Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

felix_leclerc_la_legende.jpg

 

 

SITE OFFICIEL DE FELIX LECLERC CI-DESSOUS:

 

link

 

 

 

"Nous sommes tous nés, frères et sœurs, dans une longue maison de bois à trois étages, une maison bossue et cuite comme un pain de ménage, chaude en dedans et propre comme de la mie."
- Félix Leclerc

Félix Leclerc, un homme de mots, de paroles, de grandes symphonies. Il s'est inspiré de l'imaginaire en créant un cerf-volant immense dans une recherche merveilleuse. Son histoire est celle d'un bâtisseur, ouvrant des portes jamais explorées. Il a tracé une voie nouvelle dans une société québécoise du XXe siècle en manque de rêves.

Cet homme, contemplatif, avait des yeux neufs sur la vie. Comme son père et son grand-père, de rencontre en rencontre, il a, à sa façon, défriché son propre chemin d'homme et d'artiste porteur de rêves. Authentique et généreuse, son œuvre en est une de liberté.

*Cette chronologie est inspirée de monsieur Jean-Paul Sermonte (France) et de monsieur Aurélien Boivin (Québec).


«C’est pas parce que je suis un vieux pommier que je donne de vieilles pommes »
-Félix Leclerc

 

 

 

 

 

 

 

Auteur, compositeur, interprète, animateur, comédien et écrivain
(La Tuque, 1914 - Île d'Orléans, 1988)

Après une enfance typiquement québécoise à La Tuque, le jeune Félix Leclerc est envoyé à Ottawa pour faire ses études classiques. Ce premier déchirement et les longs moments de solitude au pensionnat ont contribué à développer l'esprit rêveur et créateur du jeune homme. Entre 1934 et 1950, Leclerc s'éparpille dans différents domaines de création culturelle. Il s'impose surtout à la radio comme animateur. Sa Belle voix grave passe bien au micro. Il met à profit ses talents d'écrivain dans des radioromans et des contes lus à la radio qu'il publiera plus tard: Adagio (1943), Allegro et Andante (1944). Il chante ça et là dans des radioromans et des pièces de théatre, et commence à se produire comme chansonnier à la fin des années 40 mais il n'a encore qu'un public restreint. Ses chansons de la nature n'intéressent pas les citadins qui veulent à tout prix se dissocier de l'image du colon canadien.

En 1950, Jacques Normand fait entendre à l 'imprésario français Jacques Canetti un enregistrement de la chanson Le train du Nord .au 303K. Dans le temps de le dire, Leclerc se retrouve à l'ABC, triomphe au Trois Baudets à Paris, se tape une tournée en France et enregistre un premier album dont la chanson Moi mes souliers .au 307K remportera un grand prix de l'Académie Charles-Cro.

Au paradis, paraît-il, mes amis
C'est pas la place pour les souliers vernis
Dépêchez-vous de salir vos souliers
Si vous voulez être pardonnés

extrait de Moi mes souliers

Il est accueilli en roi à son retour au Québec, lui dont on se moquait peu de temps auparavant. La chanson québécoise venait de gagner ses premières lettres de noblesse grâce à lui. En 1951, on le considère déjà comme un grand de la chanson et il suscite l'admiration de jeunes lièvres tels que Jacques Brel et Georges Brassens.

Un deuxième disque en 1957 lui mérite un autre prix de l'Académie Charles-Cros. On le voit se produire dans des boîtes à chansons qui se multiplient au Québec au début des années 60. Mais malgré ses succès dans la chanson, il s'obstine encore à se considérer d'abord et avant tout comme un écrivain. Il écrit des pièces de théatre et des téléromans. Mais suite aux succès mitigés (pour ne pas dire déconfitures) de ses pièces de théatre, ses relations avec la presse s'enveniment et il quitte le Québec pour la Suisse en 1966. Suite à tournée triomphale en Europe, la poussière tombe et il revient se produire au Québec pour finalement s'installer sur l'Ile d'Orléans en 1970. Il demeurera dans cette maison qu'il a bâtit lui-même jusqu'à la fin de ses jours.

En 1970, le géant se choque. Lui qui se tenait au dessus des querelles politiques, il est indigné par les événements d'octobre 1970, lors de l'imposition des mesures de guerres par le gouvernement fédéral. Il prend position du côté de l'indépendance du Québec. Des chansons comme L'Alouette en colère, Les 100,000 façons de tuer un homme et plus tard Le tour de l'Île , illustrent bien le changement de cap.

Mon fils est en prison
Et moi je sens en moi
Dans le tréfonds de moi
Pour la première fois
Malgré moi, malgré moi
Entre la chair et l'os
S'installer la colère

extrait de l'Alouette en colère

On le verra se produire dans des grands rassemblements tels que celui sur les Plaines d'Abraham à Québec dans le cadre de la Superfrancofête en compagnie de Robert Charlebois et de Gilles Vigneault au mois d'août 1974. Il en ressortira l'album J'ai vu le loup, le renard, le lion. Il enregistrera encore quelques albums mais le poids des années commence à se faire sentir et des problèmes de santé le retiennent dans sa retraite paisible à l'île d'Orléans où il mourut le 8 août 1988 mais pas avant d'avoir légué une oeuvre monumentale pleine d'intégrité et d'amour de son pays.

1_Felix_Leclerc_a_l-ile_d-Orleans.jpg

Sur l'île d'Orléans

 

 

 

 

Ci-dessous, réalisation de JC Vernet

 

Published by ANDRE - CHANSON-MUSIQUE

commentaires

pierrot vagabond du Québec 08/01/2013 18:05


extraordinaire


vraiment extraordinaire


vous êtes un vrai monsieur


 


pierrot


vagabond poete


www.reveursequitables.com


www.enracontantpierrot.blogspot.com

ANDRE 09/01/2013 15:56



Merci de votre commentaire


Cordialement



BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

"un retraité qui prend le temps d'écouter et d'analyser tout ce qui fait notre quotidien... qui prend aussi le temps d'écrire... qui adore chiner... et qui adore les gravures anciennes... Un retraité qui aime vous transmettre ce qu'il aime, au hasard de ses souvenirs et de ses découvertes. "

Pages

Articles récents

Hébergé par Overblog