Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Pages

Archives

Publié par ANDRE

OPERA PORNO

OPERA PORNO

Note d’intention

« Si l’idée originale émane bel et bien du compositeur Nicolas Ducloux, c’est avec délice que je me suis approprié le défi de cet ouvrage lyrique licencieux. Sous les atours « faciles » d’une oeuvre libertine se cache un défi immense : celui de conduire une oeuvre lyrique dans les affres du sexe le plus déviant en relevant le pari d’une comédie réussie et d’une musique capable d’émouvoir. Nous admettons, avec Nicolas Ducloux, qu’il s’agit davantage d’une opérette ou d’un théâtre musical que d’un véritable opéra. Mais l’appellation opéra porno est irrésistible et indique mieux l’endroit de profanation sur lequel nous prétendons nous divertir avec les chanteurs lyriques et cette musique savante.

Je m’adresse donc aux adultes qui seront d’accords, entre adultes, pour partager un moment d’humour tranchant sur le sujet que nous avons tous en commun : le sexe. Certes, la sexualité des protagonistes est particulièrement perturbée. Mais nous savons que nous sommes tous, sexuellement, des marginaux, pour un peu que quelqu’un témoigne des détails de nos actes les plus intimes ou de nos phantasmes les plus enfouis. »

Pierre Guillois

Revue de presse

« Il y aura inévitablement de l’humour, souvent féroce, et du burlesque. » – Relikto
« Sus au politiquement correct : voir Opéraporno, un devoir civique en somme ! » – Liberté Dimanche
« Cette opérette à l’humour violent, à la monstruosité drôle » – Paris Normandie

Grosse déception que cet Opéra Porno, dans lequel Pierre Guillois ne parvient pas à dépasser le niveau des blagues de potache, Malgré sa volonté de balayer tous les tabous de la sexualité. Il n'en a évité qu'un, celui de l'inceste mère fils, est-ce un oubli ou un thème trop difficile. Quoi qu'il en soit, c'est en fait l'humour qui manque cruellement à cette création où seul le décor est à la hauteur des ambitions.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article