Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
L'APPEAU D'ECOUILLE / UN CANULAR DE POTACHES / HUMOUR

Internet propage tout et n'importe quoi...

Ayant reçu une belle histoire sur le langage, jai voulu vérifié son authenticité et voici ce que j'ia trouvé concernant l'expression:

 

"Ca coûte la peau des couilles"

Tout le monde a reçu un jour un beau diaporama prétendant remonter aux origines de telle ou telle expression. Le problème, c'est que ces étymologies sont le plus souvent fantaisistes. Petite revue de détail.

 

Coûter/valoir la peau des couilles/fesses
Cette expression serait la déformation de "l'appeau d'Ecouille" ou de "l'appeau d'Ephèse". Mais c'est un vieux canular de potaches - la vérité est beaucoup plus triviale. Il suffit pour s'en persuader de consulter un des rares sites (Expressio) ayant relayé la véritable origine de l'expression ou de se pencher, comme nous l'avons fait, sur des ouvrages de référence en la matière.

 

Et que nous ont appris ces vénérables grimoires ?

 

D'abord que l'expression n'apparaît qu'à la fin du XIXème, sous la plume d'Alphonse Allais notamment (en 1897), et sous une forme raccourcie : "coûter la peau" (d'après le "Dictionnaire historique de la Langue Française"). Aucun lien avec un quelconque "appeau" donc, ni avec le Moyen-Age.

 

Ensuite qu'elle trouve sa forme étendue actuelle vers le milieu du XXème siècle. Ainsi, d'après le "Trésor de la Langue Française", l'expression "ça vaut la peau des fesses" est attestée dans un article du "Nouvel Observateur" du 12 janvier 1976. Claude Duneton et Sylvie Claval, les auteurs du "Bouquet des expressions imagées", l'ont retrouvée quant à eux sous la forme "ça coûte la peau des fesses" dans "Les Ruskoffs" de Cavanna, publié en 1979.

 

Cette extension de l'expression s'explique peut-être par contamination d'autres expressions comme "je vous attraperai par la peau du cul", qui se retrouve par exemple dans "Travelingue" de Marcel Aymé, publié en 1941 (d'après la deuxième édition du "Grand Robert"). A noter que ce type d'expression était déjà en usage du temps d'Alphonse Allais : on trouve la phrase "à moins que je vous prenne par la peau du cou" dans "L'Embrasseur", une histoire du recueil "A se tordre" publié en 1891.

L'APPEAU D'ECOUILLE / UN CANULAR DE POTACHES / HUMOUR

 

 

CANULAR DE POTACHES

 

 

"Pourquoi cette expression : "La peau des couilles" ?


Voilà l'histoire réelle d'une expression connue de tous,

 mais très souvent  mal orthographiée. 

Par un  beau jour d'automne 1820, le duc de Mirnouf, passionné par la chasse, mais frustré par le maigre gibier qu'il ramenait de  ses pérégrinations forestières, imagina qu'il devait être possible de   fabriquer un outil apte à lui faciliter la tâche et rendre plus plaisante sa traque des animaux.
Il convoqua tous les artisans de la contrée pour mettre au concours  la concrétisation de cette idée et leur laissa deux mois pour fabriquer  le plus inventif et le plus efficace des appareils.
 A peine une semaine plus tard, un marchand du nom de

 Marcel Écouille,   se présenta au château clamant à qui voulait l'entendre qu'il possédait   ce dont le duc rêvait.
 

Il obtint sans peine une audience auprès du noble seigneur et   s'empressa de  lui faire la démonstration de sa merveille.
Devant une assemblée dubitative mais curieuse, il sortit de sa poche   un minuscule sifflet (un appeau) et le porta à la bouche pour produire un son  strident qui aussitôt imposa le silence parmi les personnes présentes.
A peine quelques secondes plus tard, des dizaines d'oiseaux de toutes sortes  s'étaient approchés et virevoltaient autour de lui, comme attirés  et charmés par cette étrange mélodie.
 Le duc imagina sans peine le profit qu'il pouvait tirer d'un tel accessoire lors  de ses futures chasses.
Il s'éclaircit la  gorge et ne prononça qu'une seule phrase :  - Combien cela va-t-il me coûter ?  
 Marcel Écouille, sûr de lui, répondit  qu'il accepterait de se séparer de son objet en échange  du quart de la fortune de son interlocuteur.
Cette requête fit sourire l'assemblée,  mais le duc garda tout son sérieux et accepta la transaction.
  La nouvelle fit grand bruit et se  répandit vite bien au-delà des limites du duché.
   Un marchand avait vendu un sifflet  pour une somme astronomique au Duc qui  en paya le coût sans broncher.

 Ainsi, cette anecdote a subsisté dans la langue française pour qualifier les  objets hors de prix :
 

- « Ça coûte l'appeau d'Écouille».
>  
 ( L'appeau est un instrument utilisé à la chasse pour produire  un son particulier attirant les oiseaux  ou le gibier). 
 
ET NON  PAS  LA PEAU   DES  COUILLES."

LA PEAU DES FESSES

LA PEAU DES FESSES

Published by ANDRE - HUMOUR, LOISIRS, LECTURE

commentaires

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

"un retraité qui prend le temps d'écouter et d'analyser tout ce qui fait notre quotidien... qui prend aussi le temps d'écrire... qui adore chiner... et qui adore les gravures anciennes... Un retraité qui aime vous transmettre ce qu'il aime, au hasard de ses souvenirs et de ses découvertes. "

Pages

Articles récents

Hébergé par Overblog