Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
GARY COOPER / STAR DU CINEMA AMERICAIN

COOPER.jpgGARY COOPER VU PAR NORMAN ROCKWELL

 

Un homme de grande taille et de grand talent, plein de sensibilité malgré une apparente rigidité.


COOPER2.jpg

 

 

 

 

 

 

 


COOPER3.jpg
Né le 7 mai 1901

 

 

Décédé le 13 mai 1961

 

Biographie détaillée

Gary Cooper, de son vrai nom Franck James Cooper, est né le 7 Mai 1901, à Helena, dans l'état du Montana. Il grandit en Angleterre où il reçoit une solide éducation. Pendant la première guerre mondiale, il retourne aux Etats-Unis travailler dans le ranch de son père et se destine par la suite à des études d'agriculture. Mais, rapidement, il s'aperçoit que ce domaine ne l'attire aucunement et il décide de partir pour la Californie, où il se passionne pour le dessin, et en particulier pour les caricatures. Il essaye de faire publier les siennes dans différents journaux, mais arrive difficilement à en vivre.
Il cherche alors à mettre à profit ses talents de cavalier en devenant figurant à cheval dans de nombreuses oeuvres. Il enchaîne ainsi les apparitions, et face à l'émergence de son succès, décide de changer de prénom. En effet, n'étant pas le seul à s'appeler Franck Cooper à Hollywood, il remplace son prénom par celui de Gary. Il doit ce pseudonyme au nom de la ville de Gary, située dans l'Indiana, d'où était originaire son agent.

En 1926, il obtient un rôle dans le film de Henry King, Barbara, fille du désert, où il est remarqué par la Paramount. Il tourne alors plus de trente films entre 1927 et 1940 pour cette compagnie, qui lui amènent beaucoup de réussite et lui font véritablement démarrer sa carrière d'acteur. Il incarne pendant longtemps des cow-boy valeureux dans différents westerns, comme The Last Outlaw ou Au service de la loi.

L'arrivée du parlant change considérablement son parcours. Sa voix claire et apaisante, sa lente élocution, lui permettent de composer de nouveaux personnages. En outre, il marque l'écran par sa présence physique incroyable : grand (il mesurait 1m91), ayant une démarche posée et des gestes simples, il occupe l'espace de manière captivante partout où il passe. Son premier film parlant est un western intitulé The Virginian réalisé par Victor Fleming.

Il fait ensuite ses débuts dans le film dramatique avec Coeurs brûlés, où il partage l'affiche avec Marlene Dietrich. Il développe également sa palette de jeu et se montre très impressionnant dans divers registres : le drame donc (citons aussi Peter Ibbetson), l'aventure (Les Trois lanciers du Bengale ) et la comédie (La Huitième femme de Barbe Bleue). Mais Gary Cooper reste néanmoins cantonné à deux images : celle de l'Américain moyen, simple et franc, dépourvu de méchanceté d'une part, et celle du vertueux militaire d'autre part, comme dans Sergent York, qui lui vaut son premier Oscar du Meilleur Acteur. A la fin de sa carrière, il effectue un retour dans les grands westerns, avec des films comme Les Aventures du capitaine Wyatt, Vera Cruz (le chef-d'oeuvre de Robert Aldrich, 1954), L'Homme de l'Ouest, et Le Train sifflera trois fois avec Grace Kelly, qui lui permet d'obtenir son deuxième Oscar, et peut-être son plus beau rôle.

cooper-westerns.JPG
Gary Cooper était l'un des acteurs les plus doués de sa génération. Sa filmographie est l'une des plus impressionnantes de l'Histoire du cinéma : Ernst Lubitsch, Josef von Sternberg, King Vidor, Frank Capra (L'Extravagant Mr. Deeds), Fritz Lang, Billy Wilder, Raoul Walsh, Henry Hathaway, Cecil B. DeMille (avec qui il tourne son premier film en couleurs, Les Tuniques ecarlates ) s'y succèdent. Mais il a connu aussi des rendez-vous manqués : par deux fois, il refusa de tourner avec Alfred Hitchcock, qui lui avait proposé les rôles principaux de Correspondant 17 (1940) et La Cinquième colonne (1942), ce qu'il regretta par la suite. Il dit non également pour le personnage de Rhett Butler dans Autant en emporte le vent, le film lui paraissant d'avance un échec.
Homme droit et sincère, il comptait parmi ses amis l'écrivain Ernest Hemingway, qu'il avait rencontré en 1940, et avec qui il entretint une forte amitié. Il figura d'ailleurs au générique de deux films inspirés des romans de l'auteur : A Farewell to Arms (1932) (un triomphe) et Pour qui sonne le glas (1943). Il était également très ami avec James Stewart et Pablo Picasso, qu'il admirait profondément.

Grand séducteur à la vie sentimentale mouvementée, Gary Cooper a considérablement marqué le cinéma américain. A travers lui, c'est toute son histoire qui défile. Il a joué dans 107 films, dont seulement 16 étaient en couleurs, et dont 14 étaient muets. En 1961, affaibli par la maladie, Gary Cooper ne pourra pas aller recevoir l'Oscar d'honneur qui lui est remis par la prestigieuse académie du cinéma et envoya James Stewart, bouleversé par l'absence de son ami, le chercher pour lui. Quelques semaines plus tard, le monde entier apprit la mort de l'acteur, six mois après celle de Clark Gable. Une mort qui marqua la fin d'une immense star, d'une célèbre figure du septième art, et avec lui, la fin d'un certain âge d'or du cinéma hollywoodien.

Published by ANDRE - CINEMA, LOISIRS, CULTURE

commentaires

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

"un retraité qui prend le temps d'écouter et d'analyser tout ce qui fait notre quotidien... qui prend aussi le temps d'écrire... qui adore chiner... et qui adore les gravures anciennes... Un retraité qui aime vous transmettre ce qu'il aime, au hasard de ses souvenirs et de ses découvertes. "

Pages

Articles récents

Hébergé par Overblog