Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Homophobie à l'UMP : « Et avec des animaux ? »

On a rajeuni de treize ans. L'Assemblée nationale a revécu mercredi les heures peu glorieuses des débats sur le Pacs, quand les élus de droite rivalisaient de déclarations graveleuses.

Brigitte-Bareges pics 390 La députée UMP Brigitte Barèges, membre de La Droite populaire, a rallumé la flamme de l'homophobie en lançant, à propos d'un texte PS visant à autoriser le mariage homosexuel, « et pourquoi pas des unions avec des animaux ? »

Alors que la commission des lois de l'Assemblée nationale examinait à huis clos une proposition de loi socialiste pour « ouvrir le mariage aux couples de même sexe », la députée-maire de Montauban s'est exclamée :

« Et pourquoi pas des unions avec des animaux ? ou la polygamie ? »

En 2004, elle était rapporteur du texte réprimant les injures homophobes et sexistes. Et la veille, elle soutenait l'appel contre le sexisme lancé après l'affaire DSK.

Ses propos font forcément écho à ceux de Dominique Dord, alors député Démocratie libérale, qui proposait en 1998 de signer les Pacs dans « les services vétérinaires ».

« Un raisonnement par l'absurde »

Brigitte Barèges se défend en disant qu'elle a dit ça sur le ton « de la plaisanterie ». Dans la soirée, elle s'est fendue d'un long communiqué :

« Brigitte Barèges a posé la question de la pertinence d'adapter systématiquement la loi et les institutions à l'évolution des mœurs. Elle a poursuivi son raisonnement par l'absurde en se demandant s'il faudrait aussi institutionnaliser un jour le mariage avec les animaux.

Devant la tentation des députés de gauche, dont Noël Mamère, d'utiliser ces propos pour en faire une polémique, Mme Barèges a immédiatement retiré cette phrase reconnaissant bien volontiers son mauvais goût prononcée dans un contexte de dérision et une rhétorique délibérément provocatrice.

Brigitte Barèges regrette néanmoins que cet échange serve de contre-feu aux députés socialistes pour détourner l'attention des déchirements qui traversent leur parti et des pérégrinations judiciaires de leur ex-futur héraut. »

La députée conteste fermement que ses propos « maladroits » soient homophobes. Et comme le font maintenant tous ceux qui tiennent des propos pouvant leur causer du tort, elle « souhaite s'excuser auprès de ceux qu'ils auraient pu blesser car telle n'était pas son intention ».

Dérapage, le ton monte, hurlements…

Maintenant, la version de Patrick Bloche, député PS de Paris, co-auteur de la proposition de loi du Pacs en 1998 et de celle sur l'ouverture du mariage aux couples homosexuels. N'étaient présents à cette commission des lois, selon lui, que les plus « remontés » de l'UMP. Dont l'obsédé de la question, Christian Vanneste, célèbre pour avoir déclaré que l'homosexualité était « inférieure » à l'hétérosexualité et serait « si on la pousse à l'universel, dangereuse pour l'humanité ». Bloche raconte donc la séance :

HOMOPHOBIE.jpg

« Brigitte Barèges commence en disant, “Nous avons voté le Pacs”, et là nous protestons, car à part Roselyne Bachelot, personne à droite n'a voté le Pacs.

Puis Claude Goasgen, un des plus furieux adversaires du Pacs en 98, intervient, de manière prétentieuse comme toujours, pour faire un exposé juridique. Barèges reprend son topo et là, elle dérape, en parlant d'union d'animaux et de polygamie. Ça a été dit distinctement et posément. Evidemment, le ton monte.

Jean-Luc Warsman, le président de la commission se retrouve très emmerdé. Malheureusement, à ce moment Serge Blisko (PS, Paris) attaque Christian Vanneste en disant qu'il a déjà été condamné pour homophobie. Ce qui est maladroit car il a été relaxé en appel. Hurlements de Vanneste. Warsman en profite pour retirer du compte-rendu les propos de Barèges et ceux de Blisko, comme s'ils étaient de la même nature ».

On lui ferait payer ses positions féministes post-DSK

La proposition de loi, qui sera discutée en séance publique à l'Assemblée nationale le 6 juin, a donc été rejetée par la commission.

Brigitte Barèges nous explique que c'est sans doute parce qu'elle a soutenu l'appel contre le sexisme « où elle a rappelé aux députés socialistes leur silence coupable la semaine dernière au plus fort de l'affaire DSK pour défendre la cause des femmes » qu'existe aujourd'hui cette « vaine polémique ».

Published by ANDRE - ACTUALITES

commentaires

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

"un retraité qui prend le temps d'écouter et d'analyser tout ce qui fait notre quotidien... qui prend aussi le temps d'écrire... qui adore chiner... et qui adore les gravures anciennes... Un retraité qui aime vous transmettre ce qu'il aime, au hasard de ses souvenirs et de ses découvertes. "

Pages

Articles récents

Hébergé par Overblog