Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Philippe Meirieu est né le 29 novembre 1949 à Alès dans le Gard, au sud de la France. Très tôt, il a milité dans des mouvements d'Education populaire. Il a fait, après un baccalauréat littéraire, des études de philosophie et de Lettres à Paris. Il a préparé et obtenu un CAP d'instituteur pour enseigner dans le premier degré. Il a été successivement professeur de français en collège et de philosophie en terminale, avant de prendre des responsabilités pédagogiques et administratives. Tout au long de celles-ci, il a toujours conservé des charges d'enseignement auprès d'élèves et d'étudiants. Il a soutenu une thèse d'Etat es Lettres et Sciences humaines en 1983 et est aujourd'hui professeur des universités en sciences de l'éducation.

Philippe Meirieu est né le 29 novembre 1949 à Alès dans le Gard, au sud de la France. Très tôt, il a milité dans des mouvements d'Education populaire. Il a fait, après un baccalauréat littéraire, des études de philosophie et de Lettres à Paris. Il a préparé et obtenu un CAP d'instituteur pour enseigner dans le premier degré. Il a été successivement professeur de français en collège et de philosophie en terminale, avant de prendre des responsabilités pédagogiques et administratives. Tout au long de celles-ci, il a toujours conservé des charges d'enseignement auprès d'élèves et d'étudiants. Il a soutenu une thèse d'Etat es Lettres et Sciences humaines en 1983 et est aujourd'hui professeur des universités en sciences de l'éducation.

Déclaration de Philippe Meirieu

"Nous vivons, pour la première fois, dans une société où l'immense majorité des enfants qui viennent au monde sont des enfants désirés. Cela entraîne un renversement radical : jadis, la famille "faisait des enfants", aujourd'hui, c'est l'enfant qui fait la famille. En venant combler notre désir, l'enfant a changé de statut et est devenu notre maître : nous ne pouvons rien lui refuser, au risque de devenir de "mauvais parents"...
Ce phénomène a été enrôlé par le libéralisme marchand : la société de consommation met, en effet, à notre disposition une infinité de gadgets que nous n'avons qu'à acheter pour satisfaire les caprices de notre progéniture.
Cette conjonction entre un phénomène démographique et l'émergence du caprice mondialisé, dans une économie qui fait de la pulsion d'achat la matrice du comportement humain, ébranle les configurations traditionnelles du système scolaire.
Pour avoir enseigné récemment en CM2 après une interruption de plusieurs années, je n'ai pas tant été frappé par la baisse du niveau que par l'extraordinaire difficulté à contenir une classe qui s'apparente à une cocotte-minute.


Dans l'ensemble, les élèves ne sont pas violents ou agressifs, mais ils ne tiennent pas en place. Le professeur doit passer son temps à tenter de construire ou de rétablir un cadre structurant. Il est souvent acculé à pratiquer une "pédagogie de garçon de café", courant de l'un à l'autre pour répéter individuellement une consigne pourtant donnée collectivement, calmant les uns, remettant les autres au travail.
Il est vampirisé par une demande permanente d'interlocution individuée. Il s'épuise à faire baisser la tension pour obtenir l'attention. Dans le monde du zapping et de la communication "en temps réel", avec une surenchère permanente des effets qui sollicite la réaction pulsionnelle immédiate, il devient de plus en plus difficile de "faire l'école". Beaucoup de collègues buttent au quotidien sur l'impossibilité de procéder à ce que Gabriel Madinier définissait comme l'expression même de l'intelligence, "l'inversion de la dispersion".
Dès lors que certains parents n'élèvent plus leurs enfants dans le souci du collectif, mais en vue de leur épanouissement personnel, faut-il déplorer que la culture ne soit plus une valeur partagée?
"

 
 
Parmi ses engagements militants et professionnels, il fut responsable pédagogique d'un collège expérimental de 1976 à 1986, rédacteur en chef des Cahiers pédagogiques de 1980 à 1986, formateur d'enseignants et directeur de l'Institut des sciences et pratiques d'éducation et de formation (ISPEF) de l'université LUMIERE-Lyon 2. Après le vote de la loi d'orientation de 1989, impulsée par Lionel Jospin, il participa à la création des Instituts universitaires de formation des maîtres et à celle du Conseil national des programmes. Il présida, à la demande de Claude Allègre, le Comité d'organisation de la consultation et du colloque : " Quels savoirs enseigner dans les lycées ? ", en 1997-1998, à la suite desquels fut mise en place une réforme des lycées aujourd'hui très largement démantelée. Il dirigea l'Institut national de recherche pédagogique (INRP) de juin 1998 à mai 2000, s'efforçant d'associer, dans une même dynamique, innovation et recherche.. Il a terminé, en 2006, son mandat de directeur de l'IUFM de l'Académie de Lyon et repris ses activités de professeur à l'université Lumière-Lyon 2. Il a été directeur de la chaîne de télévision pour l'éducation CAP CANAL de 2008 à 2010. Il dirige la collection " Pédagogies " chez ESF éditeur depuis sa création... Il est aujourd'hui, à côté de ses activités universitaires, vice-président de la Région Rhône-Alpes délégué à la formation tout au long de la vie.

Philippe Meirieu a consacré ses premiers travaux scientifiques à la question de l'interaction entre pairs dans les apprentissages et du travail en groupes. Il s'est ensuite intéressé à la « pédagogie différenciée » en faisant l'hypothèse que l'accès de tous les élèves aux fondamentaux de la citoyenneté imposait la mise en place d'itinéraires spécifiques adaptés. Avec l'objectif majeur de différencier sans exclure ou créer des ghettos, de s'adapter à chacun en évitant de l'enfermer dans un donné, il a mené de nombreuses recherches sur le « collège unique » et ses conditions de réussite. C'est ainsi qu'il en est venu à étudier la place du sujet dans le processus éducatif et à travailler sur les rapports entre éthique et pédagogie.

Très impliqué dans les débats publics sur l'éducation en France, Philippe Meirieu a été très souvent pris à parti par les « républicains » ou les « disciplinaristes » qui l'accusent d'avoir contribué à la baisse du niveau des élèves ainsi qu'à l'effondrement de l'autorité des enseignants par son idéologie « pédagogiste », égalitariste et démagogique. Il s'est battu, pourtant, depuis toujours, pour une pédagogie exigeante, basée sur une transmission culturelle de haut niveau et qui ne sacrifie jamais ni les savoirs ni les élèves.

Il est l'auteur de la série de vingt-six émissions télévisées diffusées sur France 5 L'éducation en questions (consacrées aux grands pédagogues et aux grandes questions de la pédagogie) ainsi que des ouvrages d'accompagnement. Ses ouvrages les plus connus sont : L'école, mode d'emploi - des "méthodes actives" à la pédagogie différenciée (ESF éditeur, Paris, 1985, 13° édition, 2000, traduit en italien, en espagnol, en portugais), Apprendre... oui, mais comment (ESF éditeur, Paris, 1987, 17° édition, 1999, traduit en italien, en espagnol, en portugais, en japonais, en arabe et en anglais), Le choix d'éduquer - Éthique et pédagogie (ESF éditeur, Paris, 1991, 7° édition, 1999, traduit en espagnol et catalan), Frankenstein pédagogue (ESF éditeur, 1996, traduit en espagnol, en portugais et en italien), L'école ou la guerre civile (en collaboration avec Marc Guiraud, Paris, 1997, Plon). Son ouvrage Faire l'Ecole, faire la classe (Paris, ESF, 2004), représente une synthèse de ses propositions pédagogiques. Avec Pédagogie : le devoir de résister (Paris, ESF, 1ère édition, 2007, nouvelle édition refondue 2008), il propose à tous - enseignants, chercheurs, parents, citoyens, politiques, hommes et femmes des médias - un manifeste éducatif pour le temps présent. Ses ouvrages Repères pour un monde sans repères (Paris, Desclée de Brouwer, 2002) et Le monde n'est pas un jouet (Paris, Desclée de Brouwer, 2004) ont élargi son champ de réflexion à l'éducation familiale et aux problèmes de société. Il a poursuivi dans cette veine avec Lettre aux grandes personnes sur les enfants d'aujourd'hui (Paris, Editions Rue du Monde, 2009)... Il a également publié des contes ainsi qu'un ouvrage d'art, avec Victor Caniato, sculpteur et peintre : De l'autre côté du monde : figures et légendes de la mythologie grecque (Lyon, Stéphane Bachès éditeur, 2001).

Le portrait de Philippe Meirieu par Florence Couret dans LA CROIX du 4 septembre 2010

OUVRAGES DE PHILIPPE MEIRIEU PAR ORDRE ALPHABETIQUE

Pour accéder directement à la présentation de tous les ouvrages et à la possibilité de
télécharger les ouvrages épuisés cliquez ici

- Apprendre... oui, mais comment , ESF éditeur, Paris, 1987, 19e édition, 2004, traduit en italien, en espagnol, en arabe, en persan et en anglais.

- Le choix d'éduquer - Éthique et pédagogie , ESF éditeur, Paris, 1991, 8e édition, 2003. Traduit en espagnol et en portugais.

- De l'autre côté du monde : figures et légendes de la mythologie grecque, Stéphane Bachès Éditeur, Lyon, 2002.

- Deux voix pour une école , entretiens avec Xavier Darcos, Paris, Desclée de Brouwer, 2003.

- Les devoirs à la maison , Syros - L'École des parents, Paris, 1987, 3e édition, 1994, traduit en espagnol, en portugais et en italien. Nouvelle édition refondue, La Découverte, Paris, 2004.

- Différencier la pédagogie : des objectifs à l'aide individualisée, (sous la direction de), Cahiers pédagogiques, Paris, 1989, 4° édition, 1992.

- Différencier la pédagogie : pourquoi ? comment ? (sous la direction de), CRDP de Lyon, 1986.

- Différencier la pédagogie en français et mathématiques au collège (sous la direction de), CRDP de Lyon, 1987.

- L'école et les parents, la grande explication (sous la direction de), Plon, Paris, 2000 et Presses Pocket, n°11435, Paris, 2002.

- L'école ou la guerre civile (en collaboration avec Marc Guiraud), Plon, Paris, 1997.

- L'école, mode d'emploi - des "méthodes actives" à la pédagogie différenciée , ESF éditeur, Paris, 1985, 14° édition, 2004, traduit en italien, en espagnol.

- L'éducation en questions , ouvrages d'accompagnement de la série de vingt-six films de télévision réalisés par Mosaïque Films pour La Cinquième ; huit ouvrages parus : Célestin Freinet, Januscz Korczak, Maria Montessori, Fernand Oury, Pestalozzi, Jean-Gaspard Itard, Joseph Jacotot, Léon Tolstoï, PEMF, Mouans-Sartoux, 2001.

- Émile, reviens vite... Ils sont devenus fous (en collaboration avec Michel Develay), ESF éditeur, Paris, 1992, 3° édition, 1994, traduit en portugais.

- Des enfants et des hommes, Littérature et pédagogie 1 , ESF éditeur, Paris, 1999

- L'enfant, l'éducateur et la télécommande , en collaboration avec Jacques Liesenborghs, Bruxelles, Labor, 2005.

- L'envers du tableau , ESF Éditeur, Paris, 1993, 3ème édition, 1997.

- Enseigner, scénario pour un métier nouveau, ESF éditeur, Paris, 1989, 8° édition, 1995.

- Faire l'École, faire la classe , Paris, ESF, 2004, traduit en espagnol.

- Frankenstein pédagogue , ESF éditeur, 1996, 4 e édition, 2001, traduit en espagnol.

-Histoire et actualité de la pédagogie, repères théoriques et bibliographiques, Collection "Outils de base pour la recherche en éducation", Université LUMIERE-Lyon 2, septembre 1994.

- Itinéraire des pédagogies de groupe - Apprendre en groupe ? 1, Chronique sociale, Lyon, 1984, 7° édition, 1994, traduit en italien. 8° édition refondue, 2000.

- Lettres à quelques amis politiques sur la République et l'état de son école, Paris, Plon, 1998.

- Lettre à un jeune professeur , Paris, ESF-France Inter, 2005.

- La machine-école , entretiens avec Stéphanie le Bars, Folio-Actuel - Le Monde, Paris, Gallimard, 2001.

- Nous mettrons nos enfants à l'école publique... Paris, Mille et une nuits, 2005.

- Le monde n'est pas un jouet, Paris, Desclée de Brouwer, 2004, traduit en espagnol et en catalan.

- L'obligation de résultats en éducation (Claude Lessard et Philippe Meirieu Éds), Bruxelles et Paris, De Boeck, 2005 ; Laval, Presses de l'Université de Laval, 2004.

- Outils pour apprendre en groupe - Apprendre en groupe ? 2, Chronique sociale, Lyon, 1984, 8° édition, 1994, traduit en italien. 9° édition refondue, 2000.

- La Pédagogie entre le dire et le faire -1- Le courage des commencements , Paris, ESF éditeur, 1995, traduit en italien et en portugais.

- Le pédagogue et les droits de l'enfant : histoire d'un malentendu , Genève, Editions Tricorne, 2002, traduit en espagnol et en catalan.

- Repères pour un monde sans repères , Desclée de Brouwer, Paris, 2002, tracuit en espagnol et en catalan.

- Récits d'enfance, paris, Desclée de Brouwer, 2003.

- Le transfert de connaissances en formation initiale et en formation continue (en collaboration avec Michel Develay, Christiane Durand et Yves Mariani), Actes du colloque organisé à l'Université LUMIERE-Lyon 2 du 29 septembre au 2 octobre 1994, CNDP-CRDP de Lyon, Lyon, 1996.

Published by ANDRE - BILLET D'HUMEUR

commentaires

accessoires moto 28/02/2014 11:06

super article j'aime beaucoup toutes les point mentionnées ils sont toutes à fait juste

André 01/03/2014 18:43

Merci de votre commentaire
cordialement

comparatif banque 21/02/2014 14:59

Un très bon article partagé avec tous les précieux points. Je suis très inspiré par la ligne "jadis, la famille "faisait des enfants", aujourd'hui, c'est l'enfant qui fait la famille.». je suis tout à fait d'accord avec ça
Merci pour le partage de cet article!

André 21/02/2014 16:15

Merci à vous pour le commentaire et la visite.
Philippe Meirieu a une vision très réaliste de l'évolution de notre société

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

BIEN LE BONJOUR D'ANDRE

"un retraité qui prend le temps d'écouter et d'analyser tout ce qui fait notre quotidien... qui prend aussi le temps d'écrire... qui adore chiner... et qui adore les gravures anciennes... Un retraité qui aime vous transmettre ce qu'il aime, au hasard de ses souvenirs et de ses découvertes. "

Pages

Articles récents

Hébergé par Overblog