Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PROMOTION / ECRIT PERSONNEL

PROMOTION

registerwht.gif

 

Voilà bientôt deux ans que cela dure !

Chaque matin, à huit heures, je serre timidement la main du chef de service, puis le chef de service serre timidement la main du sous-directeur, et quand le directeur arrive, tout le monde baisse la tête, comme si le travail nous absorbait complètement…

Les mains tremblent légèrement, et tout redevient serein quand le « maître » referme la porte de son bureau.

Le sous-directeur relève la tête, le chef de service continue son dur labeur, et moi aussi, j’écris, j’écris, j’écris…je ne fais pas attention, ça n’a plus d’importance ! J’écris sans penser, sans comprendre. Quelquefois, mon ambition démesurée me fait jeter un coup d’œil sournois vers le bureau du chef, et je rêve un instant que la place est vide. Un terrible accident a frappé Mr Dumont, et je me retrouve chef de service, avec plusieurs employés sous mes ordres…

Ce sera forcément moi, je suis le plus ancien, le mieux noté…

Mais Mr Dumont n’a jamais d’accident, il ne prend jamais sa voiture le dimanche, les routes sont trop dangereuses ! Et comme le reste de la semaine il n’a que la rue à traverser pour venir travailler, je crains que ma promotion ne soit pas imminente, d’autant que ce monsieur est plus jeune que moi !

Il m’a soufflé la place, voilà deux ans, lorsque Madame Ferdinand s’est éteinte. Le terme est mal choisi, elle n’avait rien d’une lumière !

Mais c’est la vie, on vient et on repart, sans laisser de trace, ni même de regrets.

Je me demande à présent si j’y arriverai un jour ? Cela me ferait bien plaisir, surtout pour Ernestine et les enfants. Depuis qu’ils vont à l’école, les petits passent leur temps à me demander quand je serai le chef ? C’est à cause de leurs camarades…ils sont tous fils de médecin, d’ingénieur, d’avocat, j’en passe, et des meilleurs…

Alors, de quoi j’ai l’air avec ma blouse grise délicatement repassée par Ernestine ?

Mon épouse me dit de rester patient, que le mérite se trouve toujours récompensé…

Je crois qu’elle a raison… quoique depuis deux ans, les grands airs de Dumont me sortent par les oreilles ! Ce moins que rien, il m’aura tout soufflé ! Ma première femme, la place de chef, et avant-hier encore, il m’a soufflé la prime de la plus belle écriture du service !

Non, vraiment, j’en ai assez !

S’il continue à me regarder, je vais lui…

-         Vous avez fini de rêvasser, Martin ?

-         Oui, oui, Monsieur le chef de service, je termine à l’instant mon bordereau.

André Obadia  (28 novembre 2008)

Published by ANDRE - ECRIT PERSONNEL, LITTERATURE

commentaires

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

"un retraité qui prend le temps d'écouter et d'analyser tout ce qui fait notre quotidien... qui prend aussi le temps d'écrire... qui adore chiner... et qui adore les gravures anciennes... Un retraité qui aime vous transmettre ce qu'il aime, au hasard de ses souvenirs et de ses découvertes. "

Pages

Articles récents

Hébergé par Overblog