vicomte de Noailles la création du « groupe du Zodiaque », un groupe d’amis qui s’unissent pour aider économiquement Salvador Dalí, en lui commandant des œuvres qu’ils achètent régulièrement.

1933
Le premier numéro de la revue Minotaure de Paris publie le prologue du livre – qui restera inédit jusqu’en 1963 – Interprétation paranoïaque-critique de l’image obsédante « L’Angélus » de Millet.
salvador-dali-10angelus 1935
Il participe à l’exposition surréaliste collective de la Galerie Pierre Colle, dans laquelle il présente également sa troisième exposition individuelle. Première exposition individuelle à la Julien Levy Gallery de New York.


1934
Il épouse civilement Gala (née Elena Ivanovna Diakonova). Il expose à l’Exposition du cinquantenaire au Salon des Indépendants du Grand Palais de Paris, sans prendre en compte l’opinion du reste des surréalistes qui avaient décidé de ne pas y participer, un fait qui suppose pratiquement son expulsion du groupe dirigé par Breton. Il réalise sa première exposition individuelle à la Zwemmer Gallery de Londres. Il embarque avec Gala à bord du Champlain pour effectuer son premier voyage aux États-Unis. Deux expositions individuelles de Dalí sont réalisées : l’une à la Julien Levy Gallery et l’autre à l’Avery Memorial du Wadsworth Atheneum, Hartford (Connecticut).
Salvador-Dali-meublep1934

Salvador-Dali-vestigesp1934

1935
Le couple rentre en Europe à bord du Normandie. En mars, Salvador Dalí se déplace à Figueres où a lieu la réconciliation familiale. Éditions Surréalistes publie son livre La conquête de l’irrationnel.

1936
En mai, il participe à l’Exposition surréaliste d’objets à la Galerie Charles Ratton de Paris. En juin, il participe à l’Exposition surréaliste internationale qui se tient aux New Burlington Galleries de Londres. Le 14 décembre, la revue Time lui consacre sa couverture, la photo est de Man Ray. Il participe à l’exposition Surréalisme dadaïsme fantastique au MoMA de New York. C’est à la Julien Levy Gallery de New York que se tient sa troisième exposition individuelle.

1937
En février, il fait la connaissance des frères Marx à Hollywood. Il commence à travailler avec Harpo sur le scénario d’un film, Salade de girafes à cheval (connu dans sa dernière version comme La femme surréaliste), qui n’arrivera jamais à être tourné. Dalí et Gala rentrent en Europe. Éditions Surréalistes publie son poème Métamorphose de Narcisse que le galériste Julien Levy édite en même temps en anglais.

1938
Le 17 janvier a lieu l’inauguration à la Galerie Beaux-Arts de Paris de l’Exposition internationale du surréalisme, organisée par André Breton et Paul Eluard. À l’entrée de la galerie, le Taxi pluvieux de Salvador Dalí est exposé. Dalí rend visite à Sigmund Freud à Londres.

1939
Au mois de mars, son exposition individuelle est présentée à la Julien Levy Gallery. Il dessine le pavillon Rêve de Vénus, qui est présenté dans la zone de divertissement de la World’s Fair de New York. Au Metropolitan Opera House de New York, le ballet Bacchanale est représenté pour la première fois avec livret, costumes et décors de Salvador Dalí et chorégraphie de Léonide Massine. L’article de Breton « Des tendances les plus récentes de la peinture surréaliste » suppose l’expulsion de Dalí du groupe surréaliste. En septembre, le couple rentre de nouveau en Europe.

1940
Avec l’incursion des troupes allemandes à Bordeaux, le ménage Dalí s’en va vivre aux États-Unis, où ils restera  jusqu’en 1948.
Salvador Dali - 1940 - Marche aux esclaves avec disparition

1941
Son intérêt dans la création de bijoux s’éveille, lequel se poursuivra tout au long de sa carrière. Dalí entame sa relation professionnelle avec le photographe Philippe Halsman qui continuera jusqu’à la mort de celui-ci en 1979. Il expose à la Julien Levy Gallery de New York. Le 8 octobre, les Ballets Russes de Monte-Carlo représentent pour la première fois au Metropolitan Opera House Labyrinthe, avec livret, décors et costumes de Dalí, chorégraphie de Léonide Massine et musique de Schubert. Le MoMA de New York inaugure le 18 novembre une exposition anthologique de Dalí et Miró.
Dali 2 Cadillac habillées1941

1942
La maison d’édition Dial Press de New York publie La vie secrète de Salvador Dalí finie l’année dernière.

1943
En avril, le couple Reynolds Morse achète le premier tableau de Dalí, c’est le début d’une importante collection d’œuvres du peintre. En mai, il conçoit un nouveau ballet, Café de Chinitas, sur la base d’une histoire réelle adaptée par Federico García Lorca, qui est représentée à Detroit et au Metropolitan Opera House de New York.

1944
En octobre, à l’International Theatre de New York, le Ballet international présente Colloque sentimental avec des décors de Dalí. Dial Press publie le premier roman de Dalí, Visages occultes. Le 15 décembre, Tristan fou, premier ballet paranoïaque sur le mythe éternel de l’amour dans la mort est représenté pour la première fois à New York. L’argument de Dalí est fondé sur les thèmes musicaux de Tristan et Iseult de Wagner.
Salvador-Dali-FemInvisi1944

1945
Il se rend à Hollywood pour travailler avec Alfred Hitchcock dans le film La maison du docteur Edwards dont il réalise les séquences oniriques. L’exposition Peintures récentes de Salvador Dalí est inaugurée à la Bignou Gallery. En cette occasion, il présente le premier numéro du Dalí News, qu’il édite lui-même et où il ne parle que de son personnage et de son œuvre.

1946
Il réalise les illustrations de différentes œuvres : L’autobiographie de Benvenuto Cellini et Macbeth de Shakespeare éditées par Doubleday ; Première partie de la vie et des exploits du célèbre don Quichotte de la Manche de Miguel de Cervantès publiée par Random House de New York. Walt Disney engage Dalí pour qu’il l’aide dans la production du film Destino.
Salvador-Dali-Tentation1946
 
1947
Doubleday publie les Essais de Michel de Montaigne, choisis et illustrés par le peintre.

1948
Il publie 50 secrets magiques pour peindre. En juillet, les Dalí rentrent en Espagne.

1949
À la fin de la décennie des années 40, il commence son étape mystique et nucléaire –dont il expose le corpus dans son Manifeste mystique – caractérisée par le traitement des thèmes religieux et de ceux rattachés aux avances scientifiques de l’époque. Il se montre particulièrement intéressé par les progrès relatifs à la fusion et à la fission nucléaires. Dans ses créations de cette période, nous pouvons observer comment le lancement de la bombe atomique et ses effets ont une influence sur sa création.

1950
Il écrit des articles pour des medias comme Vogue, et Herald American. Il prononce la conférence « Pourquoi ai-je été sacrilège, parce que je suis mystique » à l’Ateneo barcelonais. En septembre, mort de son père.

1951
Il présente à Paris le Manifeste mystique avec des œuvres fondées sur celui-ci. Il prononce la conférence « Picasso et moi » au Théâtre María Guerrero de Madrid.
Salvador-Dali-nu

1952 - 1953
Il écrit différents articles pour des publications françaises comme: Arts, Le Courrier des lettres o Connaissance des Arts.

1954
Il expose ses dessins au Palais Pallavicini de Rome pour illustrer La divine comédie de Dante. Il réalise les illustrations de différents livres : La véritable histoire de Lidia de Cadaqués d’Eugeni d’Ors ou Ballade du cordonnier d’Ordis de Carles Fages de Climent, dont Dalí écrit également l’épilogue.
Salvador-Dali-Rhodes1954

1956
Il publie son traité sur l’art moderne Les cocus du vieil art moderne. Il prononce une conférence-hommage à Gaudí au Parc Güell de Barcelone où il réalise une œuvre devant les assistants.

1958
Le 8 août, Dalí et Gala se marient au sanctuaire des Àngels, à Sant Martí Vell, près de Gérone.

1960
Il filme le documentaire Chaos et création.

1961
C’est le début de la gestation du Théâtre-musée Dalí. En août, sa ville natale lui rend hommage.
dali-museum-figueres

1963
Il publie son livre Le mythe tragique de « L’Angélus » de Millet, dont le manuscrit avait été perdu durant vingt-deux ans.

1964
La Grande Croix d’Isabelle la Catholique, la plus haute distinction espagnole, lui est concédée. Une grande rétrospective organisée par Mainichi Newspapers est inaugurée à Tokyo ; l’exposition parcourt ensuite différentes villes japonaises. Les Éditions de La Table Ronde publient Journal d’un génie.

1965
Inauguration de l’exposition anthologique Salvador Dalí 1910-1965 qui se tient à la Gallery of Modern Art de New York.

1966
Albin Michel de Paris publie le livre de Dalí Lettre ouverte à Salvador Dalí, avec trente-trois illustrations du propre artiste. Parution également d’Entretiens avec Salvador Dalí, livre d’entretiens réalisés par Alain Bosquet.

1968
Il participe à l’exposition Surréalisme et dadaïsme et leur héritage qui se tient au Museum of Modern Art de New York. Fruit des conversations avec Louis Pauwels, paraît le livre Les passions selon Dalí. Cette même année, Dalí de Draeger est publié, réalisé avec la collaboration du peintre et dont il écrit le prologue.

1969
Il achète le château de Púbol qu’il décore pour Gala. Dans les années 60 et 70, l’intérêt du peintre s’accroît pour la science et l’holographie, qui lui offrent de nouvelles perspectives dans sa quête constante de la maîtrise des images tridimensionnelles. Dalí étudie et utilise les possibilités des nouvelles découvertes scientifiques, surtout celles relatives à la troisième dimension. Il s’intéresse à tous les procédés qui ont pour but d’offrir au spectateur l’impression de plasticité et d’espace ; avec la troisième dimension, il aspire à accéder à la quatrième, c’est à dire, à l’immortalité.
daliapotheosedhomer

1970
Il tient une conférence de presse au Musée Gustave Moreau de Paris où il annonce la création du Théâtre-musée Dalí de Figueres. Le Musée Boijmans-van Beuningen de Rotterdam organise pour lui une grande rétrospective, qui pourra être admirée l’année suivante à la Staatliche Kunsthalle de Baden-Baden (Allemagne).


1971
Inauguration à Cleveland (Ohio), du Musée Dalí qui accueille la collection d’A. Reynolds Morse. Il publie sous le titre Oui, une anthologie de textes de différentes époques.

1972
La première exposition mondiale d’hologrammes que Dalí a créée en collaboration avec Dennis Gabor, est présentée à les Knoedler Galleries.

1973
Au Théâtre-Musée Dalí de Figueres, un an avant son inauguration, présentation est faite de l’exposition Dalí. Son art dans les bijoux. Son livre Comment on devient Dalí, avec un prologue et des notes d’André Parinaud, est publié, ainsi que Les dîners de Gala, publié par Draeger. Le Louisiana Museum de Humlebeak organise une rétrospective de Dalí, qui est ensuite exposée au Moderne Museet de Stockholm.
imagesmusée

1974
Il préface et illustre le livre de Sigmund Freud, Moïse et le monothéisme. Le 28 septembre, le Théâtre-musée Dalí est inauguré.

1977
La maison d’éditions Draeger publie Les vins de Gala.
dali1 1199530558

1978
Il présente au Solomon R. Guggenheim Museum de New York sa première peinture hyper-stéréoscopique, Dalí soulevant la peau de la mer Méditerranée pour montrer à Gala la naissance de Vénus.

1979
Il est nommé membre associé étranger de l’Académie des beaux-arts de l’Institut de France. Inauguration de la grande rétrospective de Dalí au centre Georges Pompidou de Paris, ainsi que de l’« environnement » qui est spécialement conçu pour ce centre. En pleine décennie des années 80, il peint celles qui seront ses dernières œuvres, fondamentalement inspirées dans Michel-Ange et Raphaël, qu’il avait toujours admirés.
dali-impressionsdafrique

1980
Du 14 mai au 29 juin, une rétrospective de Salvador Dalí est présentée à la Tate Gallery de Londres, où sont montrées un total de deux cent cinquante et une œuvres.
dali-lacene


1982
Inauguration de The Salvador Dalí Museum à St. Petersburg (Floride), propriété du couple Reynolds Morse. Le 10 juin, Gala meurt à Portlligat. Le roi Juan Carlos I le nomme Marquis de Púbol. Salvador Dalí s’installe au château de Púbol.

1983
Une grande exposition anthologique : « 400 œuvres de Salvador Dalí de 1914 à 1983 », se tient à Madrid, Barcelone et Figueres. Ses dernières œuvres picturales datent de cette période.


1984
Suite à un incendie au château de Púbol, Dalí transfère définitivement sa résidence à Torre Galatea, Figueres, où il vit jusqu’à sa mort.


1989
Il meurt à Figueres le 23 janvier 1989. Une grande rétrospective Salvador Dalí, 1904-1989 est réalisée à la Staatsgallerie de Stuttgart qui sera ensuite exposée à la Kunsthaus de Zurich.

 

 

Salvador Dali et l'amour


Salvador Dali
envoyé par Cedupoulaid. - Découvrez plus de vidéos créatives.

De nombreux produits dérivés autour de Dali sont vendus de par le monde
horloges gadgets

Published by ANDRE - ARTS PLASTIQUES

commentaires

bastiani patrick 21/01/2011 21:04



bonsoir,


je pense qu'il y a encore trois repros de vladimir Kush dans votre article sur Dali, les images 03.18.19 visitez le site qui lui est consacré et vous les retrouverez sans doutehttp://exigeant.over-blog.com/album-101892.html


cordialement



ANDRE 22/01/2011 17:08



Bonjour


merci de l'info


Il faut rendre à César....


cordialement


André



padak 16/06/2010 23:33



géniales les oeuvres de Dali sauf évidement celles signées VK (vladimir Kush) !



ANDRE 17/06/2010 09:50



Bonjour


merci de votre visite et de votre remarque.


J'ai pu identifier un tableau de Kush que j'ai retiré de l'article.


à bientôt


cordialement


André



gérard 12/03/2010 10:34


excellente remise en mémoire, si j'en juuuuge par la verrrrrticalité transcendannntâââle de mon doigt centraaal.


ANDRE 13/03/2010 09:20


Bonjour
merci de ta visite
bon week-end


thanina 09/03/2010 21:13



Bsr , c vraiment interessant cette " biographie " de Dali , cet artiste atypique , créateur et trés prolifique je découvre ton blog , promis je repasserai bonne soirée a bientot .



ANDRE 10/03/2010 09:21


Bonjour
merci de ta visite. J'ai également découvert ton blog et la belle ville de Constantine que je n'ai pas eu l'occasion de visiter. J'adore ces ponts dans la montagne...
à bientôt
cordialement
André


BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

"un retraité qui prend le temps d'écouter et d'analyser tout ce qui fait notre quotidien... qui prend aussi le temps d'écrire... qui adore chiner... et qui adore les gravures anciennes... Un retraité qui aime vous transmettre ce qu'il aime, au hasard de ses souvenirs et de ses découvertes. "

Pages

Articles récents

Hébergé par Overblog