Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le Dernier des Géants / CINEMA / DON SIEGEL. 1976

Ce très beau western crépusculaire fait un bilan très contrasté de la légende de l’Ouest, quelque part entre hommage respectueux envers les pionniers et condamnation de toute forme de violence. John Wayne y trouve l’un de ses rôles les plus poignants.

L’argument : Les derniers jours d’un célèbre tireur, légende de l’Ouest, qui vient d’apprendre qu’il va mourir d’un cancer.


Contrairement à ce qui a été souvent colporté, Le dernier des géants (1976) n’a pas été conçu par ses créateurs afin d’offrir une œuvre testamentaire à un John Wayne atteint d’une maladie incurable. Tout d’abord, le rôle de ce pistolero vieillissant rongé par un cancer en phase terminale a été offert à de nombreux autres acteurs avant qu’il soit finalement interprété par John Wayne. Ensuite, le comédien n’était pas malade au moment du tournage puisque son cancer a été soigné durant les années 60, avant de se déclarer à nouveau en 1979. Toutefois, la proximité entre le personnage et le vécu de l’acteur a sans nul doute facilité l’implication du Duke qui connaissait les tourments physiques éprouvés par un homme rongé par la maladie. Pour ce qui est de Don Siegel, il n’est pas étonnant de le retrouver à la tête d’un western aussi introspectif tant il a prouvé son savoir-faire dans le huis-clos étouffant avec Les Proies (1971) qui demeure à ce jour son chef d’œuvre absolu.

Là où des cinéastes comme Andrew V. McLaglen utilisaient des stars vieillissantes dans des films commerciaux datés et anachroniques, Don Siegel se sert de la vieillesse de son casting (John Wayne est secondé par James Stewart, Lauren Bacall et Richard Boone) pour traiter un sujet qui allait devenir récurrent dans le western contemporain : la fin d’un monde sauvage qui bascule du côté de la civilisation moderne. Alors que le pistolero incarné avec beaucoup de nuances par John Wayne représente parfaitement cette génération de pionniers qui imposaient leur présence par les armes, les autres personnages lui rappellent sans cesse qu’il n’a plus sa place dans une société américaine en train de se normaliser. Le cancer qui ronge le personnage n’est finalement que la métaphore de cette civilisation moderne en construction au début du 20ème siècle.

Don Siegel en profite donc pour rendre hommage à ces hommes qui ont construit la nation américaine, tout en se moquant ouvertement des puissances de l’argent (les médias, les hommes politiques ou encore les autorités locales sont raillés). Si l’on sent une certaine nostalgie vis-à-vis de ce monde finissant, Don Siegel en profite toutefois pour mettre en pièce la légende de l’Ouest. Non seulement tuer un homme n’est pas une activité amusante comme le laissent supposer ceux qui ont écrit l’histoire de l’Ouest, mais la dernière séquence où le jeune Rogers (Ron Howard, très sobre) finit par jeter à terre son pistolet avec un air de dégoût vient à point nommé pour rappeler que toute forme de violence est condamnable. Clint Eastwood s’en souviendra plusieurs années plus tard avec son Impitoyable (1992), largement inspiré de l’œuvre de son mentor Don Siegel. Emouvant par la proximité qui s’établit entre le parcours du personnage et la mort prochaine de John Wayne (il décède vraiment d’un cancer en 1979 et Le dernier des géants fut son dernier film), cette œuvre crépusculaire fait partie des très beaux westerns révisionnistes des années 70. Son échec en salles lors de sa sortie n’en est que plus décevant.

AUTEUR DU LIVRE DONT EST TIRE LE FILM

AUTEUR DU LIVRE DONT EST TIRE LE FILM

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Pinckney, Michigan , le 08/04/1918
Mort(e) à : Scottsdale, Arizona , le 23/09/1992
Biographie :

Glendon Swarthout est un écrivain américain, auteur de western et de roman policier.

Professeur d'anglais à l'Université Concordia Ann Arbour, dans le Michigan, il publie son premier roman, Willow Run, en 1943.

Il écrit ensuite pour le théâtre. En 1958, Ceux de Cordura (They Came to Cordura) lui vaut la notoriété quand ce roman est adapté au cinéma l'année suivante, sous le titre éponyme, par Robert Rossen.

Where the Boys Are, publié en 1960, sera adapté à deux reprises : d'abord par Henry Levin sous le titre éponyme en 1960, puis par Hy Averback sous le titre Where the Boys Are '84 en 1984.

En 1975, Swarthout fait paraître Une gâchette (The Shootist). Pour ce roman, il reçoit le Spur Award du meilleur roman de western 1975, décerné par la Western Writers of America. Le roman est adapté au cinéma par Don Siegel en 1976 sous le titre Le Dernier des géants.

Pour The Homesman, publié en 1988, vaut à Swarthout un second Spur Award, ainsi que le Wrangler Award du meilleur roman de western 1988 de la Western Heritage Association.

Il a également écrit plusieurs romans en collaboration avec sa femme, Kathryn Swarthout, dont Court-toujours (Whitchaway), paru en 1969.

Il meurt d'un emphysème pulmonaire en 1992.

 

Published by ANDRE - CINEMA, CULTURE, LOISIRS

commentaires

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

"un retraité qui prend le temps d'écouter et d'analyser tout ce qui fait notre quotidien... qui prend aussi le temps d'écrire... qui adore chiner... et qui adore les gravures anciennes... Un retraité qui aime vous transmettre ce qu'il aime, au hasard de ses souvenirs et de ses découvertes. "

Pages

Articles récents

Hébergé par Overblog