Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pages

Publié par ANDRE

LA VIOLENCE / ECRIT PERSONNEL

LA VIOLENCE

expo6_pt2.jpg

En hommage à une jeune fille qui perdit son fiancé au cours d’une manifestation tragique, à Alger dans les années 60…

 

Le peuple est aux abois

Et souffre sa faiblesse,

La colère s’accroit

Aux libertés qu’on blesse !

 

Le premier coup de feu

A éclaté d’un toit,

L’homme ferme les yeux

Pour la dernière fois.

Mais alors qu’il s’enfuit

Loin de tant de misères,

Déjà son nom s’inscrit

Sur toutes les bannières.

 

La foule est dans la rue

Et menace du poing,

Malheur à qui obstrue

Ce courroux inhumain !

 

« Je ne te connais plus,

Toi, mon ami, mon frère,

Je ne te connais plus,

Toi, mon mari, mon père ! »

Vengeance pour un défunt

Qui n’a rien demandé,

Vengeance pour un défunt

Qui n’a pas accusé.

Ne tirez pas, soldats,

La fureur est aveugle.

Ne les arrêtez-pas,

Ils rentreront tout seuls.

 

Mais déjà, la mort est triomphante,

Mais déjà, la soirée est sanglante !

La foule mitraillée

S’éparpille en sanglots,

L’espoir est dévasté,

Trainé dans le ruisseau.

 

« Au milieu de la haine,

Au milieu de la mort,

Je ressens une peine

A jamais dans mon corps. 

Mon amant le plus cher,

Celui que j’aimais tant,

Est criblé dans sa chair,

Je pleure dans son sang. »

André Obadia

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article