Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

Chercher, écouter, entendre, transmettre

LE VENTRE DE MA MERE / POESIE / BLAISE CENDRARS

BLAISE CENDRARS (1887-1961)

BLAISE CENDRARS (1887-1961)

BLAISE CENDRARS
LE VENTRE DE MA MÈRE

C’est mon premier domicile 
Il était tout arrondi 
Bien souvent je m’imagine 
Ce que je pouvais bien être... 

Les pieds sur ton cœur maman
Les genoux tout contre ton foie
Les mains crispées au canal
Qui aboutissait à ton ventre
Le dos tordu en spirale
Les oreilles pleines les yeux vides
Tout recroquevillé tendu
La tête presque hors de ton corps
Mon crâne à ton orifice
Je jouis de ta santé
De la chaleur de ton sang
Des étreintes de papa
Bien souvent un feu hybride
Electrisait mes ténèbres
Un choc au crâne me détendait
Et je ruais sur ton cœur
Le grand muscle de ton vagin
Se resserrait alors durement
Je me laissais douloureusement faire
Et tu m’inondais de ton sang
Mon front est encore bosselé
De ces bourrades de mon père
Pourquoi faut-il se laisser faire
Ainsi à moitié étranglé ?
Si j’avais pu ouvrir la bouche
Je t’aurais mordu
Si j’avais pu déjà parler
J’aurais dit :
Merde, je ne veux pas vivre. 

 
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Mimie 26/02/2015 08:36

J'aime beaucoup ce poème !

andré 26/02/2015 09:29

Blaise Cendrars porte un souffle poétique