« La guerre 14-18 en bande dessinée » / BANDE DESSINEE / HISTOIRE
« La guerre 14-18 en bande dessinée » / BANDE DESSINEE / HISTOIRE

14 - 18 Tome 01. Le petit soldat (Août 1914)

Date de parution : 20/08/2014 / ISBN : 978-2-7560-3530-7

Résumé

1er août 1914. Louis, Jacques, Maurice, Armand, Denis, Arsène, Pierre et Jules sont mobilisés. Huit amis, âgés d'une trentaine d'années, issus de la même petite ville et affectés dans le même régiment d'infanterie. Ensemble, ils découvrent les premiers combats, les premiers doutes et les premiers ordres absurdes, point de départ de quatre longues années dont certains reviendront, d'autres non...
 
 
SERIE EN COURS....TOME 7
« La guerre 14-18 en bande dessinée » / BANDE DESSINEE / HISTOIRE

1917, Le soldat inconnu

 

Scénario : Duval, Fred et Pécau, Jean-Pierre Dessin : Mr Fab

Éditeur : Delcourt

Parution : Tome 1 de la série « L’homme de l’année »

 

Faisant partie d’une collection ayant pour but de mettre en avant l’histoire de personnages anonymes qui ont été au cœur de grands événements historiques, cette histoire-ci nous raconte comment Boubacar N’Doré, ouvrier dans une plantation de cacao et Joseph Sorbier son patron, se retrouvent ensemble sur le front. Alors qu’au départ tout les séparait, ils vont tous les deux passer outre leur différence sociale et se lier d’amitié.

 

À propos des auteurs :

 

Fred Duval (France, 1965-….)

Diplômé en histoire, Fred Duval publiera « 500 fusils », son premier album de bande dessinée, en 1995. Il travaillera ensuite sur « Carmen Mc Callum », une série de science fiction. Il écrira aussi plusieurs scénarios pour la télévision. En BD, on lui doit également « Travis », « Hauteville House »,

« Code Mc Callum ».

 

Mr Fab (France)

Fort d’une vingtaine d’année d’expérience en tant que dessinateur/créateur dans le domaine de la haute couture, Mr Fab publiera sa première BD en tant que dessinateur en 2011 avec la série de science fiction « Spyder ». Son style est principalement inspiré par le cinéma, la peinture et l’illustration.

 

Jean-Pierre Pécau (France)

Après des études en histoire, J.-P. Pécau travaillera brièvement dans l’enseignement avant de découvrir l’univers des jeux de rôle. Il travaillera notamment sur « Donjons et Dragons ». C’est en écrivant le scénario de la série « Zentak » qu’il fera ses débuts dans le milieu de la bande dessinée. Il scénarisera aussi les séries « Arcane » et « Le Testament du Docteur M ».

 

« Songez à ce que serait le désastre pour l'Europe (...). Quels massacres, quelles ruines, quelle barbarie ! Et voilà pourquoi, quand la nuée de l'orage est déjà sur nous, voilà pourquoi je veux espérer encore que le crime ne sera pas consommé. »

 

Jean Jaurès (dernier discours public, 25 juillet 1914)

« La guerre 14-18 en bande dessinée » / BANDE DESSINEE / HISTOIRE

L’Alsacien

 

Scénario : Dewamme, Gérard Dessin : Servais, Jean-Claude Éditeur : Casterman

Parution : Tome 4 de la série « Tendre Violette »

 

Le Vicomte Julien des Croisettes, fiancé du moment de Violette se retrouve mobilisé lorsque la guerre éclate. Durant son absence, les Allemands débarquent dans leur village de Feuilly avec à leur tête un officier surnommé

« L’Alsacien ». Ils vont occuper le village et mener un plan de gestion des cultures. Les villageois souffrant de l’oppression des occupants, Violette cédera aux exigences allemandes pour le bien de ceux-ci. Une fois Julien de retour dans le village, ils vont ensemble tenter de déjouer les plans de l’ennemi.

 

À propos des auteurs :

 

Gérard Dewamme (Belgique, 1953-…)

Professeur de français et passionné de bandes dessinées, c’est grâce à sa rencontre avec Servais que Gérard Dewamme se lancera dans une carrière de scénariste BD. Ils travailleront ensemble sur différents titres tels que

« Les saisons de la vie », « Tendre Violette » et « Les voyages clos ». Dewamme travaillera aussi avec d’autres dessinateurs sur « Gin row » et

« La nuit des frelons ».

 

Jean-Claude Servais (Belgique, 1956-….)

Après des études à l’institut St-Luc de Liège, J.-C. Servais dessinera ses premières planches dans le journal Spirou. Il publiera ensuite dans le journal Tintin des titres comme « La Tchalette » et « Isabelle ». Il dessinera plusieurs BD aux accents régionaux comme « Tendre Violette », « Les saisons de la vie » et « Les voyages clos » avec son comparse Gérard Dewamme au scénario. Servais écrira également ses propres scénarios pour des titres tels que « Fanchon », « Orval », « Lova », « La mémoire des arbres », « Le jardin des glaces », « Les diaboliques » et « Godefroid de Bouillon ».

« La guerre 14-18 en bande dessinée » / BANDE DESSINEE / HISTOIRE

« Les Allemands ? Ils étaient comme nous, des pauvres types qui se faisaient casser la gueule pour rien. »

 

Léon Weil, vétéran de la Grande Guerre

L’ambulance 13

 

Scénario : Cothias, Patrick et Ordas, Patrice Dessin : Mounier, Alain

Éditeur : Bamboo Collection : Grand angle

Parution : série en cours, 3 tomes parus

 

En décembre 1915, le jeune médecin Louis-Charles Bouteloup se retrouve mobilisé en première ligne à Fleury. Là bas, il sera à la tête de l’ambulance 13, aussi surnommée « l'As de pique ». Cette ambulance mobile aura pour but de secourir sur le terrain les soldats blessés. Durant tout le conflit, Louis- Charles n’aura de cesse d’essayer de préserver son humanité, quitte à devoir se rebeller et faire passer ses patients avant les ordres de ses supérieurs.

 

 

À propos des auteurs :

Patrick Cothias (France, 1948-….)

Ce scénariste fera ses débuts en écrivant d’abord pour le magazine Pif gadget puis chez Okapi. Spécialiste de nombreuses séries historiques, il publiera notamment chez Glénat « Les Sept vies de l’épervier », « Le vent des dieux », « La mémoire des ogres ». Il se fera aussi publié chez Dargaud, Lombard, Vents d’Ouest et chez Bamboo.

 

Alain Mounier (France, 1958-….)

Aussi connu sous le pseudo d’Ardem, ce dessinateur débutera sa carrière en dessinant ses premières planches dans le mensuel Circus de Glénat. Il dessinera aussi chez Glénat l’album « D'un enfer à l'autre ». Chez Albin Michel, il publiera sa série « Exit » en collaboration avec l’auteur Bernard Werber. Il publiera aussi certains titres chez Dargaud : « Mourir au paradis », un des tomes de « Empire USA », ainsi que « Dock 21 ».

 

Patrice Ordas (France, 1951-….)

Patrice Ordas a été pendant 25 ans le directeur de l’école de joaillerie de Paris. Il est également un spécialiste du roman historique. Il obtiendra le Prix Beauchamp grâce à son roman « Les griffes de l'hermine ». Ces romans

« L’ambulance 13 » et « L’œil des dobermans » seront adaptés en bandes dessinées chez Bamboo dans la collection Grand angle.

« La guerre 14-18 en bande dessinée » / BANDE DESSINEE / HISTOIRE

« La guerre ! C’est une chose trop grave pour la confier à des militaires »

 

Georges Clémenceau

C’était la guerre des tranchées

 

Scénario et dessin : Tardi, Jacques Éditeur : Casterman

Parution : one shot

 

Ce récit narre le quotidien de différents soldats terrés dans les tranchées et tente de mettre en avant la cruauté et l’absurdité de cette guerre vue de l’intérieur.

 

À propos de l’auteur :

 

Jacques Tardi (France, 1946-….)

Dessinateur et également scénariste pour certains de ses titres, Jacques Tardi est un artiste connu et reconnu dans le milieu de la bande dessinée contemporaine. Il s’est fait connaître pour certaines adaptations de romans tels que « Cri du peuple » de Jean Vautrin, les « Nestor Burma » de Léo Malet et « Le der des ders » de Didier Daeninckx. Il est aussi l’auteur de

« Adèle Blanc-Sec ».

« La guerre 14-18 en bande dessinée » / BANDE DESSINEE / HISTOIRE

« Monsieur le Président Je vous fais une lettre Que vous lirez peut-être Si vous avez le temps Je viens de recevoir Mes papiers militaires Pour partir à la guerre Avant mercredi soir Monsieur le Président

Je ne veux pas la faire Je ne suis pas sur terre

Pour tuer des pauvres gens (…) S´il faut donner son sang

Allez donner le vôtre Vous êtes bon apôtre Monsieur le Président »

 

Boris Vian. Le déserteur

 

Cicatrices de guerre(s)

 

Scénario et dessin : Collectif Éditeur : Éd. de la Gouttière Parution : one shot

Cet ouvrage collectif regroupe 15 histoires brèves d’auteurs différents sur le thème de la première guerre mondiale. Chaque histoire à son style et une ambiance particulière en fonction de la sensibilité de l’auteur sur le sujet. Du réaliste au décalé, du soldat dans sa tranchée aux familles gérant cela comme elles peuvent, cette bande dessinée donne une vision hétéroclite de la Grande Guerre.

 

 

« La guerre 14-18 en bande dessinée » / BANDE DESSINEE / HISTOIRE

« Mais voilà qu'on nous parle de guerre Sous le joug venu du genre humain

Va falloir gagner nos frontières Et risquer la misère et la faim. Iras-tu, selon le sort des astres

Risquer ta peau ou tuer ton prochain ?

 

Non, non, plus de combats ! La guerre est une boucherie.

Ici, comme là-bas

Les hommes n'ont qu'une patrie Non, non, plus de combats !

La guerre fait trop de misères Aimons-nous, peuples d'ici-bas, Ne nous tuons plus entre frères ! »

 

Non, non, plus de combats (chanson anonyme), 1917

Le cœur des batailles

 

Scénario : Morvan, Jean-David Dessin : Kordey, Igor

Éditeur : Delcourt

Parution : série en cours, 2 tomes parus

 

En 1940, un jeune journaliste du nom de Marvin Selcap fait la découverte du journal « Le cœur des batailles » rédigé par un certain Blaise Boforlant pendant la première guerre mondiale. Parmi les pages de ce journal, on y raconte le récit de la vie d’Amaréo Zamaï, un soldat né de l’union d’un Africain et d’une fille d’un colon français. Amaréo Zamaï aborde la guerre avec une certaine philosophie et il accepte la mort comme une certitude et non pas comme une éventualité. Le récit de ses combats va se propager dans les tranchées grâce au journal et atteindre les soldats qui vont suivre ses préceptes de combattant. La hiérarchie militaire ayant eu vent de ces récits s’inquiète que ses propos puissent prôner le pacifisme en temps de guerre. Marvin Selcap intrigué de savoir où est la vérité du mythe dans cette histoire, décidera de traverser l’Atlantique pour rencontrer Blaise Boforlant.

 

À propos des auteurs :

 

Igor Kordey (Croatie, 1957-….)

Son travail de dessinateur étant repéré en France par les Humanoïdes associés, il publiera chez eux la série « La saga de Vam » adaptation du roman de Vladimir Colin, auteur roumain de science fiction. Il dessinera aussi la série « L’idole et le fléau ». En parallèle à ses différentes publications francophones, il travaillera aussi aux Etats-Unis dans le milieu des comics chez des éditeurs tels que DC comics, Dark horse comics et Marvel.

 

Jean-David Morvan (France, 1969-….)

Ce scénariste prolifique a d’abord tenté des études de dessin à l’école de St Luc à Bruxelles avant de se lancer dans l’écriture de scénarios. Grâce au succès d’Akira et l’émergence du manga en France, il travaillera à l’écriture de deux séries au style très proche de celui des mangas avec « Nomad » et

« HK ». Il planchera ensuite sur la série « Sillage » qui est toujours en cours de parution. On lui doit aussi de nombreuses séries telles que « Merlin »,

« Troll », « Reality show », « Walibi », « Le Dieu singe »,…

 

« La guerre 14-18 en bande dessinée » / BANDE DESSINEE / HISTOIRE

« Les guerres ont toutes sortes de prétextes, mais n'ont jamais qu'une cause : l'armée. Ôtez l'armée, vous ôtez la guerre. »

 

Victor Hugo. Actes et paroles

Le der des ders

 

Scénario : Daeninckx, Didier Dessin : Tardi, Jacques Éditeur : Casterman Parution : one shot

 

Eugène Varlot, ancien Poilu de la Grande Guerre, s’est reconverti en détective privé. Toujours marqué par les souvenirs douloureux de cette guerre, il se voit confié par un certain colonel Fantin de Larsaudière une banale histoire d’adultère qui va se révéler plus complexe et cacher bien d’autres choses que notre détective n’aurait pas imaginées…

 

À propos des auteurs :

 

Didier Daeninckx (France, 1949-....)

Romancier français, Didier Daeninckx commença d’abord par travailler dans une imprimerie, puis comme animateur culturel et ensuite comme journaliste local. Ce n’est que 15 ans après ces différents boulots qu’il publiera son premier roman « Mort au premier tour » qui passera inaperçu. Ce sera avec son deuxième roman « Meurtres pour mémoire » paru chez Gallimard dans la collection Série noire qu’il se fera enfin connaître. Il a également écrit de nombreuses nouvelles et livres destinés à la jeunesse.

 

Jacques Tardi (France, 1946-….)

(Voir « C’était la guerre des tranchées »)

 

« La guerre 14-18 en bande dessinée » / BANDE DESSINEE / HISTOIRE

« La guerre est le massacre de gens qui ne se connaissent pas au profit de gens qui, eux, se connaissent mais ne se massacrent pas. »

 

Paul Valéry

Les Folies-Bergère

 

Scénario : Zidrou Dessin : Porcel, Francis Éditeur : Dargaud Parution : one shot

 

Dans les tranchées, entre deux assauts, on s’occupe comme on peut et on tente de survivre. Ce récit nous raconte le quotidien de la 17e compagnie d’infanterie, renommée « les Folies-Bergère ». Tout est bon pour se distraire et garder le moral : les plaisanteries, le sens de la dérision, le dessin, les surnoms entre eux,… Mais malgré tout, certains esprits ne peuvent s’empêcher de vaciller à la longue. Et doucement mais inexorablement, le récit bascule alors dans l’horreur et l’irrationnel…

 

À propos des auteurs :

 

Francis Porcel (Espagne, 1977-….)

Passionné par le dessin et la bande dessinée dès son enfance, Francis Porcel entreprendra des études à l’école des Beaux-arts de Barcelone. Sa première œuvre à être publiée en espagnol est « La cité des morts ». Il travaillera ensuite sur la série française « Reality show ».

 

Zidrou (Belgique, 1962-….)

Benoît Drousie, dit Zidrou, exercera le métier d’instituteur pendant 6 ans avant de se lancer dans une carrière de scénariste BD. C’est en 1991 qu’il fera ses débuts dans le journal de Spirou. Il est maintenant connu pour avoir scénarisé bon nombre de séries jeunesse tels que : « L’élève Ducobu »,

« Tamara », « Sac à puces », « Schumi »,…

Il a aussi scénarisé quelques titres destinés aux adultes tels que : « Lydie »,

« Djizus », « Le beau voyage ».

« La guerre 14-18 en bande dessinée » / BANDE DESSINEE / HISTOIRE

« Ma politique étrangère et ma politique intérieure, c'est tout un. Politique intérieure, je fais la guerre ; politique étrangère, je fais la guerre. Je fais toujours la guerre. »

 

Georges Clémenceau (discours à la Chambre des députés, 8 mars 1918)

Fritz Haber

 

Scénario et dessin : Vandermeulen, David Éditeur : Delcourt

Collection : Mirage

Parution : série en cours, 3 tomes parus

 

Brillant chimiste allemand de la fin du 19e siècle, Fritz Haber sera connu pour son prix Nobel de chimie obtenu en 1918 mais sera aussi malheureusement célèbre pour être le père de la guerre chimique moderne. Cette série illustre différentes périodes de sa vie et mettent en avant certains aspects contradictoires de ce personnage connu pour son nationalisme et son bellicisme mais en même temps pour s’être lié d’amitié avec des personnalités tel que l'antimilitariste Einstein ou le célèbre sioniste Haïm Weizmann, futur président de l'État d'Israël.

 

À propos de l’auteur :

 

David Vandermeulen (Belgique, 1968 -….)

Originaire de Bruxelles, cet auteur underground s’est d’abord fait connaître pour avoir fondé le café concert le « Galactica ». Il créera ensuite sa propre structure éditoriale, Clandestine Books, où il publiera ses premiers albums. Il sera aussi l’un des auteurs réguliers du magazine Ferraille. Il se fera aussi connaître pour avoir écrit « Initiation à l'ontologie de Jean-Claude Van Damme ou Le concept aware, la pensée en mouvement ».

« La guerre 14-18 en bande dessinée » / BANDE DESSINEE / HISTOIRE

Le front

 

Scénario et dessin : Juncker, Nicolas Éditeurs : Milan et Treize étrange Parution : one shot

Ce récit muet et en noir et blanc illustre brièvement, et sans s’attacher à un personnage en particulier, le ressenti des soldats durant la Grande Guerre. Parmi les thématiques abordées, on retrouve l’attente, la mort, la folie, la peur,…

 

À propos de l’auteur :

 

Nicolas Juncker (France, 1973-….)

Bien qu’ayant fait des études d’histoire, Nicolas Juncker se lancera d’abord dans une carrière de dessinateur de presse pour ensuite devenir professeur de bande dessinée au conservatoire des Arts de Saint-Quentin en Yvelines. En 2003, il réalisera sa première bande dessinée avec le titre « Le front ». Il publiera aussi « Malet » et « D’Artagnan, journal d’un cadet ».

 

« La guerre 14-18 en bande dessinée » / BANDE DESSINEE / HISTOIRE

Les godillots

 

Scénario : Olier Dessin : Marko Éditeur : Bamboo

Parution : série en cours, 2 tomes parus

 

Cette série raconte les péripéties de deux soldats, Palette et Bourhis, désignés volontaires pour prendre en charge le ravitaillement des troupes sur le champ de bataille. Pour mener à bien leur mission, ils devront traverser de dangereuses contrées et seront aussi témoins de la barbarie qu’engendre cette guerre et ce, même au sein de leur propre camp. Malgré le dessin un peu cartoonesque et un certain côté « décontracté » dans les aventures de nos poilus, les auteurs n’hésitent pas à insuffler par moment une dose de réalisme dans le contexte dans lequel évoluent nos protagonistes.

 

À propos des auteurs :

 

Marko (France, 1969-….)

Marc Armspach, dit Marko, débutera sa carrière dans l’animation. Il travaillera entre autre sur la série animée de Babar. En 2001, il publie l’une de ses premières vraies BD avec la série « Agence barbare », scénarisé par son comparse Olier. Il travaillera également avec lui sur « Pas sang toi ».

 

Olier (France, 1966-….)

Olivier Gilleron de son vrai nom, est le scénariste de plusieurs BD tels que « Le portail », « Le rouleau de Kraân », « Pas sang toi » et « L’agence barbare ».

« La guerre 14-18 en bande dessinée » / BANDE DESSINEE / HISTOIRE

La grande guerre de Charlie

 

Scénario : Mills, Patt Dessin : Colquhoun, Joe Éditeur : Delirium

Parution : série en cours, 5 tomes parus

 

Initialement publiée entre 1979 et 1982 en 8 volumes, cette série raconte l’histoire de Charlie Bourne, jeune adolescent de 16 ans qui pour se faire enrôler dans l’armée britannique, ment volontairement sur son âge. Ce récit immersif nous plonge dans le quotidien des soldats terrés dans les tranchées. Charlie qui n’est pour ainsi dire pas encore un homme, doit malgré tout faire face avec ses compagnons à l’horreur de cette guerre où l’on n’hésite pas à sacrifier de simples troufions pour gagner quelques mètres de terrain sur l’ennemi. L’aspect réaliste de cette BD est renforcé par le trait du dessinateur Joe Colquhoun et de son usage du noir et blanc. Cette BD est devenue avec le temps une référence sur la vie dans les tranchées outre-Manche et est actuellement en cours d’adaptation et de publication en français.

 

À propos des auteurs :

 

Joe Colquhoun (Grande-Bretagne, 1926-1987)

Dessinateur originaire du Middlesex, c’est vers 1950, après avoir servi dans la Navy, qu’il se mettra à dessiner pour différentes revues. Son œuvre est principalement centrée sur l’armée et les guerres. Son chef-d’œuvre restera la série « La grande guerre de Charlie ».

 

Patt Mills (Grande-Bretagne, 1949-…)

Scénariste britannique, il commencera d’abord par travailler dans différents magazines de bande dessinée. En 1977, il créera la revue 2000 AD dont il deviendra le premier rédacteur en chef. On lui devra différentes BD telles que

« Judge Dredd », « Requiem chevalier vampire ».

« La guerre 14-18 en bande dessinée » / BANDE DESSINEE / HISTOIRE

La guerre des Lulus

 

Scénario : Hautière, Régis Dessin : Hardoc

Éditeur : Casterman

Parution : série en cours, 1 tome paru

 

Août 1914, suite à une offensive allemande, l’orphelinat de l’abbaye de Valencourt (en Picardie) dans lequel se trouvent Lucien, Lucas, Luigi et Ludwig, est entièrement évacué. Mais, dans l’agitation, ils se retrouvent seuls. Livrés maintenant à eux mêmes, nos quatre Lulus vont devoir se serrer les coudes pour survivre en territoire occupé.

 

À propos des auteurs :

 

Hardoc (France, 1975-….)

Vincent Lemaire, de son vrai nom, dessinateur diplômé en génie lettre technique et titulaire d’une maitrise d’arts-plastique, se fera remarqué en 1996 en gagnant l’Écureuil d’Or attribué au meilleur jeune espoir au festival de bande dessinée d’Angoulême. Il a déjà travaillé en 2004 avec Régis Hautière sur le titre « Le loup, l'agneau et les chiens de guerre ».

 

Régis Hautière (France, 1969-….)

Scénariste prolifique, Régis Hautière a publié une vingtaine d’albums en l’espace de cinq ans.

Ayant suivi des études supérieures de philosophie et d’histoire et un troisième cycle en ingénierie de la connaissance, il travaillera d’abord une dizaine d’années pour le festival BD d’Amiens. Ses premiers pas en tant qu’auteur se feront chez l’éditeur Paquet avec « Le dernier envol ». Il travaillera aussi chez Dargaud, Soleil et Delcourt. Il a collaboré à certains titres tels que : « Aquablue », « Abélard », « Dofus monster »,

« Pendragon », « La guerre secrète de l’espace », « Un autre monde »,…

« La guerre 14-18 en bande dessinée » / BANDE DESSINEE / HISTOIRE

Un long destin de sang

 

Scénario : Bollée, Laurent-Frédéric Dessin : Bedouel, Fabien

Éditeur : 12bis

Parution : série finie en 2 tomes

 

Mars 1918 : Paris est en proie à des tirs d’un canon à longue portée allemand situé à l’extérieur de la ville. Le jour de Pâques, 8 personnes se trouvent en même temps au square du temple. L’une d’entre elles mourra sous le coup d’un obus. Ce récit en deux tomes va nous raconter les 24 dernières heures de ces 8 personnes avant que le drame ne se produise tout en sachant que le destin de l’une d’entre elles sera obligatoirement sanglant…

 

À propos des auteurs :

 

Fabien Bedouel (France, 1978-….)

Diplômé de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris en 2003, Fabien Bedouel débutera sa carrière comme story-border à la télévision et dans la publicité. Il travaillera ensuite sur plusieurs films d’animation. Et c’est en 2009 qu’il sortira sa première BD : « L’or et le sang ».

 

Laurent-Frédéric Bollée (France, 1967-….)

Après avoir suivi des études de gestion et de journalisme, Laurent-Frédéric Bollée travaillera pendant un certain temps à la télévision comme commentateur sportif. C’est en 1990 qu’il publiera sa première BD « Les 13 transgressions » en collaboration avec deux autres scénaristes. En 1994, il se lance en solo pour l’écriture du scénario de « Spartakus ». On lui doit aussi certaines séries comme : « A.D. Grand-Rivière » et « L'ultime chimère ». Il a également scénarisé l’un des volumes de « XIII mystery ».

« La guerre 14-18 en bande dessinée » / BANDE DESSINEE / HISTOIRE

Notre mère la guerre

 

Scénario : Kris Dessin : Maël Éditeur : Futuropolis

Parution : série finie en 4 tomes

 

En janvier 1915, une étrange affaire attire l’attention de l’état-major. Les corps de trois femmes sauvagement assassinées ont été retrouvés à des intervalles et des endroits différents. Outre le choc que l’on puisse s’en prendre ainsi à d’innocentes femmes en temps de guerre, ces crimes ont en commun le fait que sur chaque cadavre ait été retrouvé une lettre rédigée par le meurtrier. Le lieutenant de gendarmerie Roland Vialatte est alors chargé de mener l’enquête. Cette investigation se poursuivra jusqu’en 1917 et sera racontée au fil de ces quatre tomes.

 

À propos des auteurs :

 

Kris (France, 1972-….)

Christophe Goret de son vrai nom, diplômé en histoire, exercera divers métiers avant que le déclic pour le monde de la BD se fasse. Il écrira ses premiers scénarios pour des titres tels que « Toussaint 66 » et « Le déserteur ». Il se fera d’abord éditer chez Delcourt pour ensuite rejoindre Futuropolis avec qui il travaille toujours actuellement.

 

Maël (France, 1976-….)

Martin Leclerc, dit Maël, a dès son très jeune âge eu l’ambition de devenir l’égal de Morris, le dessinateur de Lucky Luke. Il se partage entre sa passion pour le dessin et son groupe de rock. Parmi sa bibliographie, on lui doit notamment « Les rêves de Milton », « Dans la colonie pénitentiaire » et

« L’encre du passé ».

 

« La guerre 14-18 en bande dessinée » / BANDE DESSINEE / HISTOIRE

« Pax, Vox Populi »

 

Monument aux morts de Château-Arnoux (Alpes-de-Haute- Provence)

L’ombre du corbeau

 

Scénario et dessin : Comès, Didier Éditeur : Casterman

Parution : one shot

 

Septembre 1915, le soldat allemand Goetz von Berlichingen survit à un bombardement de l’artillerie française. Il se retrouve seul rescapé de cette attaque. En errant parmi les décombres, il va tomber sur une route menant à un château mystérieusement épargné par les combats. Là bas, il fera la connaissance d’une dame et de deux enfants qui semblent visiblement le connaître. Progressivement, le récit va basculer dans le fantastique…

 

À propos des auteurs :

 

Didier Comès (Belgique, 1942-2013)

Avant de démarrer sa carrière dans la bande dessinée, il travaillera d’abord comme dessinateur industriel dans une entreprise textile de Verviers. En 1969, il fera ses vrais débuts dans le milieu avec « Hermann » une série de gags publiée dans la section jeunesse du journal Le Soir. Il publiera ensuite dans la revue Pilote le premier tome de « Ergün l'errant ». Il décrochera l’Alfred du meilleur album à Angoulême en 1981 grâce son titre « Silence ». On lui doit aussi d’autres one-shots comme : « La belette », « Eva »,

« L'arbre-cœur », « Iris » et « La Maison où rêvent les arbres ».

« La guerre 14-18 en bande dessinée » / BANDE DESSINEE / HISTOIRE

« Quand on parle, quelquefois à la légère, de la possibilité de cette terrible catastrophe, on oublie que ce serait un événement nouveau dans le monde par l'étendue de l'horreur et par la profondeur du désastre. »

 

Jean Jaurès (discours à la Chambre des députés, 17 juin 1913)

Papeete, 1914

 

Scénario : Quella-Guyot, Didier Dessin : Morice, Sébastien Éditeur : EP éd.

Collection : Atmosphères Parution : série finie en 2 tomes

En 1914, Papeete, ville principale de Tahiti, semble épargnée par les conflits de la Grande Guerre. Du moins, c’est ce que l’on pourrait croire avant que deux croiseurs allemands fassent leur apparition aux abords de l’île et menace celle-ci. Dans le chaos ambiant, un tueur en profite pour commettre une série de meurtres de vahinés. En parallèle à ces évènements, la ville de Papeete voit débarquer Simon Combaud, un Français venu pour élucider un crime commis à Paris 15 ans plus tôt.

 

À propos des auteurs :

 

Sébastien Morice (France, 1974-….)

Architecte de formation, Sébastien Morice fera ses débuts en publiant

« Contes et légendes du Moyen-âge » et « Poèmes érotiques de la littérature » dans deux recueils BD. Sa première vraie bande dessinée sera

« Le café des colonies ». Il adaptera aussi en BD « Boitelle », une nouvelle de Maupassant.

 

Didier Quella-Guyot (France, 1955-….)

Ce scénariste est également professeur de lettres et critique littéraire spécialisé en bande dessinée et littérature pour la jeunesse. Il est aussi organisateur d'expositions sur la BD. On lui doit certains titres tels que

« Pyramides », « Le café des colonies », ainsi que certaines adaptations BD de romans d’Agatha Christie.

« La guerre 14-18 en bande dessinée » / BANDE DESSINEE / HISTOIRE

Paroles de Verdun : 21 février 1916–18 décembre 1916

 

Scénario et dessin : Collectif Éditeur : Soleil

Parution : one shot

 

Sur base de plusieurs témoignages, cet ouvrage, publié par un collectif regroupant 17 grands noms de la bande dessinée, raconte sous différents angles la bataille de Verdun. Cette bataille qui durera 10 mois restera l’une des plus sanglantes de la première guerre mondiale avec plus de 300 000 morts. Basé sur les lettres que l’historien Jean-Pierre Gueno a réunies et publiées en 2006, cette adaptation a pour but de témoigner du calvaire enduré par les soldats mobilisés dans les tranchées durant toute cette bataille.

« La guerre 14-18 en bande dessinée » / BANDE DESSINEE / HISTOIRE

Pour un peu de bonheur

 

Scénario : Galandon, Laurent Dessin : Daniel, Alexandre Éditeur : Bamboo

Collection : Grand angle Parution : série finie en 2 tomes

 

1919, la guerre est maintenant finie pour Félix Castelan et il est temps pour lui de rentrer dans son village natal et de retrouver sa femme et son fils après de longues années d’absence. Cette guerre l’a marqué aussi bien physiquement (la moitié de son visage ayant été arrachée par un éclat d’obus) que psychologiquement, et il doute de pouvoir retrouver sa vie d’autrefois. À peine de retour, il apprend qu’un mystérieux tueur sévit dans le village en abattant les bêtes des paysans. Face à cette menace, le maire n’a plus d’autre choix que de faire venir de Paris un enquêteur qui découvrira certaines vérités que l’on aurait voulu garder cachées…

 

À propos des auteurs :

 

Alexandre Daniel (France, 1970-….)

Dessinateur connu sous le pseudonyme de A. Dan (en référence au premier homme), il fait ses débuts chez l’éditeur Joker et se lance dans une première création, « Jo-Bo », teintée d’heroïc-fantasy mais le succès ne sera pas au rendez vous et le premier tome n’aura pas droit à une suite. Il ira ensuite travailler chez Bamboo et créera, dans un genre différent et plus réaliste, le diptyque « Tahya El-Djazaïr » au sein de la collection Grand angle.

 

Laurent Galandon (France, 1970-….)

Laurent Galandon fait ses débuts chez Bamboo. Il y publiera le diptyque

« L’envolée sauvage ». Il travaillera aussi chez Dargaud avec « Quand souffle le vent ». Ses choix de sujets pour ses scénarios font preuves d’un certain éclectisme au vue des ses différentes collaborations.

« La guerre 14-18 en bande dessinée » / BANDE DESSINEE / HISTOIRE

Putain de guerre !

 

Scénario : Tardi, Jacques Dessin : Verney, Jean-Pierre Éditeur : Casterman

Parution : série finie en 2 tomes

 

S’étalant sur plusieurs années, le récit de ces deux tomes parle du quotidien des soldats et des conditions de vie extrêmement difficiles. Pour renforcer le côté sinistre de cette guerre, l’auteur a choisi de débuter ses dessins en couleurs pour avancer de plus en plus vers un ton monochrome. Par souci d’authenticité, Tardi s’est adjoint les conseils de l’historien Jean-Pierre Verney pour coller au plus juste à la réalité des Poilus.

 

À propos des auteurs :

 

Jacques Tardi (France, 1946-….)

(Voir « C’était la guerre des tranchées »)

 

Jean-Pierre Verney (France, 1946-….)

Spécialiste de la première guerre mondiale, Jean-Pierre Verney a travaillé comme chargé de mission au Ministère de la Défense. Il a également été à plusieurs reprises commissaire d’expositions nationales sur la Grande Guerre. Sa passion pour cette période fait de lui l’un des plus grands collectionneurs de France.

 

« La guerre 14-18 en bande dessinée » / BANDE DESSINEE / HISTOIRE

Le roi cassé

 

Scénario et dessin : Dumontheuil, Nicolas Éditeur : Casterman

Parution : one shot

 

1918, nous sommes le jour de l’armistice et la fin de la guerre est proche. Simon Virjusse en est conscient et c’est pourquoi il a préféré déserter le champ de bataille pour se terrer dans une maison abandonnée le temps que la guerre soit vraiment finie. Malheureusement pour lui, durant ce laps de temps, il croise deux soldats allemands et y laisser la vie. À son réveil, Simon Virjusse fait la rencontre de la Mort qui lui explique qu’il est le dernier mort de cette guerre. La Mort lui avoue que cette guerre a fait trop de victimes.

Elle lui explique alors son plan : remonter dans le temps 9 mois plus tôt pour modifier certains événements qui changeront le cours de la vie de Simon mais aussi le déroulement de cette guerre.

 

À propos de l’auteur :

 

Nicolas Dumontheuil (France, 1967-….)

En 1993, Nicolas Dumontheuil publie sa première BD « L’enclave ». Il se fera ensuite connaître en 1996 avec « Qui a tué l’idiot ? ». On lui doit aussi l’adaptation assez libre de « Big foot » tiré à l’origine du roman « Le monstre des Hawkline » de Richard Brautigan.

« La guerre 14-18 en bande dessinée » / BANDE DESSINEE / HISTOIRE

« C'est un trou de verdure où chante une rivière Accrochant follement aux herbes des haillons D'argent ; où le soleil, de la montagne fière, Luit : c'est un petit val qui mousse de rayons.

 

Un soldat jeune, bouche ouverte, tête nue, Et la nuque baignant dans le frais cresson bleu,

Dort ; il est étendu dans l'herbe sous la nue, Pâle dans son lit vert où la lumière pleut.

 

Les pieds dans les glaïeuls, il dort. Souriant comme Sourirait un enfant malade, il fait un somme : Nature, berce-le chaudement : il a froid.

 

Les parfums ne font pas frissonner sa narine ; Il dort dans le soleil, la main sur sa poitrine

Tranquille. Il a deux trous rouges au côté droit. »

Arthur Rimbaud. Le dormeur du val

 

Le sang des Valentines

 

Scénario : Catel

Dessin : Metter, Christian de Éditeur : Casterman Parution : one shot

 

Geneviève, fille de bonne famille, épouse Augustin Dortet. Ils décideront d’aller vivre reclus à la campagne près des Pyrénées. Peu de temps après le décès de leur enfant, Augustin est appelé à rejoindre le front pour se battre, ce qui va d’autant plus aggraver l’état dépressif de Geneviève. Pour préserver leur couple durant cette dure épreuve, ils vont entretenir une correspondance pendant toute la durée de cette guerre.

 

À propos des auteurs :

 

Catel (France, 1964-….)

Catel Muller, de son nom complet, est diplômée de l’École des Arts Décoratifs et a une maîtrise d’Arts plastiques de la Faculté de Strasbourg. Elle fera ses premiers pas dans le monde de l’édition en illustrant des livres pour la jeunesse. Elle fera aussi des illustrations dans le quotidien Libération. C’est en 2000 qu’elle publiera sa première BD « Lucie » en tant que dessinatrice et co-scénariste. Par la suite, il lui arrivera régulièrement de travailler comme scénariste ou comme dessinatrice.

 

Christian de Metter (France, 1968-….)

Ce Parisien débutera des études dans une école de pub mais jettera assez vite l’éponge par désintérêt et décidera de vivre du travail de son crayon. Il travaillera alors à gauche et à droite comme maquettiste et illustrateur pour la presse avant de lancer sa première BD en 2000 avec l’album « Emma ». Il fera aussi la série « Dusk ». Il fera aussi deux adaptations graphiques des romans « Piège nuptial » et « Shutter island ». Il recevra en 2005 le prix public du meilleur album lors du festival d'Angoulême avec « Le sang des Valentines ».

 

« La guerre 14-18 en bande dessinée » / BANDE DESSINEE / HISTOIRE
« La guerre 14-18 en bande dessinée » / BANDE DESSINEE / HISTOIRE

« Aux générations futures, je dirais : soyez les messagers de la paix...Soyez les passeurs de la mémoire de la Grande Guerre, car cette tragédie ne devra jamais être oubliée. Sinon elle risque de recommencer. »

 

Charles Kuentz, dernier vétéran français de l'Armée Impériale de Guillaume II

Les seins de café

 

Scénario et dessins : Servais, Jean-Claude Éditeur : Dupuis

Parution : Intégrale regroupant les 2 tomes d’origine

 

C’est dans la région des Ardennes franco-belges durant l’occupation allemande, que prend place l’histoire de Victor et Hélène. Ils sont amants mais aussi contrebandiers. Ils s’adonnent à un petit trafic de café que des jeunes femmes dissimulent dans leurs corsages pour les faire passer en douce. Pour mener à bien leur petit commerce, ils devront néanmoins se heurter aux « hommes en noir », des douaniers sans scrupules prêt à tout pour mettre la main sur ces seins de café.

 

À propos de l’auteur :

 

Jean-Claude Servais (Belgique, 1956-…) (Voir « l’Alsacien »)

 

« La guerre 14-18 en bande dessinée » / BANDE DESSINEE / HISTOIRE

Les Sentinelles

 

Scénario : Dorison, Xavier Dessin : Breccia, Enrique Éditeur : Delcourt

Parution : série en cours, 3 tomes parus

 

Dans cette uchronie qui a pour cadre la première guerre mondiale, les Français développent un nouveau type de super soldat : « Le Taillefer ». Celui-ci, greffé de prothèses métalliques, a néanmoins un gros problème d’autonomie l’empêchant d’être vraiment opérationnel sur le champ de bataille. En parallèle, le jeune scientifique Gabriel Feraud réussi à concevoir une pile au radium sur base des travaux de Pierre et Marie Curie. L’armée charge le colonel Mirreau de prendre contact avec lui. Mais Feraud refuse que ses travaux soient utilisés à des fins militaires. La guerre est déclarée et Feraud se retrouve alors mobilisé. Durant la bataille, il sera touché par un obus et se retrouvera amputé des quatre membres. Le colonel Mirreau vient alors lui faire une proposition : utiliser ses travaux sur la pile au radium dans la cadre du projet Taillefer et lui rendre sa mobilité. Feraud devient ainsi le nouveau Taillefer et intègre la division spéciale « Sentinelles ».

 

À propos des auteurs :

 

Enrique Breccia (Argentine, 1945-….)

Fils du dessinateur Alberto Breccia, qui aura une grande influence sur son travail, Enrique Breccia travaillera sur différents titres francophones tels que : « Aguirre », « Alvar Mayor », « Che » et « Lovecraft ».

 

Xavier Dorison (France, 1972-….)

Ce scénariste parisien débutera sa carrière en travaillant sur la série « Le troisième testament ». Il signera ensuite deux séries aux éditions des Humanoïdes associés : « Prophet » et « Sanctuaire ». On lui doit le western fantastique « W.E.S.T. ». Il travaillera aussi sur le scénario du film « Les brigades du Tigre ».

« La guerre 14-18 en bande dessinée » / BANDE DESSINEE / HISTOIRE

« On ne fait pas la guerre pour se débarrasser de la guerre. »

 

Jean Jaurès

Silas Corey

 

Scénario : Nury, Fabien Dessin : Alary, Pierre Éditeur : Glénat

Parution : série en cours, 2 tomes parus

 

Silas Corey, ancien reporter, est à présent détective et il n’hésite pas à louer ses services au plus offrant. En avril 1917, la Grande Guerre fait toujours rage en à Paris, l’opposition menée par Georges Clémenceau tente de faire tomber le gouvernement Caillaux. C’est dans ce contexte que notre dandy va être engagé par Clémenceau pour enquêter sur un reporter disparu qui aurait réussi à trouver des preuves de la trahison du chef du gouvernement. En parallèle à cette affaire, il se fait également engagé par Mme Zarkoff, industrielle de l'armement compromise dans la même affaire. Il vendra aussi ses services au 2e bureau. En menant ses investigations, il croisera le chemin d’un espion allemand nommé Aquila qui lui mettra des bâtons dans les roues. Il va vite s’apercevoir que ses enquêtes sont étroitement liées aux déroulements de la guerre et que dans son triple jeu, il va devoir faire des choix qui pourraient avoir un impact sur l’issue de cette guerre.

 

À propos des auteurs :

 

Pierre Alary (France, 1970-….)

Diplômé de l’école graphique des Gobelins à Paris, Pierre Alary a débuté sa carrière dans les studios Disney de Montreuil et a travaillé sur l’animation de certains films tels que « Kuzco », « Tarzan » et « Le livre de la jungle 2 ». Sa première série en BD sera « Griffin dark ». Il travaillera ensuite sur la série « Les échaudeurs des ténèbres » et aussi sur « Belladone ».

 

Fabien Nury (France, 1976-….)

Scénariste à succès, on lui doit notamment la série « W.E.S.T. », le triptyque

« Je suis legion », « Il était une fois en France », « Le maître de Benson Gate » et une collaboration sur l’un des tomes de la série « XIII mystery ». Passionné de cinéma, il a aussi travaillé à l’adaptation sur grand écran des

« Brigades du Tigre ».

 

« La guerre 14-18 en bande dessinée » / BANDE DESSINEE / HISTOIRE

Tanâtos

 

Scénario : Convard, Didier Dessin : Delitte, Jean-Yves Éditeur : Glénat

Collection : Grafica

Parution : série en cours, 4 tomes parus

 

Criminel machiavélique et sans limite, Tanâtos profite des conflits naissants à l’aube de la première guerre mondiale pour atteindre son but : devenir l’homme le plus riche du monde. Ce anti-héros masqué se heurtera néanmoins à la ténacité de l'inspecteur Bernin (célèbre limier de la P.J.) et du détective Louis Victor (détective privé de l’agence Fiat lux).

 

À propos des auteurs :

 

Didier Convard (France, 1950-…)

Ce scénariste parisien a tout d’abord commencé sa carrière comme dessinateur dans le magazine Saga. Par la suite, il reprendra le dessin des

« Aventures de Brunelle et Colin ». En tant que scénariste, on lui doit aussi des séries telles que « Finkel » et « Le triangle secret ».

 

Jean-Yves Delitte (Belgique, 1963-…)

Architecte-designer de formation. Il débutera sa carrière de dessinateur dans le journal de Tintin. Avec Philippe Richelle, ils publieront la série

« Donnington ». Le duo publiera aussi la série « Les coulisses du pouvoir ». Dernièrement, il vient de lancer une nouvelle série « Black crow » sur un corsaire amérindien à la fin du XVIIIe siècle.

« La guerre 14-18 en bande dessinée » / BANDE DESSINEE / HISTOIRE

Le temps du rêve

 

Scénario : Antoni, Stéphane Dessin : Ormière, Olivier Éditeur : Delcourt

Parution : série en cours, 2 tomes parus

 

Gallipoli, 1915. Un bataillon de soldats australiens y débarque. Parmi eux se trouvent l'officier Stucker et le soldat Thomas Freeman. Ce dernier est un aborigène d’Australie. Pour endurer l’enfer de cette guerre, il se réfugie dans le temps du rêve comme lui a appris sa tribu. Ils vont tous les deux devoir prendre part à la bataille des Dardanelles en Turquie. Par la suite, ils vont se retrouver embarqués dans la bataille de Fromelles qui a depuis marqué l’esprit des Australiens comme étant la bataille la plus sanglante à laquelle ils aient eu à participer.

 

À propos des auteurs :

 

Stéphane Antoni (France)

Stéphane Antoni enseigne l'histoire. Il a travaillé en Charente et ensuite à Tahiti. « Le temps du rêve » est sa première publication dans le 9e art. Il a rencontré Olivier Ormière, son dessinateur dans « Le temps du rêve » à l’école de Sillac où ils enseignaient tous les deux.

 

Olivier Ormière (France, 1973-….)

Licencié en arts appliqués, il est actuellement enseignant à Angoulême et a dessiné auparavant une autre BD intitulée « Wyrd ».

« La guerre 14-18 en bande dessinée » / BANDE DESSINEE / HISTOIRE
Retour à l'accueil