Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

anne_laure_liegeois_162.jpgANNE-LAURE LIEGEOIS, traductrice et metteur en scène d'un spectacle délicieusement audaciaux à ne surtout pas manquer! C'était hier soir, et ce sera encore ce soir au Volcan du Havre.

 

La duchesse est veuve, remariée secrètement à son intendant Antonio. Elle a deux frères, Ferdinand son jumeau, déchiré de passion pour elle et Le Cardinal, avide de pouvoir. Ensemble, ils crient vengeance contre leur sœur et fomentent un complot. Les autres personnages, aux consonances en O et en A, rappellent l’histoire vraie de la Duchesse d’Amalfi et d’Antonio Bologna à Milan au début du XVIe siècle. Mais Webster fait sonner l’Italie façon british !

Après Marlowe, Anne-Laure Liégeois s’intéresse à cet autre compatriote élisabéthain. Moins connu en France que Shakespeare, de dix ans son cadet, il exalte un baroque dépravé, le passe à travers le prisme de la morale protestante. Il est cynique, hargneux, jeune démon brun décapitant avec plaisir des rats dans le film Shakespeare in love. Et c’est vrai, tout est « too much » chez Webster. Les personnages, les situations… tellement trop que ça n’en est pas possible. Et la metteur en scène adore ce registre de théâtre à la lisière d’un grand-guignol dans lequel elle se garde, toutefois, de verser.

16893la-duchesse-de-malfi-le-havre.jpg

« Dans La Duchesse de Malfi, on déterre les mandragores, cloue les chauves-souris, les squelettes font cliquer leurs os, les femmes nues se regardent dans des miroirs trompeurs, des nourrissons braillent. Ici tout se délite parce que tout est faux ou trop exagérément vrai et vivant, charnel ». Dans cette folle histoire de désirs, de tromperies et de meurtres, il est question de pouvoir, d’amour, de rapport entre la mort et la vieillesse et de mélancolie. Un chef d’œuvre pré-révolutionnaire entre raison privée et raison d’état.

Texte de John Webster
traduction et adaptation Anne-Laure Liégeois, Nigel Gearing
mise en scène et scénographie Anne-Laure Liégeois
avec Jean-Pascal Abribat (Malatesta), Boris Alestchenkoff (Silvio), Laurent Bellambe (Delio), Sébastien Bravard  (Antonio), Olivier Constant (Bosola), Mathieu Dion (Pescara), Olivier Dutilloy (Ferdinand), Anne Girouard (Julia), Jean-Philippe Lejeune (Castruchio), Nils Öhlund(le Cardinal), Muriel Piquart (Cariola), Valérie Schwarcz (La Duchesse de Malfi)
assistante à la mise en scène Emilie Mousset
lumières Marion Hewlett
assistée de Patrice Lechevallier
collaboration à la scénographie Valérie Jung
remerciements à la Comédie-Française pour le prêt des costumes
MALFI.jpg

Nous devons cette Duchesse de Malfi à John Webster, dramaturge élisabéthain contemporain de Shakespeare et de Marlowe. Héroïne d'une tragédie baroque située dans une Italie imaginaire, au milieu d'une cour peuplée d'intrigants malhonnêtes, la Duchesse ose défier ses frères, déchirés entre une passion pour leur soeur et les enjeux du pouvoir, en épousant secrètement son intendant. Ce faisant, elle attire malgré elle la mort et le chaos sur ce monde crépusculaire, où chaque sentiment semble exacerbé. Anne-Laure Liégeois met en scène avec maestria ces "âmes humaines trop profondes", dénonçant l'irresponsabilité des dirigeants et la transgression des limites entre vie privée et devoir public. Une réflexion sur le pouvoir, l'amour, la mort et le temps, une vanité aux couleurs sombres et fascinantes.

Production Le Festin - Centre dramatique national de Montluçon/Région Auvergne, La Comédie de l'Est - Centre dramatique régional d'Alsace, Le Volcan - Scène nationale du Havre, Arts 276 / Automne en Normandie, Le Théâtre de l'Union - Centre dramatique national du Limousin, La Maison de la Culture d'Amiens, le manège.mons Centre dramatique

Co-accueil Le Volcan, Scène nationale du Havre

Durée : 3h00

Webster aurait été inspiré par une histoire vraie que j'ai trouvée absolument fascinante par sa modernité, bouleversante par sa violence des sentiments et des actes, merveilleuse par la mise en scène qui nous fait passer de la tragédie à l'enquête policière, pour s'achever dans la farce...C'est un très beau moment de théâtre.

Published by ANDRE - THEATRE

commentaires

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

"un retraité qui prend le temps d'écouter et d'analyser tout ce qui fait notre quotidien... qui prend aussi le temps d'écrire... qui adore chiner... et qui adore les gravures anciennes... Un retraité qui aime vous transmettre ce qu'il aime, au hasard de ses souvenirs et de ses découvertes. "

Pages

Articles récents

Hébergé par Overblog