Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

SERVA.jpg

 

Riche marchand de Vérone, le vieil Ottavio a épousé en secondes noces Béatrice, femme terrifiante et cupide, qui a renvoyé le fils d'Ottavio pour favoriser le sien. Heureusement, la servante Coraline va user de mille stratagèmes pour remettre les choses -et les gens- à leur place. Comédie joyeuse et rythmée de Carlo Goldoni, "La Serva amorosa" réunit une sacrée brochette d'acteurs. Claire Nadeau est parfaite en dragon, Clémentine Célarié, vive et maligne réjouit en servante fidèle, Robert Hirsch enfin se taille la part du lion. Un grand gosse de 84 ans qui piaffe, s'amuse, rit sous cape et déploie tout un arsenal de mimiques délirantes. Il est d'ailleurs en lice pour le Molière du meilleur acteur. 

La Serva amorosa de Carlo Goldoni  est mise en scène par Christophe Lidon.

 

SERVA-AMOROSA.jpg

Je vous propose 2 vidéos de ce superbe spectacle présenté au Théâtre de l'Hôtel de Ville au Havre, dans le cadre de la saison 2011. 

L'équipe des comédiens a été ovationnée, tant le moment était inoubliable...Merci d'abord à Carlo Goldoni, qui, dans chacune de ses pièces nous emmène à un rythme endiablé visiter le coeur et les faiblesses des hommes...Merci à Clémentine Célarié dont je ne soupçonnais pas le talent théâtral et qui conduit la pièce de bout en bout...Et merci surtout à Robert Hirsch qui représente le théâtre à lui tout seul, qui enchante par ses mimiques et sa voix, et qui nous fait oublier qu'il a plus de 80 ans.

C'est une incroyable chance de voir sur scène un tel talent!

 

 

 

 

 

 

 

 

 


La Serva Amorosa au Théâtre Hébertot (Paris)
envoyé par cap24-wizdeo. - Regardez plus de courts métrages.

Biographie de Carlo Goldoni Né à Venise le 25 février 1707
Décédé à Paris, France le 06 février 1793
GOLDONI.jpg

Né dans la Venise du 18ème siècle, le jeune Carlo Goldoni est très tôt inspiré par le théâtre qu'il voit dans la rue. A l'âge de 9 ans, il écrit une pièce destinée au théâtre de marionnettes. Ses parents n'estimant pas la carrière théâtrale digne de leur famille, ils envoient leur fils étudier dans les écoles les plus strictes. C'est à Pavie que Goldoni échoue dans l'austère Collegio Ghislieri où la tonsure est de mise. L'adolescent ne tarde pas à s'attirer les foudres des habitants en écrivant 'Il Colosso', un poème satirique dans lequel il ridiculise certaines filles de la ville. Renvoyé du collège, Goldoni poursuit des études de droit  dans diverses écoles. Il commence une carrière de juriste qui le fait revenir à Venise en 1729. Après la mort de son père en 1732, il part pour Vérone où Giuseppe Imer, directeur de théâtre, l'encourage à écrire. Sa première oeuvre, une tragédie intitulée 'Amalasunta', est présentée à Milan mais ne rencontre pas le succès escompté. Après plusieurs échecs dans le genre tragique, Goldoni comprend que sa vraie voie est la comédie. Il s'inspire de la commedia dell' arte qui règne dans l'Italie du 18 ème et des pièces de Molière pour réformer la dramaturgie. Son premier succès s'intitule 'L' Uomo di mondo' et marque la naissance de la comédie italienne moderne, avec des personnages plus développés que Pantalon ou Arlequin et un texte qui ne laisse plus autant de place à l'improvisation : les comédiens tombent le masque et s'inscrivent dans plus de réalisme. Poursuivi par les critiques acerbes des autres dramaturges italiens, dont Carlo Gozzi, Goldoni finit par se lasser de la querelle et accepte de gagner Paris où la troupe du théâtre italien l'a invité. En France Goldoni écrit  pour le théâtre et devient professeur d'italien à la Cour. Reconnaissant envers les Français, il leur écrit un hommage dans 'Le Bourru bienfaisant'. C'est d'ailleurs en français que le dramaturge compose ses oeuvres. Après la mort de Louis XVI, Goldoni, alors octogénaire, est privé de ses pensions et meurt dans l'indigence en 1793. Incroyablement prolixe, Carlo Goldoni a réussi l'exploit d'écrire plus de 200 oeuvres en l'espace de 20 ans.

Published by ANDRE - THEATRE

commentaires

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

"un retraité qui prend le temps d'écouter et d'analyser tout ce qui fait notre quotidien... qui prend aussi le temps d'écrire... qui adore chiner... et qui adore les gravures anciennes... Un retraité qui aime vous transmettre ce qu'il aime, au hasard de ses souvenirs et de ses découvertes. "

Pages

Articles récents

Hébergé par Overblog