Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

vagabond.jpg

Au moment de la retraite, bien souvent, nos mères nous ont quittés...Je me souviens des mots de l'un de mes patrons, le jour où j'ai annoncé la disparition de ma mère: "C'est quand on perd sa mère que l'on devient tout à fait un homme..."

Georges Moustaki a sans doute écrit ce qui se fait de mieux sur le sujet, car je crois qu'il y a beaucoup de "mères juives"...

 

 

  Mon fils, tu as mauvaise mine
tu devrais prendre soin de toi,
n'oublie jamais tes vitamines,
couvre-toi bien quand il fait froid.
Je sais que tu n'as plus 9 ans,
mais tu es encore mon enfant.
Elles sont toujours sur le qui-vive
les mères juives.

Je crois que tu fais trop de sport,

on dit que ce n'est pas très sain
c'est dangereux tous ces efforts
en as-tu réellement besoin ?
Je sais que tu n'as plus 15 ans,
mais tu es encore mon enfant.
Elles sont inquiètes et émotives
les mères juives.

Je t'ai acheté deux cravates,

Tu as mis la bleue avec des pois
Quand tu es venu pour le shabbat,
Pourquoi l'autre, elle ne te plaît pas ?
Je sais que tu n'as plus 20 ans,
Mais tu es encore mon enfant
Elles sont parfois bien excessives
Les mères juives.

Dans ce manteau que j'ai fait pour toi

Tu seras avocat ou docteur
Tu aimes mieux faire le chanteur
Et me quitter pendant des mois.
Je sais que tu n'as plus 30 ans,
Mais tu es encore mon enfant.
Elles son douces et attentives,
Les mères juives.

Ta femme est presque une gamine

Comment peut-elle veiller su toi ?
Elle ne sait même pas faire la cuisine
Heureusement que je suis là.
Je sais que tu n'as plus 40 ans,
Mais tu es encore mon enfant.
Elles peuvent être possessives,
Les mères juives.

Tandis que moi je te connais,

Je fais les plats que tu préfères,
Je te tricote des cache-nez,
Des paires de gants, des pull-over.
Je sais que tu n'as plus 50 ans,
Mais tu es encore mon enfant.
Elles sont vraiment très actives,
Les mères juives.

Viens, mon chéri, viens, mon gamin,

Ne crains rien, je ne pleure pas,
Même quand tu ne m'appelles pas
Je fais celle à qui ça ne fait rien.
Je sais que tu n'as plus 60 ans,
Mais tu es encore mon enfant.
Elles sont tendres et naïves,
Les mères juives.

Quand ma petite mère parlait ainsi

Je trouvais ça insupportable.
Depuis que son absence m'accable
Je rêve d'entendre chaque nuit :
Je sais, tu as 70 ans,
Mais tu es encore mon enfant.
Elle était pure comme l'eau vive,
Ma mère juive.

 

 

 

 

 
Je rends hommage à toutes nos mères qui nous ont aidés à grandir, en nous regardant créer nos propres familles dans lesquelles elles ne savent pas toujours trouver leur place...

Published by ANDRE - CHANSON-MUSIQUE, CULTURE, LOISIRS

commentaires

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

"un retraité qui prend le temps d'écouter et d'analyser tout ce qui fait notre quotidien... qui prend aussi le temps d'écrire... qui adore chiner... et qui adore les gravures anciennes... Un retraité qui aime vous transmettre ce qu'il aime, au hasard de ses souvenirs et de ses découvertes. "

Pages

Articles récents

Hébergé par Overblog