Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Guillaume Perret, nouvel album Free / CHANSON MUSIQUE / ACTUALITE
Guillaume Perret
 
Nouvel album Free
Sortie le 23/09/2016 chez Kakoum Records/Harmonia Mundi
Au Café de la Danse le 17 novembre
 
Dans son nouvel album Free, Guillaume Perret nous dévoile l’essence de sa musique.  Performant en solo avec ses saxophones et ses machines filtrant le son, Guillaume Perret nous restitue l’ampleur d’un orchestre entier à lui tout seul. Son ouverture d’esprit et son désir de découverte le poussent à explorer un nouveau son. En utilisant des pédales et des effets électrifiés, Guillaume Perret propulse son saxophone dans un univers surprenant et inclassable qui invite à la rêverie.

Difficile de classer cette musique si personnelle et si fusionnelle, car c’est surtout l’émotion qui domine et qui éveille nos sens, plus que jamais sollicités par un propos innovant, qui oscille entre jazz contemporain, grooves funky et métal hurlant !

Une musique hybride, troublante et envoûtante, qui évoque un imaginaire fantastique et qui provoque de très fortes sensations à l'image des deux extraits Pilgrim et Free, chocs pour les yeux et les oreilles.
 
Noël 2009. Débarqué deux ans plus tôt à Paris, le saxophoniste Guillaume Perret retourne en deux temps, trois mouvements, le ban et l’arrière-ban du jazz réunis en décembre par TSF à L’Olympia. Dans le temple parisien, il fait monter d’un cran la pression avec son groupe, The Electric Epic. L’aventure a commencé quelques mois plus tôt, et le buzz ne va désormais qu’enfler à mesure que l’attente de son premier disque se prolonge. Il faudra patienter jusqu’en 2012 pour qu’il parvienne enfin aux oreilles de tous, esbaudis par ce son hors norme. A commencer par l’exigeant John Zorn, qui le décrit comme une « nucléaire d’émotions » et le publie sur son label, Tzadik. Raccord, la presse est vite à l’unisson.
A l’approche de ses 33 ans, le natif d’Annecy – un 21 juin 1980, comme un signe du destin ? – figure des faux airs de messie avec cette galette en forme d’ovni. Elle sa s’écouler d’ailleurs comme des petits pains auprès d’une communauté de convertis, conquis par cette formule, une fusion de tous les jazz, en fait sa vision du jazz : entre tourneries funky et harmonies plus abstraites, entre métal hurlant et souffle dominant, entre impressions d’Afrique rétro-futuriste et déviations post-psychédéliques…
Et ainsi de suite. Somme toute, un électro choc où s’entrechoquent toutes les influences qui ont nourri le compositeur, toutes les expériences qui ont pétri le saxophoniste depuis qu’il est apparu dans la jazzosphère, à l’orée du millénaire.
En une dizaine d’années, Guillaume Perret a joué dans tous les registres, pupitre ou soliste, tendance mainstream ou troisième courant, au théâtre ou en scène, avec des musiciens du monde entier, mais aussi et avant tout au sein du Bocal, collectif pour lequel il participera à trois albums.
Tous ceux-là se retrouvent dans ce premier album, qui trace un sillon singulier et ouvre de nouvelles perspectives. Ce que redit, jusque dans son appellation, le second volet de ses aventures, en 2014 : Open Me, précédé par un Doors EP.
Free. Dans l’histoire du jazz l’adjectif a ouvert les horizons esthétiques, libéré les énergies artistiques. Gratuit, libre, à chacun sa définition. Ornette Coleman l’a dit en son temps, et depuis 1960 être free en jazz, c’est aussi être sujet à quelques malentendus.
En choisissant ce qualificatif pour son nouvel album, Guillaume Perret augure de futurs débats sur la nature même de son jazz. « Conçu comme une musique de film, Free se veut un parcours libre au travers de différents paysages, différentes émotions. », prévient le saxophoniste, qui souhaite tomber le masque, pour en revenir à l’essence de ce qui fonde sa singularité.  
 
Libre. Plus qu’un titre, une déclaration d’intention : on avait salué l’esprit d’équipe, le son de groupe, et le voilà qui revient tout seul aux manettes. Comme une mise au point de tous ses subjectifs, comme un besoin de faire le point avant de regarder plus loin. Il fallait oser ce saut en solo, sans filets (les complices sur lesquels on peut s’appuyer, rebondir, se reposer…), un plongeon dans l’océan des sons qui résonne comme une apnée vers les tréfonds de son imaginaire.
« Cela me permet de laisser libre court à mes envies sur scène, et de manière immédiate, pouvoir être libre de changer le set en cours de concert suivant ce que je sens sur le moment, pouvoir modifier, faire évoluer tout plus rapidement, plus instinctivement. », insiste Guillaume Perret.
 
Son nouvel album solo intitulé «  Free «  sortira le 23 septembre 2016 sur le label Kakoum Records (distribution Harmonia Mundi)
 
En concert au Café de la Danse le 17 novembre et en tournée dans toute la France.
 
 

Published by ANDRE - CHANSON-MUSIQUE, ECOUTE, ACTUALITES, LOISIRS

commentaires

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

"un retraité qui prend le temps d'écouter et d'analyser tout ce qui fait notre quotidien... qui prend aussi le temps d'écrire... qui adore chiner... et qui adore les gravures anciennes... Un retraité qui aime vous transmettre ce qu'il aime, au hasard de ses souvenirs et de ses découvertes. "

Pages

Articles récents

Hébergé par Overblog