Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
PATTI SMITH

PATTI SMITH

PATTI SMITH / CHANSON MUSIQUE POESIE / CULTURE

Les Années 70, ou le journal de bord poétique de l’auteur de Just Kids.
Les Années 70 réunit l’essentiel des écrits de Patti Smith parus au cours de cette décennie - parallèlement à son extraordinaire carrière musicale - dans plusieurs recueils fameux (Witt, Kodak, Ha ! Ha ! Houdini !...)

Patti Smith, en jouant d’une langue rapide, parfois brutale, invente une mythologie moderne nourrie d’événements intimes, où se croisent amis et héros, réels ou imaginaires.

Cette insurrection poétique, sous la double influence de la littérature française et de la beat generation, aboutit dans certains textes à une douceur et un apaisement qui annoncent le lyrisme délicat de son livre-hommage à Robert Mapplethorpe, La Mer de Corail.

« Un artiste porte ses œuvres en guise de blessures. On trouvera donc ici un aperçu des plaies de ma génération. Souvent grossier, irrévérent - mais fait, je peux l’assurer, d’un cœur farouche.
Les années 70. Quand j’y pense maintenant je pense à un grand film dans lequel j’ai joué un rôle. Un rôle de figurante. Mais un rôle néanmoins que je ne jouerai plus jamais. »

Patti Smith a fait le récit de ses années 70 dans le livre Just Kids, immense succès international, pour lequel elle a reçu en 2010 le National Book Award.

Héritière des poètes français et des auteurs de la beat generation, dont elle mêla l’influence à l’énergie du rock, Patti Smith a lancé la vague punk new-yorkaise avec son album-manifeste de 1975 : Horses.

Tout au long de cette décennie d’insurrection poétique, elle a aussi publié des recueils devenus fameux - Seventh Heaven, Ha ! Ha ! Houdini !, Witt et Babel -qui constituent un véritable journal de bord de ses rencontres, de ses admirations et, surtout, de l’élan qui la poussait à créer inlassablement.
Les Années 70 : premiers écrits est l’anthologie définitive, établie par Patti Smith elle-même, en soixante-sept textes (poésie ou prose), de cette période effervescente.

Traduction de l’anglais (États-Unis) par Jean-Paul Mourlon.

"L'artiste se préserve. Garde l'air fanfaron. Est enivré par le rituel comme par le résultat. Regardez-moi je ris. Je lappe S dans la paume brune et dure du boxeur. Je fais confiance à ma guitare. Par conséquent nous tombons dans les pommes ensemble. Par conséquent je pataugerais à travers l'écume pour lui et l'écume est devant mais nous nous contentons de rire. Montant avec la montagne creuse j'arrive au sommet.
Nous nous agenouillons nous rions nous rayonnons enfin. Cette révolte est une extase que nous dépassons. "

 

"Rhum
coeur malade
coeur de merde
coeur de merde
coeurs battants. palpitant cinglé. j'écris avec excitation. j'imagines que c'est toi qui montes l'escalier. "

 

"Nous étions aussi innocents et dangereux que des enfants courant dans un champ de mines."

 

"Tu es contrariée
Peut être devrais-je simplement cesser
d'être toi"

 

"Il y a de l'huile sur la route.
Cette huile a fait que la voiture a perdu le contrôle.
Ce que nous voulons découvrir, c'est qui l'a mise là et quel était le motif.
Qui a mis l'huile?
C'est moi.
Motif
l'art."
 
 
 

commentaires

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

"un retraité qui prend le temps d'écouter et d'analyser tout ce qui fait notre quotidien... qui prend aussi le temps d'écrire... qui adore chiner... et qui adore les gravures anciennes... Un retraité qui aime vous transmettre ce qu'il aime, au hasard de ses souvenirs et de ses découvertes. "

Pages

Articles récents

Hébergé par Overblog