Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

UN REGARD SOUVERAIN

N’avez-vous jamais vu, derrière la cathédrale,

Cette femme éperdue, seule aux heures matinales.

N’avez-vous jamais cru qu’elle faisait un signe

A l’angle de la rue, d’un petit geste digne ?

Je l’avais remarquée, cette femme incertaine,

Cette femme si âgée, oui, cette femme en peine.

Elle a levé vers moi un regard souverain,

Et j’ai perdu la foi que j’avais au matin.

J’ai senti tout mon être balayé par le vent

D’un très curieux bien être des plus étourdissants.

Elle s’est redressée sans prononcer un mot,

Et m’a comme emporté vers un monde nouveau.

J’ai entrevu des choses plus laides que la mort,

J’ai marché sur des roses, et même sur des corps.

J’ai gravi un chemin bordé d’arbres en feu,

Il n’avait pas de fin, mais c’était merveilleux.

Sur la chaussée rougie par le sang des cadavres,

Je me sentis grandi et devenu de marbre.

La vieille cheminait sans la moindre parole,

Comme elles me fascinaient, ses petites épaules !

Soudain, n’y tenant plus, je déposai ma main,

D’un geste inattendu, presqu’empreint de chagrin.

Elle sursauta alors et me prit par le bras,

Je la revois encore accélérant le pas.

Elle paraissait sereine quand elle m’offrit ses lèvres,

Je m’égarais sans peine dans un élan de fièvre.

Elle me dévêtit dans des gestes sensuels

Et j’avais très envie de suivre son appel.

Elle se donnait à moi oubliant ses années,

J’éprouvais un émoi que je n’osais imaginer.

Je posai sur sa bouche des baisers enflammés,

Et par petites touches mes doigts s’égaraient…

Alors, son visage changea, ses rides disparurent,

Son sourire s’anima, prenant de l’envergure.

Je découvris l’espoir dans cet affreux cauchemar,

De vivre une belle histoire au parfum de hasard.

Et souvent le matin, près de la cathédrale,

Hésitant je reviens en quête de ce graal.

J’espère y retrouver celle qui fit un signe,

Cachée dessous les traits d’une vielle femme indigne.

Mais je sais bien hélas, qu’elle ne reviendra plus,

Je n’ai plus de la grâce qu’un souvenir perdu…

 

André Obadia

Published by ANDRE - ECRIT PERSONNEL, LITTERATURE

commentaires

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

"un retraité qui prend le temps d'écouter et d'analyser tout ce qui fait notre quotidien... qui prend aussi le temps d'écrire... qui adore chiner... et qui adore les gravures anciennes... Un retraité qui aime vous transmettre ce qu'il aime, au hasard de ses souvenirs et de ses découvertes. "

Pages

Articles récents

Hébergé par Overblog