Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bear's Den, nouvel album Red Earth & Pouring Rain // le clip d'Auld Wives / CHANSON MUSIQUE / ACTUALITE
Bear's Den
 
Nouvel album Red Earth & Pouring Rain

 

 
Sortie le 22/07 chez Caroline
 
En concert au Mainsquare Festival le 02/07 et au Café de la Danse le 30/10
 
Le groupe londonien Bear's Den revient le 22 juillet avec l'album Red Earth & Pouring Rain aux sonorités très électriques. Il a été pensé sur la route lors de la longue tournée qui a suivi la sortie de leur premier disque Island. Sans renier ses racines folk, Bear’s Den les habille désormais de sonorités puissantes empruntées au rock des années 70/80 et à des groupes comme Fleetwood Mac, The Eagles, et en particulier à l’ambiance nocturne de  Darkness On The Edge Of Town de Bruce Springsteen. Désormais en duo, Bear's Den dévoile un road movie hypnotique, aux mélodies sinueuses et envoûtantes à l'image du premier extrait Auld Wives. Le disque parfait pour rouler la nuit, aux dires des intéressés.
Ce sont toutes les expériences, tant les hauts que les bas, qui ont donné sa couleur particulière au deuxième album du groupe Bear's Den, Red Earth & Pouring Rain. Inspiré des toiles d’Edward Hopper, des nouvelles de Raymond Carver, et du film Short Cuts de Robert Altman, ce disque est à la fois érudit et intensément personnel.
Sur le plan musical, il marque aussi une importante progression. Après le départ à l’amiable du guitariste Joey Haynes, le groupe se compose aujourd’hui de six membres en tournée, son noyau dur restant formé par Davie et le multi-instrumentiste Kev Jones.
Sans renier ses racines folk, Bear’s Den les habille désormais de sonorités riches empruntées au rock des années 70/80 et à des groupes comme Fleetwood Mac, The Eagles, et en particulier à l’ambiance nocturne de  Darkness On The Edge Of Town de Bruce Springsteen. Au nombre des influences plus contemporaines, on compte The National et Sufjan Stevens.
« Nous avons passé beaucoup de temps sur la route, et cette musique collait vraiment à ce que nous avions en tête, explique Davie. Cela nous semblait une progression musicale naturelle. »
« Nous voulions faire un album que l'on aime écouter la nuit en roulant, ajoute Kev. Il y a un côté assez technique, il faut marier les sons aux paroles de Davie, mais thématiquement, une métaphore assez juste de l’esprit du disque serait l’idée de conduire tout en regardant dans le rétroviseur. Une idée de mouvement contraire. »
Les sessions de Red Earth & Pouring Rain ont commencé 2015. Après avoir réalisé trois démos de chansons (« Emeralds », « Red Earth & Pouring Rain » et « New Jerusalem ») chez son père, Davie s’est enfermé en résidence d’artiste à Hilversum en Hollande pour poser ses idées sur papier. Après des mois sur la route, cela a été quelque peu traumatisant de se retrouver seul avec une guitare, un clavier MIDI et ses pensées pour seuls compagnons.
« Au début, j’ai pété les plombs », admet l’intéressé. « Mais j’ai vite réalisé que c’était exactement ce dont j’avais besoin. La dernière chose qu’on a envie d’entendre dans un bus de tournée, c’est un gars comme moi qui gratte sa guitare, et là, j’étais enfin libre de le faire. » En une semaine, il avait écrit cinq chansons. En deux semaines de plus, 18 autres. Un schéma musical et conceptuel (« la musique d’un Don Henley british », sourit malicieusement Kev) s’en est peu à peu dégagé durant les longues nuits passées à bord du bus.
Red Earth & Pouring Rain a été enregistré au studio Rockfield dans le sud du Pays de Galles en collaboration avec Ian Grimble, producteur de longue date du groupe, lors de sessions faisant suite à une tournée européenne de six semaines couronnée par un extraordinaire concert à guichets fermés à Londres en octobre dernier.  Avec l’aide des musiciens de tournée Jools Owen (basse et batterie) et Marcus Hamblett (claviers), le groupe a travaillé quinze heures par jours à donner forme à son nouveau bébé, Kev à la basse et à la guitare lead sur une Les Paul vintage achetée lors d’une date à Nashville.
« A l’origine, nous jouons sur des instruments acoustiques, ce qui oblige le groupe à jouer constamment, car aucune des notes que l’on joue ne peut être tenue, explique Davie. Les instruments électriques permettent de créer une atmosphère plus élaborée et d’y rester, ce qui est super. La manière dont nous écrivons nos chansons n’a pas vraiment changé, les chansons portent juste des couleurs différentes. »
L’excitation générée par le fait carburer à plein régime est clairement audible sur la chanson-titre de l’album et sur « Dew On The Vine and Broken Parable » (« on en a une version de dix minutes quelque-part, sourit Kev).
Après des mois sur la route, les membres du groupe se comprenaient sans se parler sur le plan musical, ce qui explique que « Fortress » et « Napoleon », l’incroyable dernier titre de l’album, aient été écrit de manière spontanée en studio. Il subsiste bien quelques ambiances subtiles dans certains morceaux de Bear’s Den (notamment sur l’émouvant « Love Can’t Stand Alone »), mais ces dernières sont désormais un contrepoint à une dynamique de groupe plus lourde et plus entêtante.
Sincère, brut et ultra-positif, Red Earth & Pouring Rain est l’album magistral d’un groupe suffisamment confiant pour laisser son passé derrière lui.
 
En concert au Mainsquare Festival le 02/07 et au Café de la Danse le 30/10
 
 

Published by ANDRE - CHANSON-MUSIQUE, ECOUTE, ACTUALITES, LOISIRS

commentaires

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

"un retraité qui prend le temps d'écouter et d'analyser tout ce qui fait notre quotidien... qui prend aussi le temps d'écrire... qui adore chiner... et qui adore les gravures anciennes... Un retraité qui aime vous transmettre ce qu'il aime, au hasard de ses souvenirs et de ses découvertes. "

Pages

Articles récents

Hébergé par Overblog