Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Quillebeuf 1 mars 2010 028

Face à Port-Jérome, Quillebeuf offre une jolie promenade à travers ses vieilles rues qui ont conservé de magnifiques maisons datant des 16, 17 et 18ème siècle. On y sent le parfum de l'histoire dont Jacques Langlois nous retrace un cheminement ci-dessous:

"Quillebeuf est une cité maritime de par sa situation géographique. La ville est placée à l'embouchure de la Seine, à l'extrémité d'une langue de terre fort étroite et très allongée dont le port offre une posée sûre aux navires. Tous les bateaux qui naviguent sur la Seine sont obligés de poser à Quillebeuf et d'y séjourner plus ou moins longtemps. On a vu souvent jusqu'à cent navires aux pieux attendre le concours favorable des vents et des grandes marées pour continuer leur route.


Aucun document écrit ne mentionne Quillebeuf avant l'époque normande. Pourtant STRABON, géographe grec, constate que, de son temps les marchandises transitent par la terre jusqu'à la Seine. Elles arrivent par cette rivière jusqu'à la mer, chez les lexoviens et les Calètes, d'où, en moins d'un jour, elles parviennent en Grande-Bretagne sur des bateaux capables de traverser la Manche. L'existence de Quillebeuf, face à Juliobona, est attestée par la découverte de nombreuses poteries gallo-romaines.


Dès 841 les Drakkars normands remontent la Seine. Le nom de Quillebeuf serait d'origine nordique car en Scandinavie, Kylboe signifie le village de la baie. Or la grande baie du Marais-Vernier se termine ici.

Quillebeuf après le traité de St Clair sur Epte fait partie intégrante du domaine des Ducs de Normandie et, en 932 Guillaume LONGUE EPPEE, second Duc de Normandie donne à l'abbaye de Jumièges le port et l'église, tous les immeubles et tous les revenus y compris la pêche à l'esturgeon et le droit de passage.

De nombreuses franchises seront accordées aux Quillebois. La ville peut-être considérée comme une ville libre ce qui fait de ses habitants des gens très fiers et très indépendants, qui prétendent n'avoir aucun maître en dehors du Roi.


En 1202, Jean SANS TERRE, dernier Duc de Normandie doit céder le port de Quillebeuf au Roi de France Philippe AUGUSTE. Quillebeuf devient alors la capitale du Roumois.


Pendant presque deux siècles le port va prospérer, on y mentionne un chantier naval, des écoles, un portier ce qui laisse entendre que la ville est fermée.
 


Quillebeuf 1 mars 2010 019

La promenade en ville est très bien balisée par des plaques instructives sur le riche passé de la cité.

 

En 1418 Quillebeuf est pris par les Anglais grâce à l'appui d'une flotte Norvégienne et les troupes du Roi Henry V d'angleterre entrent dans la ville et l'occupent. Les Quillebois ne se soumettent que par la force et ne manquent aucune occasion de nuire à leurs ennemis. Citons simplement la révolte du 14 Août 1437 où ils frappent les soldats de la garnison avec le secours de bandes armées qui écument la région. Les Quillebois prêtent main forte à Charles VII, Roi de France, pour libérer leur ville du joug des Anglais. Celui-ci exprime sa reconaissance à leur égard dans une charte datée du 25 juin 1450 dans laquelle il confirme les privilèges des Quillebois en récompense des services rendus par ces derniers lors des sièges de Honfleur et d'Harfleur. "Car ils sont menans et conducteurs de vaisseaux montants et avalants en ladite rivière de Seine"

Quelques années plus tard Quillebeuf reçoit des personnages de marque, Marguerite D'ANJOU, Reine d'Angleterre vient y séjourner et le 4 octobre 1468 elle y reçoit les notables de Pont-Audemer qui lui offrent comme le veut la coutume trois pots de vin.

En 1477, le Comte de WARWICK, ambassadeur d'Angleterre, qui vient de s'entretenir à Rouen avec le Roi Louis XI fait arrêter son navire à Quillebeuf pour visiter la ville et saluer les notables.
En 1522, François 1er, en séjour à Vatteville, vient s'embarquer à Quillebeuf avec la Reine Eléonore pour se rendre au Havre. Deux "gallyes" les y attendent, la Reine se rendant directement au Havre alors que le Roi fait escale à Honfleur.

Sous Charles IX, en septembre 1562, le capitaine Huguenot CONFOLANT, après avoir soutenu ses corrélégionnaires de Rouen, redescend le Seine, s'empare de Quillebeuf qu'il saccage capturant grâce au puissant armement de son navire quatre bâtiments catholiques mouillés devant la ville et quarante cinq pièces d'artillerie.


La petite cité, par sa position stratégique à l'embouchure de la Seine, devient l'enjeu de bien des convoitises. Gagnée la cause huguenote parmi les premières villes de Normandie elle resiste le 4 juillet 1592 aux assauts du Duc de Mayenne, Général en Chef de la Ligue. Mais après trois semaine de siège celui-ci se retire sur Pont-Audemer.


Le Roi Henri IV vient bientôt visiter "sa bonne ville". Il autorise ses habitants à baptiser officiellement de son propre nom leur cité. Ainsi Quillebeuf devient Henriquarville pendant plusieurs années. Il confirme aux pilotes Quillebois par charte Royale datée de 1596 le fameux privilège du pilotage de la Seine et décide de faire de Quillebeuf une place forte. L'une d'elles, dont on voit encore de nos jours les ruines incendiées porte le nom de "Maison Royale".

 

Maison quillebeuf 340

Henri IV mort, les Etats Généraux de Normandie se réunissent et en septembre 1612 demandent la destruction des fortifications. Mais CONCINI, pour s'attirer les bonnes grâces des Quillebois, fait obtenir "confirmation et approbation des privilèges aux Quillebois". Non seulement il arrête la démolition mais fait renforcer les fortifications. Il conçoit le dessein de faire de Quillebeuf une île au moyen d'un fossé afin d'y amener l'eau du fleuve. Mais sa mort, le 27 avril 1617 arrête les travaux. En 1621 les Rochelois avec ROHAN visent la possession de Quillebeuf et veulent envoyer devant la place des navires de guerre. Le Roi ordonne de mettre la citadelle en état de défense. Les Huguenots ne réalisent pas leur projet et le 7 juin 1621 le Roi donne l'ordre à d'ORNANO, qui était venu avec ses Corses renforcer la garnison, de regagner Honfleur.

Le Cardinal de RICHELIEU en 1639, ainsi que MAZARIN en 1645 confirment les privilèges des Quillebois.

En 1649 Quillebeuf qui s'est raliée au parti des Princes est pris et sacagée par Henri de LORRAINE, Duc d'Harcourt. Certains de ses habitants, faits prisonniers sont incarcérés à Honfleur. Il ne doivent être libérés sur son ordre que le 11 avril 1649. Après l'incendie de 1649 la ville ne tarde guère à se relever, vivant sans bruit, cherchant peut-être à se faire oublier. Elle s'adonne surtout à la pêche et à la navigation. Un peu plus tard, en 1674, Quillebeuf à failli être livrée aux Hollandais pour 100 000 écus par le Chevalier de Rohan, la marquise de Villers et un nommé VAN de ENDE. Les conjurés sont arrêtés et exécutés.

Dans les années qui suivent aucun fait notoire. C'est la paix provinciale en dépit des grandes guerres du royaume. On améliore le port par la construction d'un quai en pierre entre 1722 et 1729.

Le commerce maritime lié au pilotage apporte à la cité sa prospérité. En bons normands, les Quillebois sont souvent en procès, soit avec le Seigneur de Tancarville pour le bac, soit avec l'abbé de Jumièges pour les pieux que celui-ci doit entretenir aux posées de Quillebeuf.
Pour améliorer la sécurité de la navigation en Seine, la chambre de Commerce de Rouen crée en 1779 un magasin de sauvetage qui fonctionnera jusqu'en 1896.

Deux évènement marquent le début de la période révolutionnaire:


- le 3 janvier 1790, le Télémaque, un brick de 120 tonneaux coule devant Quillebeuf avec, dit-on la fortune de Louis XVI. Mais malgré de nombreuses tentatives de recherches (la dernière date de 1939) rien n'est trouvé.


- le deuxième événement, qui s'est terminé de façon tragique, l'arrestation des prêtres insermentés en Septembre 1792; le 26 août l'Assemblée Nationale donne 15 jours à tous ces prêtres pour quitter la France. Nombre d'entre eux embarquent à bord du Courrier du Nord à destination d'Ostende. Le navire est arraisonné à Quillebeuf et il faut à M. Godard, le Maire, beaucoup de sang froid pour éviter le massacre des passagers.
 


Quillebeuf 1 mars 2010 014
En 1795, les Quillebois recueillent la somme de 800 livres et 35 sols en vue de la construction d'un navire de ligne destiné à l'anéantissement des flottes Anglaises.


En 1816, les Quillebois voient monter l'Elise venant de Londres et du Havre, c'est le premier bateau à vapeur ayant navigué dans les eaux de la Seine.

Dès 1831, l'importance de la posée diminue. Les petits bateaux à voiles faisant le trafic des marchandises entre le Havre et Rouen ayant été remplacés par des porteurs à roues à aube; puis le remorquage s'étend aux navires de mer et permet à ceux ci de "passer debout" devant Quillebeuf. l'activité de la ville en souffre, même si le travail des pilotes s'en trouve simplifié. l'endiguement de la Seine va encore améliorer sa navigabilité.


Quillebeuf 1 mars 2010 015
Durant la guerre de 1870, trois vapeurs embarquent à Quillebeuf 2500 soldats à destination du Havre sous la protection d'un navire de guerre mouillé en Seine. Une compagnie d'infanterie Bavaroise occupe la ville pendant quelques semaines, aussitôt après l'Armistice.


Le bac à vapeur et à roues à aubes est mis en service en 1873, en remplacement du bac à voiles et à rames qui relie Quillebeuf à Port-Jérome. Il est remplacé par la suite par l'Ampère équipé de moteurs à essence. Celui-ci assure les traversées jusqu'en 1930. A cette date un bac à vapeur le remplace. Le bac actuel date de 1970.
 


3282338
Quillebeuf connait des heures tragiques en 1940 et 1944 avec l'exode des populations, l'occupation Allemande, les bombardements par les avions et les tirs d'artillerie au moment de la libération qui a lieu le 27 août 1944.


Le port, aujourd'hui déchu est un peu écrasé par les installations de la zone industrielle de Port-Jérome sur la rive droite

Quillebeuf 1 mars 2010 008

mais la ville a conservé son statut de petite cité Maritime. 

 

 Quillebeuf 1 mars 2010 012

La corde du passeur ou du cordier est sculptée dans le bois...

  
2ème Edition

Jacques LANGLOIS

 

La ville de Quillebeuf a inspiré le peintre Turner dont les oeuvres sont actuellement exposées à Paris.

 

QUILLEBEUF TURNER

 

Pour poursuivre votre promenade vers le Marais Vernier, à la sortie de la ville, vous pourrez apprécier les collections de machines agricoles dans le jardin d'un particulier

Quillebeuf 1 mars 2010 035

 

Quillebeuf 1 mars 2010 037

 

et si vous poursuivez jusqu'à Conteville, vous pourrez apprécier la toiture en tuiles peintes d'une superbe demeure en photo ci-dessous

Quillebeuf 1 mars 2010 051

Published by ANDRE - TOURISME

commentaires

Thiry-Bignon Brigitte 13/09/2013 14:47


Bonjour André,


merci de ce panorama historique sur votre belle ville. Je suis une des descendantes de la famille de jacques Lagniel, maître maçon qui a habité au 96 de la rue sur le Quai et je fais des
recherches concernant un de ses fils Pierre-Jean, capitaine de grenadiers de l'armée impériale, qui a commencé sa carrière militaire comme volontaire en 1791 au départ de Quillebeuf.


Puis-je vous contacter pour quelques questions futures à ce sujet ? J'aimerais mieux comprendre la vie à Quillebeuf dans ces années 1789-1800.


Amicalement.


BTB

ANDRE 18/09/2013 18:17



Merci de votre commentaire.


Je ne sais si je pourrai vous répondre, mais je reste à votre écoute.


Cordialement



g.planterose 03/03/2010 18:48


AH ! Quillebeuf ! Henriqueville pendant quelques années. Diable ! Pourvu que le nain n'y aille pas, ils seraient capables, ces buveurs de cidre de changer pour Nicolasville ce qui, au passage,
sentirait son Bercy d'avant le Ministère, port pinardier fluvial depuis le haut Moyen-Âge.

Faudra que j'y retourne.



ANDRE 05/03/2010 16:17


Bonjour Gérard
merci de ta visite
Savais-tu que l'arrière arrière Grand père de Margaret avait été maire de Quillebeuf sur Seine?
Il était également capitaine au long court...
Bon week-end
à bientôt
Cordialement
André


BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

"un retraité qui prend le temps d'écouter et d'analyser tout ce qui fait notre quotidien... qui prend aussi le temps d'écrire... qui adore chiner... et qui adore les gravures anciennes... Un retraité qui aime vous transmettre ce qu'il aime, au hasard de ses souvenirs et de ses découvertes. "

Pages

Articles récents

Hébergé par Overblog