Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

dyn001_original_600_286_jpeg_2551150_23d36edcca3ea1f3723d72.jpg

 

Je vous conseille tout spécialement cette superbe bande dessinée qui nous emmène en Russie, au moment de la débâcle de l'armée Napoléonienne...

ILS-ETAIENT-DIX--D-ERIC-STALNER ILS-ETAIENT-DIX--D-ERIC-STALNER

Plus d'images en suivant le lien ci-dessus


ils-etaient-10.jpg

 

Octobre 1812

Ils étaient dix TOME 1

Contraint de quitter Moscou au lendemain de la débâcle napoléonienne, un médecin militaire et ses compagnons doivent lutter en milieu hostile pour leur survie. Un opus d'exposition digne des meilleures épopées.

L'histoire : Octobre 1812, Napoléon quitte précipitamment Moscou à la tête des quelques 100 000 hommes qui tiennent encore debout. Les soldats intransportables sont abandonnés à leur sort dans la ville ravagée… Jean-Baptiste Grassien, un médecin de la grande armée, n’a pas suivi son empereur. Il préfère rester aux cotés de son ami d’enfance grièvement blessé, Philippe de Marcy. Les hommes ont pris résidence dans le palais de la comtesse Gorlanov, dont le médecin soigne également une blessure aux yeux. Leur tranquillité est cependant de courte durée. En effet, lorsque la demeure est investie par l’armée cosaque, l’humaniste docteur est contraint de troquer son bistouri contre la lame d’un sabre tranchant pour en découdre vaillamment. Aidé d’Aymond, son jeune assistant, mais aussi grâce à l’intervention fortuite de Laroche, un lieutenant de cavalerie, la partie tourne à l’avantage du français. Néanmoins, il n’y a plus d’autres choix pour les 4 compagnons de fortune, que de quitter Moscou. Bientôt rejoint par 3 voltigeurs du 5e régiment, égarés dans les ruines de la cité, Grassien et ses amis prennent la décision de rejoindre les troupes impériales au plus vite. Au sortir de la ville, la chance les met sur le chemin d’un attelage en mission spéciale qui sous le commandement de Clément Morlaix de Guérigny semble tout aussi pressé de déguerpir. L’officier de Marcy pourra ainsi faire le voyage confortablement installé… aux cotés d’un mystérieux compagnon bandé de la tête aux pieds…


Ce qu'on en pense sur la planète BD : Toujours enclin à utiliser le garde-fou que constitue l’implantation d’un décor historique pour construire ses récits, Eric Stalner livre avec Ils étaient dix un ouvrage qui fleure bon l’aventure et l’action… Pour cette nouvelle série réalisée en solo, l’auteur a en effet choisi des lendemains russes qui déchantent pour Napoléon et sa grande armée : contraint de plier bagages (après y avoir laissé 500 000 hommes), le dictateur français abandonnera aux vainqueurs les soldats intransportables. Dans ce contexte prend racine la série : un médecin militaire et quelques compagnons (vous les compterez vous même… trop d’aditions et de soustractions) fuyant Moscou ravagée, le froid mordant, la campagne austère, des rencontres hasardeuses et funestes… une lutte pour survivre coûte que coûte. Mais il s’agit juste d’un décor, dans lequel se glisse un thriller haletant. Prévu en 4 tomes, le récit proposera en effet un menu alléchant où s’accompagneront souffrances, passions, trahisons, esclavage, vengeances… Si nous sommes sages, l’auteur a même pensé à quelques prolongements pour continuer de faire vivre son héros de papier. Bref, un projet dont l’exposition flamboyante du premier chapitre fait amplement saliver. Le dessin d’Eric Stalner se veut toujours aussi gracieux (ouah les cadrages !) voire plus besogneux qu’auparavant : un sérieux effort a été fait, par exemple, sur la composition des visages. Toujours un peu gémellaires avec les personnages de ses autres séries, ils empruntent ici une plus large palette de diversité. L’abandon de l’encrage et la colorisation parfaite nous donnent également une très belle idée de la campagne russe…

IE10-2.jpg

TOME 2

Éric Stalner a souvent été attiré par les grands espaces russes. Après la Croix de Cazenac et Loup, il a lancé en 2009 la série Ils étaient dix prévue en trois tomes chez 12 bis. Cette trilogie raconte un douloureux épisode de la Campagne napoléonienne de Russie au travers d'une dizaine de personnages principaux coincés à Moscou au moment du signal de la retraite...

À la fin du premier album, les protagonistes ne sont plus que six rescapés, bien loin du gros des troupes françaises en cet hiver glacial : le soldat Gilles Duroit, le lieutenant Jérôme Laroche, la Comtesse Maryana Gorlanov, le voltigeur François Larnais, l'infirmier Aymond Passart et le médecin chirurgien Jean-Baptiste Grassien. La route est semée d'embuscades menées par des cosaques ou des habitants haineux contre les envahisseurs français. Dans ce monde hostile, des victimes vont encore tomber. Les survivants vendus comme du bétail au Domaine de la Novgora à un fermier vont vivre plusieurs milliers de jours comme esclaves. Seule la Comtesse réussit à retrouver son rang. Qu'adviendra-t-il aux nouveaux serfs ?

Ne vous trompez pas en apercevant dans les premières cases un superbe lapin blanc. Cet épisode plonge encore plus terriblement dans l'enfer où le comportement des hommes est souvent bestial et brutal. Éric Stalner signe un scénario terrifiant et très solide où il n'épargne jamais ses personnages. Son dessin très inspiré toujours "encrayonné" sans encrage ressort parfaitement dans un découpage dynamique et grâce à une mise en couleurs d'une rare élégance par Delf.

Un grand moment d'aventures qui termine sur des allures de Comte de Monte-Cristo...

 

ILs_etaient_10_3.jpg

 

 

TOME 3

Jean-Baptiste Grassien, ancien médecin de la Grande Armée de Napoléon I, retrouve la France en 1820. Ses sept années de captivité en Russie l'ont détruit. Voir tous ses compagnons mourir les uns après les autres n'a eu pour effet que d'exacerber son désir de vengeance : il veut détruire Morlaix de Guérigny.

Mais son pays natal est lui aussi transformé. Napoléon est exilé à Sainte Hélène, Louis XVIII règne. Les soldats de l'Empire sont dorénavant suspects.

 

Jean-Baptiste, esseulé dans un Paris étranger, a besoin des siens. C'est tout naturellement qu'il retrouve donc des Bonapartistes rescapés des champs de bataille.
Ces derniers ont choisi le vol comme moyen de subsistance : on ne veut plus d'eux dans cette société, cette société le paiera !

Mais Vidocq, le chef de la sûreté, ne partage pas leur conception de la reconnaissance...

IE10-4-cv.jpg











LE TOME 4 EST A PARAITRE DEMAIN....

Published by ANDRE - ARTS PLASTIQUES

commentaires

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

"un retraité qui prend le temps d'écouter et d'analyser tout ce qui fait notre quotidien... qui prend aussi le temps d'écrire... qui adore chiner... et qui adore les gravures anciennes... Un retraité qui aime vous transmettre ce qu'il aime, au hasard de ses souvenirs et de ses découvertes. "

Pages

Articles récents

Hébergé par Overblog