Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Je ne résiste pas au plaisir de vous transcrire cet article paru dans "Rue 89" qui m'a vraiment fait rire pour son ton et son humour décapant:
 

"Elimination des Bleus : le bal des pleureuses et des charognards !

Par Vinvin | Auteur | 23/06/2010 | 10H57

Et voilà, la farce est terminée. Le soleil brille à travers les volets, j'entends le cui-cui des oiseaux qui s'en foutent. Mais les charognards et les pleureuses viennent d'entamer leurs litanies.

Le désamour est un anesthésiant

Je m'en fous d'une force ! Rien à secouer. Ils m'ont tellement pourri mon foot que leur départ ne m'en touche pas une. Sérieusement, l'avantage quand on ne vous ne vous aime pas, c'est que votre faillite ne peine personne ; limite si ça soulage.

Hier, j'ai observé la deuxième mi-temps avec une espèce de résignation amusée (la première je l'ai ratée, j'avais une réunion). Pas de jeu, pas de jus, une pincée de malchance et le chrono qui file à toute vitesse dans le mur.

Ah si ! A un moment, Ribéry a fait une passe, j'ai crié : « Whoooaaaa ». C'était la première fois que je le voyais accomplir un tel geste. Il y a eu but. C'est toujours émouvant les premières fois.

« J'aime bien dire pardon, ça me rend sincère »

Les joueurs défilent devant les micros avec leurs têtes de Droopy tatoué. Les yeux baissés, c'est beau, ils continuent de pleurnicher comme ils le font depuis des jours. Bande de gamins pathétiques mais solidaires. Solidaires de « Nico », solidaires dans leur soudaine dignité, solidaires dans la repentance.

Quelle émouvante sincérité ! Que c'est joli ces grands gaillards qui font craqueler leur carapace pour nous livrer un peu de leur humanité. Je suis sûr que cela en a excité plus d'une dans les chaumières. C'est tellement sexy un homme qui pleure.

Evra impose même le grand pardon… Il pense que le moment n'est pas le bon pour parler. Il aurait aimé demander pardon hier mais on lui a interdit. Privé de pardon.

-« Non mon gars, aujourd'hui tu vas t'entraîner, t'arrêtes les conférences de presse et les pardons, tu vas te familiariser avec le ballon…

-Vous êtes sûr coach ? J'aime bien dire pardon, ça me rend sincère et ça m'occupe… »

Ma grand-mère me répétait souvent, on ne dit pas « je m'excuse » mais « je vous prie de m'excuser… » Exact mémé, s'excuser soi-même, c'est trop facile. Le grand pardon, c'est pas toi qui le décides Patrice. C'est pas comme ça que ça se passe dans la vraie vie.

Denis Brogniart simule l'exaspération du Français moyen

Je vous présente la bande : Jean-Michel Larqué, Christian Jeanpierre et Denis Brogniart. Un ton de voix sentencieux, des jugements à l'emporte-pièce, des conclusions péremptoires, des analyses pré-mâchées et… des exigences.

Aujourd'hui, l'animateur de TF1 est le grand fourrier de nos bas instincts, il exige des comptes, il veut des décisions, il demande à ce que cela change. Assis dans sa loge depuis des décennies, il sait. Terminée la retenue, finie l'humilité.

La France est éliminée, que le spectacle commence ! Denis Brogniart, sans doute trop formaté par Koh-Lanta, se croit en permanence au « conseil », face aux Jaunes, les « Molloks », et aux Rouges, les « Rastapouet ». Brogniart est le meilleur pour souffler sur les braises, formuler les déchirures, raviver les plaies.

Il exige d'Escalette une réponse : va-t-il démissionner ? Brogniart simule l'exaspération du Français moyen, il dit les mots qui sentent la bière, ceux que l'on renvoie au comptoir quand on n'a pas le temps de réfléchir. Il est le porte-parole de notre pensée rapide.

Mais par-dessus tout, il est le chauffeur de salle des deux prochaines semaines. Plus d'équipe de France ? Pas de souci ! Maintenant place au show-bizz, au procès, aux règlement de compte. Faut soigner les bandes-annonces du Mag et de Téléfoot, trouver de nouveaux sponsors, justifier les dispositifs. C'est la Piste aux étoiles…

Et puis au bout du compte, à la fin de la journée, je m'en fous. Je l'ai déjà vu ce film, plusieurs fois. Rien de très nouveau.

Aujourd'hui, c'est l'anniversaire de ma fille, je laisse les pleureuses et les charognards à leurs tristes simulations. J'ai mieux à faire."

Vinvin est auteur, il est le concepteur de la série foot parodique « On lâche rien ! » Suivez-le sur Twitter pendant les matchs de la Coupe du monde.

Published by ANDRE - SPORT

commentaires

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

"un retraité qui prend le temps d'écouter et d'analyser tout ce qui fait notre quotidien... qui prend aussi le temps d'écrire... qui adore chiner... et qui adore les gravures anciennes... Un retraité qui aime vous transmettre ce qu'il aime, au hasard de ses souvenirs et de ses découvertes. "

Pages

Articles récents

Hébergé par Overblog