Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

AU BOUT DU COULOIR

 

Je sentais bien que quelque chose ne tournait pas rond…

J’avais l’impression de devoir traverser un couloir sans fin, avec de drôles de gens qui me regardaient, qui riaient, qui se moquaient de moi.

Mon vieux tee-shirt bleu me collait à la peau, plaqué par la sueur, comme incrusté en moi par l’angoisse. Il faisait chaud, il faisait froid, je ne savais plus très bien…

Au bout du couloir, j’apercevais la rue, avec ses lumières de la nuit, avec son bruit de la foule, avec tous ses dangers, toutes ces rencontres imprévues…

J’avais l’impression que ma tête ne guidait plus mes pas, simplement, je sentais que mon corps lourd avançait, ou plutôt se trainait, attiré par la lumière du monde, mais j’avais la nausée, mes yeux étaient voilés par un rideau opaque, et je trébuchais à chaque pas, me heurtant à ces gens assis dans le couloir, et qui me regardaient comme une bête curieuse, qui s’amusaient de mon spectacle.

La musique de la fête foraine s’amplifiait à mesure que je me rapprochais de la sortie, l’air me faisait frissonner au contact de ma chemise mouillée, et je commençais à comprendre que je n’arriverais pas jusqu’à la rue …Il fait si froid dehors…

Un policier surveille le comportement des passants, un soldat remonte dans son camion, un professeur rentre chez lui en hâte, épuisé d’avoir supporté des enfants sans éducation, une femme jolie cherche à attirer le regard d’un homme fier et musclé, imbu de lui-même, un guitariste chante sous le regard agacé du policier, le soldat dirige sa mitrailleuse sur un groupe de manifestants en colère, le dictateur regarde le monde du haut de sa fenêtre, en caressant les billets de banque qu’on vient de lui apporter dans une mallette en cuir noir.

Un Président s’admire dans la glace…Il pense à chaque instant à sa réussite, comme il avait pensé à devenir Président en se rasant le matin…Il trouve que son pays est bien fait, que l’injustice fait du bien, qu’il vaut mieux être riche et bien portant plutôt que pauvre et malade…Il trouve que sa femme est belle et qu’elle va lui donner un enfant…l’enfant est roi…enfin il le sera peut-être comme son père…à moins que la foule qui gronde ne finisse par avoir raison !

Ce couloir n’en finissait pas, il n’en finissait pas pour moi…Je supportais ces visages déformés par le rire et l’alcool…Il fallait que je sorte de ce cauchemar insupportable et pourtant si réel. Je manquais de force, mes jambes ne semblaient plus vouloir me porter, je me laissais glisser le long du mur, je sentais mon corps se détendre, s’étaler sur le pavé, mon visage était froid, comme le cœur des gens. Je fermais les yeux, comme pour ne plus voir ce qui se passait autour de moi…

Un homme très élégant me regardait avec mépris : « comment peut-on en arriver là ? » s’indignait-il à la ronde…Des enfants riaient de me voir à terre, presque sans vie…Une femme croyante laissa tomber une pièce près de moi, et reprit son chemin, la conscience soulagée par sa générosité…Le policier ne s’approchait pas trop de moi…Il téléphonait.

Lorsque mon corps usé eut disparu, la vie reprit son cours paisible, le ministre de l’intérieur se remit à ses écoutes téléphoniques, le ministre de l’éducation rechercha dans ses archives quelle merveilleuse idée il pourrait remettre à la mode, le ministre de la justice examina la liste des mutations pour les vilains magistrats désobéissants, le ministre de la santé arrêta son choix sur les médicaments qui ne seraient plus remboursés, le ministre du travail se demanda comment il allait expliquer que le taux de chômage avait encore progressé.

Le Président, lui, continuait à se regarder dans la glace.

 

André Obadia

Septembre 2011

Published by ANDRE - ECRIT PERSONNEL

commentaires

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

"un retraité qui prend le temps d'écouter et d'analyser tout ce qui fait notre quotidien... qui prend aussi le temps d'écrire... qui adore chiner... et qui adore les gravures anciennes... Un retraité qui aime vous transmettre ce qu'il aime, au hasard de ses souvenirs et de ses découvertes. "

Pages

Articles récents

Hébergé par Overblog